Dead Letters Tome 1 – Mission Existentielle (VF – Glénat Comics)

Fiche technique

Scénariste: Christopher Sebela

Dessinateur: Chris Visions

Glénat Comics – Format classique – cartonné – 128 pages – 14,95€

Disponible depuis le 04/11/2015

Présentation de l’album par Glénat Comics:

Il est amnésique, mais eux ne l’ont pas oublié.

Sam se réveille dans un motel miteux, les bras bandés et un revolver sur son bureau. Comment est-il arrivé ici ? Où est-il ? Qui est-il ? Il n’en a pas la moindre idée… Mais les types armés qui frappent à sa porte, eux, oui. Pris pour cible, Sam va devoir très vite se rappeler toutes les astuces de son répertoire oublié de gangster pour déjouer leur vigilance et se frayer un chemin dans cet univers fait de guerres de gangs, de femmes fatales et de secrets fracassants. Un chemin sombre et tortueux qui le conduira là où nul ne s’y attend…

Christopher Sebela (Ghost, High Crimes) et Chris Visions, jeune talent plus que prometteur, nous propose une petite merveille de récit noir – entre Preacher et Memento – où la débauche, le crime et la crasse s’élèvent au rang d’art !


Je vous parlais il y a peu de Day Men Tome 1, autre titre de Glénat Comics, et Dead Letters Tome 1 a quelques points communs avec ce titre, mais pas les meilleurs, malheureusement. Pour commencer, Dead Letters souffre comme Day Men d’un rapport quantité/prix très mauvais. 4 épisodes pour 15€, on a beau avoir une édition impeccable, un papier de qualité optimale et des bonus, cela reste 15€ pour 4 épisodes, et quand on lance une nouvelle série, qui plus est avec une équipe aussi peu connue, je ne suis pas sûr que ce soit la bonne méthode, et Urban l’a bien compris avec ses Tomes 1 à 10€, dont certains contiennent jusqu’à 8 épisodes (Trees)!

Autre point commun avec Day Men, je me suis fait piéger par un récit d’apparence classique mais qui offre dès le milieu du premier épisode un rebondissement que je n’avais pas vu venir et qui est une vraie bonne idée. Malheureusement, là ou les scénaristes de Day Men ont montré une grande maîtrise de leur histoire, Christopher Sebela a peut-être voulu trop en faire, et se prend par la suite plusieurs fois les pieds dans son propre tapis, ce qui donne quelques incohérences dans le scénario, et quelques pirouettes pas forcément très habiles, voire des facilités. Heureusement, la révélation du début et l’univers qui est développé par la suite avaient suffisamment de potentiel pour me tenir jusqu’au bout du tome, et même me donner envie de voir la suite.

Surtout que l’histoire est portée par un personnage principal, Sam, qui est peut-être le gros point fort de la série. Bien développé, le personnage nous emporte à sa suite, et on prend beaucoup de plaisir à découvrir avec lui et en même temps que lui le monde dans lequel il évolue dès son réveil, dans une chambre de motel, sans aucun souvenir, mais avec des aptitudes de combat, de tir, et de survie qui ne sont sans doute pas dues au hasard, comme nous allons le découvrir dans le cours de ce premier volume. Le style mystique teinté de fantastique du récit n’est pas déplaisant, bien au contraire, mais les quelques incohérences ou approximations dans le développement de l’histoire l’handicapent lourdement.

Je parais sans doute cryptique sur le scénario en lui-même, mais je ne peux absolument rien dévoiler de l’intrigue sans que vous ne compreniez quel est le retournement de situation au début de l’histoire qui fait passer ce comics de classique à original et complètement à part.

Côté dessins, c’est un peu la même chose. Le style de Chris Visions est plutôt adapté à l’atmosphère de l’histoire, mais souffre d’un trop grand manque de constance, passant de planches très réussies à d’autres franchement brouillon. C’est vraiment dommage, car, encore une fois, certaines planches sont plutôt incroyables, dynamiques et percutantes, et montrent bien que l’artiste est très talentueux.

En bref, ce Dead Letters Tome 1 est globalement une réussite et permet de passer un bon moment, grâce à un personnage principal particulièrement réussi dans son développement, et une histoire pleine de rebondissements, qui nous emmène là où on n’aurait jamais suspecté être embarqué, mais souffre d’un scénario parfois bancal et de dessins trop irréguliers dans leur qualité. Et de ce fameux rapport quantité/prix…

Pour découvrir et commander Dead Letters Tome 1, c’est par ici:
Dead Letters