Pretty Deadly Tome 1 (VF – Glénat Comics)

Fiche Technique

Auteurs :Kelly Sue Deconnick (Scénario) – Emma Ríos (Dessin,Couverture) – Jordie Bellaire (Couleurs)

Traduction: Éloïse De la Maison – Miceal O’Griafa

Glénat Comics – 160 pages – 15,95€

Présentation de l’album par Glénat Comics:

Oyez le chant de Ginny Face de Mort : “Si l’on t’a fait du tort. Prononce son nom. Chante ce chant. Ginny chevauche le vent. Vers toi, mon enfant… La Mort chevauche le vent.”. Ginny est la fille de la Mort, au visage marqué des stigmates de son père. Elle chevauche son destrier de fumée à travers un Ouest sauvage et sans concessions où magie et poudre ne font pas forcément bon ménage.  Dans la cruauté d’une Amérique qui se cherche et se construit dans le sang et la violence, Ginny traque les pêcheurs, les coupables. Mais au terme de sa quête de vengeance, saura-t-elle aller jusqu’au bout pour affronter son propre destin ?


Pretty Deadly se trouve être le premier comics de la nouvelle ère « Glénat Comics » que j’ai la chance d’avoir entre les mains (Drifter ne devant pas tarder à rejoindre ma bédéthèque). Je n’ai donc malheureusement aucun point de comparaison s’agissant de la qualité de l’édition mais ce que je peux vous dire c’est que, avec Pretty Deadly, Glénat Comics ne s’est pas moqué de nous. En effet la première chose qui frappe dans ce comics c’est son écrin : une première de couverture juste sublime et un comics tout doux ! Oui oui tout doux. Cela peut paraitre bizarre à dire (et à lire) mais je n’avais jamais eu cette sensation en tenant un comics.  Je vous rassure la qualité de ce comics ne s’arrête pas à sa couverture mais se prolonge dans son contenu pour peu que le genre western shamanique ne vous effraie pas. Car oui ce comics n’a rien d’un western classique et si vous espérez voir des duels à coup de colts à chaque page vous risquez d’être déçu.

Côté scénario, autant être prévenu : il faut un peu s’accrocher. Le côté shamanique du comics le rend plutôt complexe et je pense qu’une seconde lecture peut être appréciable (nécessaire ?). Mais cette complexité le rend intéressant en nous obligeant à avoir une lecture active.

Côté dessin, Emma Rios retranscrit parfaitement l’univers créé par Kelly Sue Deconnick et j’ai apprécié aussi bien le trait que la mise en page (avec certains cadrages propres au western). Néanmoins, et au même titre que le scénario, le dessin suppose également que l’on soit concentré au risque de passer à côté de certains éléments (notamment sur la dernière partie du comics).

Coté édition, et comme indiqué plus haut, nous avons droit à un magnifique écrin avec en bonus, à l’intérieur, une note de Kelly Sue Deconnick retraçant l’évolution de ce comics (et l’on se rend compte que ce style un peu élevé dans l’écriture n’est pas propre qu’au comics) ainsi que des illustrations réalisées par Emma Rios et d’autres dessinateurs. Vous l’aurez compris, une édition aux petits oignons.

En bref je recommande ce comics si vous aimez l’univers des westerns et que vous n’avez pas peur des délires shamaniques à la Blueberry (le film). Si par contre vous n’êtes pas fan de western et que vous recherchez un comics pour vous détendre (ou qu’il s’agit de votre premier comics) il vaut peut être mieux passer votre chemin.

Pour découvrir et commander Pretty Deadly Tome 1, c’est par ici: