Something is killing the children – Vol. 4 (VO-Boom!Studios)

Something is killing the children Vol.4
Scénario
James Tynion IV
Dessin
Werther Dell'Edera
Couleurs
Miquel Muerto
Editeur
Boom!Studios
Our Score
9

Alors que la série a rencontré un très gros succès, l’idée de prolonger le plaisir au-delà du numéro #15 –  censé constituer la fin de la mini-série -, a germé dans l’esprit des auteurs et de l’éditeur pour raconter les « origines » d’Erica. Une initiative qui a pu rendre dubitatif tant les exemples de séries prolongées artificiellement et amenant à des épisodes sans intérêt sont légion. Mais dans le cas de Something is killing the children, force est de constater que le résultat est plus que probant et nourrit remarquablement la série.

James Tynion IV crée une « origin story » extrêmement efficace et passionnante à lire en s’appuyant sur les forces et faiblesses de son héroïne. Fragilisée par les évènements dramatiques qui vont l’engager dans sa quête initiatique au sein de The house of Slaughter, Erica puise au fond d’elle-même une force incroyable pour franchir les épreuves auxquelles elle fait face.

Si les étapes de cet apprentissage sont classiques et sa finalité, connue, le récit se fait vivant et prenant. A contrario d’un troisième arc en dents de scie – Ep #11-15 -, de nombreuses émotions traversent ce quatrième volume. Entre tension forte, tristesse profonde, inquiétude éprouvante et action horrifique, le lecteur ne peut lâcher des mains le destin d’Erica.

James Tynion IV crée un contexte riche en édifiant The House of Slaughter. Des personnages nouveaux émergent et posent les bases de la série spin-off éponyme, entre brimades entre prétendants et « maitres » prisonniers de leurs émotions. L’ensemble offre un miroir redoutable aux étapes franchies par Erica.

L’équipe artistique qui avait régalé sur les 15 premiers épisodes franchit une nouvelle étape dans ses expérimentations graphiques. Tout en conservant la patte qui a fait le charme de la série, Werther Dell’Edera et Miquel Murto font preuve d’une créativité supplémentaire dans les scènes horrifiques et surnaturelles en proposant une mise en page et une colorisation encore plus inventives. L’art qu’ils mettent au service du récit de James Tynion IV se révèle idéal pour ce destin tourmenté.

Chronique réalisée à partir de la lecture des singles VO #16 à #20.

L’équipe créative de Something is killing the children réussit le pari d’enrichir la série d’un arc supplémentaire, passionnant à lire et sublime à regarder !

9
Points forts
Un arc "origin" très réussi
Werther Dell'Edera & Miquel Muerto en grand forme
Un bon équilibre entre émotion, horrifique et action