Star Wars: Poe Dameron Tome 1 (VF – Panini Comics)

Avec Poe Dameron Tome 1, intitulé L’escadron Black, Panini propose pour la première fois en librairie un recueil dont le contenu pourrait faire penser à la composition d’un magazine en kiosque: 3 épisodes de la série titre, auxquels s’ajoutent un one-shot sur C-3PO et une courte histoire sur BB-8. Cette composition déroutante de prime abord a tout de même une forme de logique, puisque les histoires de ce recueil visent à mettre en lumière un point de l’Episode VII sorti au cinéma fin 2015: Comment Poe Dameron en vient-il à atterrir sur Jakku au début du film? Comment C-3PO a-t-il obtenu ce fameux bras rouge qui a tant fait parler? Et pourquoi BB-8 est-il mignon (j’ai beau me forcer, je ne vois aucun autre intérêt à cette histoire, tout comme à ce droïde, a envie de dire une partie de mon esprit…)?

[accordions tabs_bgcolor=”#ffffff” tabs_textcolor=”#000000″ tabs_bordercolor=”” tabs_opacity=””][accordion title=”Poe Dameron #1-3 – 6/10″]

Scénario: Charles Soule – Dessins: Phil Noto

Charles Soule n’en est pas à son coup d’essai sur l’univers Star Wars de Marvel, puisqu’il a déjà signé les mini-séries Lando et Obi-Wan & Anakin, déjà disponibles chez Panini Comics. La Maison des Idées a donc confié naturellement à ce scénariste, l’une de ses stars (Daredevil, Uncanny Inhumans, She-Hulk, Death of Wolverine, Death of X, Inhumans vs X-Men,…) une série régulière de plus, sur le meilleur pilote de la Résistance. Mais je vais être franc, cette fois, ça ne marche pas.

Quand on me vend une série sur Poe Dameron, avec un premier arc intitulé “Escadron Black”, je m’attends à voir Poe faire des prouesses à bord de son X-Wing, lors de grandes batailles dans l’espace, et vivre des moments forts avec son escadron soudé. Pas à voir Poe se planquer sur une planète pendant deux épisodes, ne piloter que sur quelques pages, sans faire de manoeuvres époustouflantes, et échanger quelques punchlines avec un Agent du Premier Ordre, Terex, pas très inspirant. Le tout au milieu de La Crèche, groupe qui vénère un oeuf géant depuis des générations. Oeuf qui contient une créature tout sauf à ce que l’on s’attend à trouver dans l’univers Star-Wars, à tel point qu’on se demande si Poe ou Terex ne vont pas sortir une Poke Ball pour le capturer.

Le premier TPB en VO contient les 6 premiers épisodes de la série, là où Panini n’en propose que 3, ce qui a forcément un impact sur la lecture, et ce démarrage poussif et décevant sur trois épisodes est peut-être corrigé en VO par une deuxième moitié de volume qui répond (peut-être) plus aux attentes que l’on est en droit d’avoir, et lance vraiment la série, qui, on le sent, n’a toujours pas démarré à la fin du troisième épisode. Le problème, c’est que le Tome est terminé, et que je ne suis pas sûr que nombreux seront les lecteurs à se jeter sur le Tome 2 sur la seule foi de ce premier jet…

Côté dessins, Phil Noto propose un travail tout à fait correct, sans être ébouriffant, mais se prend complètement les pieds dans le tapis avec sa créature à mi chemin entre Pokemon et Saga.

[/accordion][accordion title=”Star Wars Special: C-3PO – 6.7/10″]

Scénario: James Robinson – Dessins: Tony Harris

Initialement annoncé dans un hors-série en kiosque, voici que ce one-shot, qui n’a de rapport avec la série Poe Dameron que sa place dans la chronologie, se retrouve à compléter le demi-volume de la série consacrée au pilote de la Résistance. L’histoire est scénarisée par James Robinson, lui aussi habitué des récits de bon niveaux chez Marvel et féru de continuité (son run sur la fin de Fantastic Four parle de lui-même) et connu pour ses travaux chez DC (un passage remarqué sur Superman, et l’excellente Earth-2 pour les New 52), pour ne citer que ces deux-là .

Mes attentes n’étaient pas élevées, puisque je ne ressentais pas une envie irrépressible de savoir comment le droïde s’était retrouvé affublé de ce bras rouge, et que je me doutais qu’au moment de nous le raconter, nous aurions droit à une dégoulinade de fan-service. Et finalement, du côté de l’histoire, la surprise est plutôt bonne. On voit assez rapidement où veut nous conduire Robinson, mais son histoire, pourtant courte, est complète, bien ficelée, et ne manque pas de nous faire nous interroger sur la place des droïdes dans la saga Star Wars, et leur différence avec les humains au niveau de la “personnalité”, parfois très mince, ce que l’on a pu voir encore récemment avec K-2SO dans Rogue One. Et, osons le dire, j’aurais pu être vraiment ému par cette histoire.

“J’aurais pu”? Oui, si les dessins ne m’avaient pas autant dérouté. J’ai terminé ma lecture depuis 3 jours maintenant, et je ne sais toujours pas quoi penser de ce style plus que particulier. Je ne peux pas dire que je l’ai adoré, ni que je l’ai détesté. Dans ce cas, je mets généralement 10/20, pour exprimer ce tiraillement dans ma note, mais j’ai mis 9 cette fois-ci, car ce style et la réaction qu’il a provoqué chez moi a, je pense, impacté négativement mon ressenti au sujet de l’histoire en parasitant continuellement mon attention. Cependant, je dois saluer un effort au niveau de la composition des planches, parfois très bien sentie.

[/accordion][accordion title=”SaBBotage – 4/10″]

Par: Chris Eliopoulos et Jordie Bellaire

BB-8 est mignon, alors quand il voit un pilote et une pilote de la Résistance, il fait plein de bêtises pour les forcer à se rencontrer et tomber amoureux l’un de l’autre. Fin de l’histoire. Coeur.

Du remplissage, voilà ce qu’est la raison d’être de cette histoire courte sans aucun intérêt ni rapport au niveau du ton avec le reste de l’album. Certes mignonne, bourrée de bons sentiments, et au style graphique cartoony par désagréable, mais tellement dérangeante quand sa seule fonction est de faire dépasser les 100 pages à un tome vendu 13 euros en librairie.

[/accordion][/accordions]

Au final, c’est avec deux sensations que l’on referme cet album: celle du gâchis, tout d’abord. Parce que Poe Dameron est sans doute une série pleine de potentielle et intéressante, mais elle ne se voit pas accorder le droit de prendre le temps de se lancer via un tome complet de 6 épisodes, à cause d’un choix éditorial douteux: proposer le contenu d’un kiosque avec une couverture cartonnée au prix d’un album librairie, ce qui provoque la deuxième sensation, de picotement cette fois.

Et vous? Avez-vous lu Poe Dameron tome 1? Qu’en avez-vous pensé? Les commentaires sont à vous!

Pour découvrir (malgré tout, et puis on ne sait jamais…) et commander (vous avez le droit) cet album, c’est par ici: