Justice League – Récit Complet HS #2 – Ascension (VF – Urban Comics)

Après un premier numéro consacré aux Titans tout à fait recommandable, Urban comics publie dans ce récit complet Justice League Hors-série n°2, la saga JLA : Heaven Ladder – Ascension. One shot complété comme l’indique, en une courte ligne, l’éditeur dans son introduction par les deux derniers épisodes de la série JLA pré-Rebirth scénarisée par Bryan Hitch, unique point commun de ces histoires.

Ces épisodes étant sortis après le lancement de Rebirth dans l’anonymat général, leur intérêt est proche du néant. Je n’ai d’ailleurs pas lu cette série dont la haute qualité n’est pas la caractéristique première aperçue dans les reviews que j’ai pu lire, je ne critiquerai donc pas ces deux dernières livraisons.

Non, si vous êtes en train de lire ces quelques lignes, c’est clairement pour Heaven’s Ladder.

Ce numéro est sorti au début des années 2000 lorsque la Justice League vivait quelques-unes de ces pages les plus épiques sous la plume de Grant Morrison et Mark Waid. Leurs histoires se caractérisaient par leur dimension homérique.

Heaven’s Ladder rentre tout à fait dans cette catégorie. Alors que les membres de la Justice League vaquent à leurs aventures quotidiennes, un tremblement de terre survient. Un séisme ? Une explosion ? Que Nenni ! C’est juste une immense machine qui vient de voler la Terre en l’embrochant par les pôles ! Dans quel but ? Par qui ?  Comment récupérer ce bon vieux caillou ? Voilà quelles occupations pour nos héros !

A partir de là, Waid développe son récit ambitieux de façon magistrale, abordant les thèmes de la foi et de ce qui vient après la mort.

Heaven’s Ladder n’est pas un récit aisé. Il demande l’attention totale du lecteur. Les concepts abordés ne sont pas simples. Certains diront tarabiscotés et artificiels. On est parfois à la limite mais le récit est bourré d’idées folles qui emportent la mise.

Mais le meilleur est la partie graphique.

Bryan Hitch use de son trait précis et détaillé pour nous en mettre plein la vue. Ses pleines pages sont de toute beauté, à la démesure du récit de Waid. Ces concepts dingues méritaient une illustration dingue. C’est le cas. Les découpages en des cases occupants souvent la largeur de la page sont efficaces. La colorisation de Laura Dupuy apporte une vraie tonalité à chacune des scènes et est renforcée par des gouttières noires.

 

Franchement, c’est du travail de très haute volée !

Ce récit a été édité par Soleil en 2001 dans un très grand format, donnant aux planches de Hitch une ampleur encore plus impressionnante. Si vous le trouvez en occasion, n’hésitez pas, ça vaut le coup ! La version kiosque d’Urban permet quand même de mesurer le travail accompli. La traduction a été refaite et je trouve qu’elle est meilleure que la précédente, plus fluide et plus moderne, permettant de mieux saisir les concepts barrés de Mark Waid.

Question édition, c’est un sans faute de la part d’Urban comics, comme d’habitude.

Si l’on n’est pas réticent aux concepts de Mark Waid, Justice League : Heaven’s Ladder est un récit à posséder ! Sinon, jetez au moins un œil aux dessins, de ce côté-là, c’est un pur chef d’œuvre. Et à ce prix-là, aucun doute qu’il finira dans votre bibliothèque !

 

[alert variation=”alert-info”]

Pour découvrir et commander ce numéro, c’est par ici:

[/alert]