Six Gun Gorilla (VF – Ankama)

Rencontre avec le gorille le plus rapide de l’ouest ! Au XXIIe siècle, dans un monde étrange colonisé par les humains, une guerre sanglante fait rage. Bleu-3425, un ancien bibliothécaire, s’engage dans l’armée après une douloureuse rupture. Son unique obsession est de mourir dignement sur le champ de bataille. Mais sa rencontre avec un gorille vagabond as de la gâchette va contrarier ses plans. D’où vient cet étrange personnage ? Pourquoi cherche-t-il à l’aider ? Ensemble, ils partent à travers les plaines sauvages à la rencontre de leurs destins.


Sorti il y a un peu plus de deux mois, je n’avais pas encore eu l’occasion de lire Six Gun Gorilla (malgré cette première de couverture prometteuse qui m’incitait à en faire l’acquisition). Voilà qui est fait, voici donc sa review !

Six Gun Gorilla est un comics one shot

Edité par Ankama Editions le 17 avril 2015, Six Gun Gorilla est un comics one shot qui regroupe les six chapitres parus chez Boom Studios aux Etats Unis. Ce comics a été une somme de premières fois pour moi, puisque c’était la première fois que je lisais : du Simon Spurrier (scénariste), du Jeff Stokely (dessinateur) et du Ankama Editions sous format comics (mais il me semble que ce n’est que le deuxième comics édité par Ankama, après Tank Girl).

Simon Spurrier nous propose ici une satire des médias actuels (et leur volonté d’en montrer toujours plus) ainsi qu’une satire de la guerre (et de ses motivations pas toujours très claires). Le comics nous rappelle, à travers son personnage Bleu-3425 (ancien bibliothécaire), l’importance des livres / BD et de l’imagination. Ajoutons à cela un animal (le gorille) et l’on se retrouverait presque avec une fable de Lafontaine !

L’histoire regorge d’originalité et de bonnes idées

L’histoire regorge d’originalité et de bonnes idées parfois étranges mais qui, mises bout à bout, forment un tout cohérent. Chaque chapitre de Six Gun Gorilla est l’occasion d’en apprendre un peu plus sur ce monde colonisé et de voir les informations, savamment distillées par Simon Spurrier, s’imbriquer peu à peu.

Un gorille charismatique qui trouverait parfaitement sa place dans un Sergio Leone

Côté dessin Jeff Stokely fait du très bon travail, tout particulièrement avec le design de son gorille. Ce gorille étant un personnage clé il était important qu’il soit bien dessiné (designé), et l’on peut dire que c’est réussi : nous avons droit à un gorille charismatique qui trouverait parfaitement sa place dans un Sergio Leone !

Petite déception du côté de la traduction

Côté édition c’est du classique : l’histoire avec en bonus les différentes couvertures des chapitres dans leurs versions US. La petite originalité étant la quatrième de couverture sur laquelle on retrouve, en plus d’un résumé, des avis de différents auteurs de comics en vogue (dont la scénariste de Pretty Deadly).
Petite déception cependant du côté de la traduction. J’ai en effet eu l’opportunité de lire le premier chapitre en VO et les dialogues (notamment d’un des Bleus) étaient écris de sorte que cela sonnait western : mots mâchés, contraction de mots composés pour n’en faire plus qu’un… Or je n’ai pas retrouvé cela dans la version VF ce qui est dommage car l’on perd un peu d’authenticité.


En bref, et à l’instar de Preatty Deadly (cf. la review), Six Gun Gorilla joue avec les codes du western mais, là où l’originalité de Preatty Deadly se trouvait dans l’aspect shamanique, Six Gun Gorilla pioche son originalité dans la science-fiction. Si ce mélange science-fiction et western n’est pas nouveau (cf. East of West) la manière de l’aborder l’est bel et bien. J’ai pour ma part totalement accroché et vous le recommande !

Pour découvrir et commander Six Gun Gorilla, c’est par ici: