Ghost Rider Tome 1 (VF – Panini Comics)

En octobre 2012 Marvel s’est lancé dans le relaunch d’un certain nombre de ses séries (sous le doux nom de « Marvel Now ! ») et en a profité pour relancer des personnages quelque peu oubliés (Nova, Ghost Rider…).

Cette collection Marvel Now a été mise à l’honneur le mois dernier avec les sorties, coup sur coup, de Ghost Rider et d’Iron Fist (merci Panini !). Je vous propose donc de nous attarder sur ce nouveau Ghost Rider.

Dans ce comics nous suivons le jeune Robbie Reyes, adolescent vivant dans un quartier mal famé de Los Angeles, devant s’occuper seul de son petit frère handicapé, le tout en jonglant entre ses études et son boulot de garagiste (oui, bon, d’accord, on flirte allègrement avec le pathos).


La première bonne idée de ce nouveau Ghost Rider est d’abandonner la moto pour lui préférer la voiture (sans jugement de valeur, j’adore les motos !). Alors certes cela n’a rien de très original puisque le comics se contente de surfer sur la mode déjà bien installée des voitures avec des références cinématographiques évidentes à Fast and Furious et Drive.  Mais si le concept est loin d’être révolutionnaire il n’en demeure pas moins intéressant car, en s’encrant dans la « mode » de la voiture, il redonne au Ghost Rider un aspect plus contemporain.


La seconde bonne idée a été de mettre Tradd Moore (Luther Strode, éd. Delcourt) aux dessins puisque ce comics en met tout simplement plein la vue. Avec un style influencé par le monde de l’animation et un côté très urbains (certaines de ses cases m’ont vraiment fait penser à du graffiti), le trait de Tradd Moore est bourré d’énergie. Il faut ajouter à cela d’excellentes idées de mises en pages qui font qu’au final Tradd Moore réussis parfaitement à retranscrire l’action du comics.

Soyez toutefois prévenu : le mouvement et l’action se traduisent souvent par un bafouage, en bonne et due forme, du respect des règles d’anatomies et il n’est pas rare de voir des jambes ou des bras qui pourraient appartenir à un Red Richards en action.


S’agissant du scénario, ne nous voilons pas la face, c’est loin d’être parfait et ce n’est clairement pas sur cet aspect que le comics marque des points. Néanmoins Felipe Smith parvient à créer ce qu’il faut d’intrigue pour justifier les nombreuses pages d’actions et, finalement, nous ne lui en demandons pas plus car Tradd Moore fait le reste.


Je recommande donc ce Tome 1 de Ghost Rider à tous ceux qui veulent passer un bon moment, sans prise de tête, tout en admirant de jolis dessins.


Avertissement : Tradd Moore n’a participé qu’aux 5 épisodes constituant cette édition VF, c’est ensuite Damion Scott qui prend le relais et l’on ne peut pas dire que ce soit une grande réussite. Je vous conseille donc de lire ce Ghost Rider comme s’il s’agissait d’un one shot, si jamais Panini sort le Tome 2 réfléchissez-y à deux fois avant de l’acheter.

Pour découvrir et commander Ghost Rider Tome 1, c’est par ici: