Avengers #003 (VF – Panini Comics)

3ème numéro du kiosque de la plus grande équipe des super-héros et changements éditoriaux : l’accueil de 3 nouvelles séries, une pagination revue à la hausse (comme le tarif d’ailleurs) et un ressenti satisfaisant.

[toggles behavior=”accordion”]
[toggle title=”Avengers #3 – 7/10″]

Scénario: Mark Waid – Dessins: Mike Del Mundo

Fin de la boucle temporelle déchaînée par Vision dans ce numéro, puisque que tout rentre dans l’ordre. La Guêpe verrouille le cas du bébé Kang, le premier de tous, ce qui déclenche une succession d’événements qui élimine (pour l’instant), la menace du Conquérant et de ses itérations. La série a toujours cette ambition, cette envie de proposer une vraie intrigue à travers le temps, un véritable conflit d’horloger, tant le flux minuté est bien utilisé, sans lourdeur éliminatoire. Maintenant, reste un développement des personnages quasi-inexistant, sauf cette nouvelle Guêpe, bien trop présente (encore une fois) à mon goût. Waid n’en a cependant pas encore terminé avec son vilain générationnel. Le sursis s’annonce de courte durée, et l’offensive passe dans le camps des Vengeurs, déterminés à lui régler son compte une bonne fois pour toute (même si on y croit pas trop). Del Mundo est toujours aussi étrange, mais l’ambiance graphique représente l’un des points forts de la série, un véritable ovni.

Même si on pourra pester contre des personnages finalement vides et une intrigue complexe et perturbante sur les bords, la proposition de ce duo est tellement originale, notamment graphiquement, dans le paysage Marvel (alors que la série est le drapeau de l’écurie vengeresse) que je vous encourage à la découvrir.

[/toggle]
[toggle title=”Champions #3 – 8.5/10″]

Scénario: Mark Waid – Dessins: Humberto Ramos

Voilà, un bon épisode, avec un propos, peut être grossier, mais poignant. Les Champions, après cette pause forestière, s’en vont libérer une population séquestrée par des extrémistes religieux au Moyen Orient. Leurs méfaits, s’en prendre aux femmes de ce pays, jugées impies. Vous remarquerez le miroir évident avec certaines actualités récentes. Voir cette équipe de jeunes héros redescendre sur des enjeux accessibles, sans basculer dans le street-level propre à d’autres personnages, les voir courir au secours des vrai(e)s opprimé(e)s, de tous les horizons, confirme tout le bien que j’éprouve pour cette série : une vraie perle. Waid, contrairement à son autre série, n’oublie pas ses personnages, tous ont droit à leur moment, leur doute, leur motivation. Ramos dynamise l’écriture de Waid avec savoir-faire, sans nous perdre dans une mélasse visuelle. Les héros sont jeunes, mais ne sont pas impuissants, et cela transparaît parfaitement. Ramos ajoute sa dose de cartoon pour  rendre le tout très expressif, et vous obtenez une réussite graphique.

La meilleure pioche du kiosque, assurément. Frais, Dynamique, de vrais personnages, de vraies considérations, un tout très appréciable, pour une série à découvrir absolument. 

[/toggle]
[toggle title=”Uncanny Avengers #17 – 8/10″]

Scénario: Gerry Duggan – Dessins: Pepe Larraz

De l’action, de l’action, trop d’action ? Cela fait près de 3 épisodes que le cas Banner s’étale, et même si Larraz ne cesse de nous époustoufler de son talent (une vraie référence pour moi maintenant), il est clair que l’intrigue proposée par Duggan ne se résume qu’à des coups qui pleuvent, des pouvoirs en abondance mais …. au bon moment celui-ci conclut sur une pleine page sobre et terriblement froide (magnifiée par un Larraz particulièrement calme cette fois) avant de remiser sur l’immense sous-intrigue qui se cache derrière la série depuis le départ : Crâne Rouge, et son lien avec l’un des membres de l’équipe Unité.

Duggan n’est le premier des débutants, la gestion du rythme et de la tonalité de ses arcs sont parfaites. Alors que le trop plein d’action se faisant ressentir dans ce numéro, il choisit de conclure. L’équipe va devoir défaire les manigances d’un Crâne Rouge terroriste, aux prises avec Captain pour la gouvernance de l’Hydra mais surtout avec les capacités cérébrales de Charles Xavier. Cela promet !

[/toggle]
[toggle title=”US-Avengers #1 – 7/10″]

Scénario: Al Ewing – Dessins: Paco Medina

Al Ewing continue son exercice de style sur les Vengeurs : sortir les séries les plus déjantées du marché ! et c’est le cas avec ce US Avengers #1. Les membres de l’AIM de Da Costa sont maintenant regroupés au sein d’un organisme militaire américain, mandaté par l’état major du même pays. Numéro introductif parfait, où tous les membres sont présentés au travers d’un discours pro-yankee, sans doute légèrement ironique sur les bords je pense. Le décalage ne se limite pas à cela, puisque tout ce #1 n’est qu’une énorme farce d’un dynamisme fou. Al Ewing adopte ce ton résolument déphasé des productions sérieuses du reste du kiosque. Mais c’est aussi un amoureux de la continuité Marvel, et il vient nous ressortir une version féminine de Captain America, tout en proposant un ennemi lui aussi déjanté, au design entre le Club des Damnés et Crâne Rouge, étonnant. Paco Medina s’accorde à son auteur, son style plus foufou qu’un Chung, dans la droite lignée d’un Coipel est parfait pour illustrer une série de cet acabit.   

Introduction réussie par Ewing, me voilà embarqué au moins pour quelques numéros. 

[/toggle]
[toggle title=”Occupy Avengers #1 – 5.5/10″]

Scénario: David F Walker – Dessins: Carlos Pacheco

Clint Barton évolue dans un cercle très particulier depuis Civil War II. Pour les retardataires, ou ceux qui sont simplement passés outre l’événement, il est l’assassin de Bruce Banner, mais il est surtout félicité par la populace pour son crime. Occupy Avengers, c’est donc suivre Barton vivre avec ça et parcourir les Etats-Unis pour … faire le bien, aider les gens ? Les motivations semblent se limiter à cela. Là où j’espérais voir cette opposition comme enjeu principal, le meurtre de l’un de ses plus anciens compagnons est la source de sa gloire présente (les possibilités psychologiques sont énormes avec ça), l’auteur choisit le social road trip. Dans ce premier numéro, une réserve amérindienne privée d’eau par des industriels véreux, cadre les débuts de cette série. L’auteur est à l’aise sur l’écriture, ses dialogues sont ciselés, ses bulles de pensées propices à la réflexion. Maintenant, l’ambition générale du titre manque peut être d’une vraie direction, entre ce social vigilante et un aspect super-héros malvenu lors de la conclusion. La partie graphique d’un Pacheco est perte de vitesse n’aide pas à gonfler la pertinence du titre, le dessin s’inscrit dans une plate banalité. 

Nouvelle série à la survie déjà compromise. Qui a vraiment envie de suivre Hawkeye, encore une fois, dans un titre on-going qui se terminera au bout d’une dizaine de numéros ? Une mini-série aurait été préférable je pense. En l’état, Walker s’en sort grâce notamment à des dialogues francs, et pertinents, aidé par les réflexions de Clint avec ce verbe acéré. La direction sociale est intéressante, motivée par la situation inédite du personnage, mais la conclusion, comme le dessin, me privent d’une vraie surprise. Une lecture agréable mais largement dispensable. 

[/toggle]
[toggle title=”Avengers #1.1 – 3/10″]

Scénario: Mark Waid – Dessins: Barry Kitson

Waid multiplie les séries chez les Vengeurs, avec cette dernière plongée dans le passé de cette équipe. Ce n’est pas une tentative de retcon, ni un arc narratif à la time-line passée, mais bien une réactualisation d’une histoire déjà écrite. Waid relate l’arrivée des jumeaux Maximoff (qui finalement sont le fruit des manipulations du Maître de l’Evolution, du moins j’en suis resté là), de Barton parmi l’équipe, mais surtout des retombées médiatiques de telles recrues. Quel est l’intérêt ? cette histoire existe déjà, nous fait revenir des années auparavant sans le moindre lien (pour l’instant en tout cas) avec les intrigues présentes de l’auteur ? Vraiment, je ne saisis pas le projet derrière. Le dessin est aussi anecdotique. 

Cette série vient alourdir le kiosque et ne propose rien. Au sein d’un hors-série, pourquoi pas, mais le titre n’a pas sa place au sommaire régulier.  

[/toggle]

En voilà une lecture plaisante. Avec l’arrivée de 3 nouvelles séries, le sommaire gravite autour de 4 titres aux qualités (mais aussi aux défauts) certaines. Cependant, Occupy Avengers et Avengers #1.(…) ne sont pour l’instant pas à la hauteur. Il serait toutefois dommage de se priver, tant l’offre est honnête. 

[alert variation=”alert-info”]

Pour découvrir et commander ce numéro, c’est par ici: