Lazarus Tome 3 – Conclave (VF – Glénat Comics)

Fiche technique

Auteurs : Greg Rucka (Scénario) – Michael Lark (Dessin,Couverture)

Contient les épisodes VO: Lazarus #10-15

Glénat Comics – Grand format cartonné – 160 pages – 15,95€

Présentation de l’album par Glénat Comics:

Alors qu’un conclave est mis en place, les principaux leaders des différentes familles, leurs conseillers et, plus dangereux, leurs Lazares – ces champions surhumains liés aux familles qui les ont créés -, se retrouvent au même endroit. Et c’est au coeur d’une délicate danse de mondanités que se décide rien de moins que la domination du monde. Très vite, deux camps émergent pour décider qui suivre : Jakob Hock ou Malcolm Carlyle. Forever, le Lazare de la famille Carlyle, commence à mettre en doute sa fidélité envers sa famille et son père, lorsque celui-ci lui demande de tuer son propre frère : Jonah.


 

Déjà trois tomes pour Lazarus, une des séries phares du catalogue de Glénat Comics, qui, avec ce rythme soutenu de parution, a rattrapé la publication des TPB en VO, le quatrième relié étant annoncé pour fin janvier par Image Comics.

Avec ce troisième tome, Greg Rucka m’offre tout ce que j’attendais et espérais depuis ma lecture des premiers épisodes, à savoir un arc avec une intrigue très politisée, des trahisons et manipulations à n’en plus finir, la découverte des autres familles et de leurs Lazares, et donc une expansion de l’univers, les premiers tomes se situant dans un cadre plus restreint.

Ce qui surprend en premier lieu, c’est que ce troisième tome reprend l’intrigue exactement où nous l’avions laissée à la fin… du tome 1, qui, rappelez-vous, nous laissait dans la plus grande incertitude quand au sort de Jonah Carlyle. Celui-ci se retrouve captif de la famille Hock, ennemie féroce des Carlyle, qui compte bien utiliser Jonah comme moyen de pression pour obtenir un des secrets les mieux gardés des Carlyle. En effet, si cette famille est aussi puissante, c’est parce qu’elle a trouvé le moyen de prolonger la vie de ses membres. Cette connaissance, personne ne l’a, et les jalousies sont nombreuses, notamment du côté des Hock, qui exigent de connaître ce secret, en échange de la vie de Jonah. Ce conflit menaçant l’équilibre entre toutes les familles, la décision est prise de toutes les réunir lors d’un Conclave, dont le but sera de résoudre cette crise.

On entre alors dans une véritable intrigue politique, diplomatique, et d’espionnage, qui a de plus l’excellente idée de se jouer à huis clos. Le personnage de Forever est bien entendu toujours au centre de toutes les intentions et de l’intrigue, et il est de plus en plus agréable de la suivre, notamment ici entourée de tous les autres Lazares. Ce volume se conclut par un dernier chapitre incroyablement riche en tension, et par un cliffhanger qui risque de bouleverser la donne pour Forever et l’organisation du monde dans sa globalité.

Dans l’ensemble, ce que je retiens de Lazarus, c’est chaque tome est encore meilleur que le précédent. Greg Rucka se penche tour à tour sur tous les pans de l’univers qu’il a créé, sans oublier de développer ses personnages, en n’en laissant aucun sur le bas côté. Son sens des dialogues, et sa grande maîtrise des multiples enjeux et ramifications de son intrigue ne font que renforcer les qualités de cette série, livrée sur un plateau d’argent par Michael Lark, toujours très inspiré aux dessins.

Lazarus est peut-être la meilleure série en cours du catalogue Glénat, ou en tout cas parmi les meilleures (avec Sex Criminals, Letter 44 et Orphelins), et c’est avec une impatience non dissimulée que je vais retenir mon souffle jusqu’à la sortie du 4ème tome! Foncez!