Superman – Son of Kal-El – Tome 1 (VF)

Superman - Son of Kal-El - Tome 1
Release Date
27 mai 2022
Scénario
Tom Taylor
Dessins
John Timms, Daniele Di Nicuolo, Steve Pugh, Clayton Henry
Couleurs
Hi-Fi, Gabe Eltaeb, Romulo Fajrado Jr, Steve Bucellato
Traduction
Laurent Queyssi
Editeur
Urban Comics
Our Score
7.5

L’arrivée de Tom Taylor sur la franchise Superman – que l’on a sérieusement désertée à l’occasion le passage de Brian M. Bendis sur l’univers (Superman, Action Comics, Legion,…) – était l’occasion de se frotter à nouveau à l’Homme d’Acier et à ses histoires qui ont connu bas et hauts au fil du temps. Mais l’australien ne débarque pas sur le titre Superman mais prend en main la destinée du rejeton qui a droit, cette fois-ci, à sa propre série ! Pour cette nouvelle aventure, le scénariste de Seven Secrets s’associe à John Timms pour l’essentiel de la partie graphique.

Dans le contexte du Superman Infinite de Philip Kennedy Johnson – qu’il serait peut-être bon de lire, finalement – , Clark Kent a décidé de se lancer dans une mission l’emmenant aux confins de l’univers pour libérer le Warworld. Il est temps pour Jon, qui a désormais 17 ans, de trouver sa place de ce monde et de devenir le nouveau Superman.

La série s’ouvre dans un contexte un peu compliqué – même si Urban Comics fait encore une fois le boulot éditorial -, marqué par les errements du sieur Bendis pendant de longs mois qui n’ont convaincu personne et ont introduit des éléments peu crédibles. Jon n’a pas connu d’évolution linéaire, passant d’enfant à quasi adulte, et se retrouve face au départ de son père – dont les raisons ne sont pas explicitées dans les premiers épisodes, ce qui est dommage et n’aurait pas pris beaucoup d’espace.

Mais avec son savoir faire, et en trouvant un juste équilibre entre super héroïsme et vie personnelle, Tom Taylor prend les choses à bras le corps et crée un récit initiatique dans lequel Jon va se forger sa propre identité de Superman. Le jeune héros est confronté – comme ses congénères de sa génération – à des problèmes sociaux et environnementaux. Choix pertinent bien exploité dans ce qu’il amène Jon à se poser des questions sur la façon dont il veut être Superman et qui permet à Tom Taylor de créer le personnage de Jay Nakamura, journaliste et activiste, qui va s’immiscer dans le vie de Jon, développant le caractère intime de la série. Cette relation s’inscrit parfaitement dans la série et se construit de façon organique.

 

Tom Taylor présente un Jon, jeune adulte avec des préoccupations personnelles de son âge mais faisant preuve d’une vraie maturité et de malice lorsqu’il s’agit de faire face à Lex Luthor ou au nouveau méchant Henry Bendix.

Dans le déroulé de son histoire, le scénariste use toutefois de certaines facilités qui font parfois tiquer. Quelques raccourcis bien commodes et quelques situations vite expédiées viennent ternir quelque peu le tableau. Tom Taylor n’en oublie pas pour autant son humour, ses clins d’oeil et parfois quelques piques.  Le caractère de Batman est très souvent la cible du scénariste – et pas seulement dans ce nouveau titre – , et le dirigeant de l’île de Gamorra qui met le bazar dans le monde Superman ne s’appelle sans doute pas Bendix pour rien….

La partie graphique est essentiellement assuré par le costaricain John Timms qui réalise un travail très correct autant dans ses mises en page que dans le dynamisme de ses planches. L’on pourra juste lui reprocher quelques visages pas toujours jolis et souvent anguleux.

Malgré quelques facilités, Tom Taylor lance de plutôt belle manière le « nouveau » Superman en la personne de Jon Kent, dans un récit moderne et enlevé !

7.5
Points forts
Des préoccupations sociales interessantes
Un bon équilibre entre super héros et vie personnelle
Une belle partie graphique...
Un humour toujours de la partie
Points faibles
Un manque d'explication du contexte
Certaines facilités scénaristiques
...à l'exception de visages anguleux et pas toujours jolis