Daredevil – Tome 3 – Le roi de Hell’s Kitchen (VF-Panini comics)

Daredevil - Tome 3 - Le roi de Hell's Kitchen
Release Date
6 juillet 2016
Scénario
Brian M. Bendis
Dessins
Alex Maleev, collectif
Couleurs
Matt Hollingsworth, collectif
Editeur
Panini comics
Our Score
9.5

Après un double sans faute avec deux tomes incontournables, la suite était attendue avec impatience ! A la fin du tome 2, Daredevil s’est imposé comme le Caïd de Hell’s Kitchen pour qu’enfin ses habitants puissent vivre en paix. Mais tout n’est pas si simple. 

Brian M. Bendis choisit une astuce maligne, en procédant à un saut dans le temps. On se retrouve un an après le coup de force de Daredevil. Pour ce premier arc, l’auteur met en avant Ben Urich en tant que narrateur de cette première année de Daredevil “à la tête” de Hell’s Kitchen. Le procédé est efficace et permet de gérer les conséquences de cette période compliquée et de se focaliser sur l’attitude de Matt Murdock. Le choix de mettre en scène Urich s’adressant à une personne inconnue – dans un premier temps – pour lui raconter les événements entretient une belle tension. L’arrivée des Yakuzas rappellent les grandes heures de Franck Miller, ainsi qu’un Matt Murdock au fond du trou, physiquement atteint mais surtout psychologiquement touché. L’auteur sait magnifiquement utiliser les traumatismes du passé et les plaies non refermées. 

Le lecteur assiste alors à une renaissance, à l’aide de ses amis super-héros. Dans un arc qui sent bon l’espionnage, le scénariste met en scène une Black Widow tout en sensualité. En fond de ce récit bourré d’action, les amours compliquées de Matt rappellent que c’est un thème qui a, depuis des décennies, traversé les aventures du Diable de Hell’s Kitchen. Brian M. Bendis sait brillamment négocier ce passage obligé. Si Matt a enfilé de nouveau le costume rouge, sa vie privée est toujours en mille morceaux

Le tome se clôt sur l’épisode #65 où plusieurs dessinateurs se passent le relais et dans lequel Brian M. Bendis semble vouloir nous livrer quelques “scènes coupées” de son run. Peu convaincant, cet épisode de transition est loin d’être essentiel. 

Sur les épisodes réguliers, Alex Maleev poursuit son travail exceptionnel. Ses ambiances sombres et crasseuses se révèlent bluffantes dans les scènes de combats avec les Yakuzas. 

Ce nouveau volume poursuit le travail exceptionnel de Brian M. Bendis et Alex Maleev sur Daredevil. Au fond du trou avant de renaître, le personnage capte inlassablement l’intérêt du lecteur. Indispensable !
9.5
On aime
Une écriture toujours aussi impressionnante
La saut dans le temps, malin
Une variété dans les angles et les formes d'arcs
Les dessins d'Alex Maleev, encore et toujours
On aime moins
L'épisode #65 en dessous