Blue in green (VO-Image Comics)

Blue in green
Release Date
28 octobre 2020
Scénario
Ram V
Dessins
Anand RK
Couleurs
John Pearson
Lettrage
Aditya Bidikar
Editeur
Image comics
Our Score
10

Le titre “Blue in green” parlera aux amateurs de Jazz. A l’évocation de ce morceau créé par Miles Davis sur le chef d’oeuvre Kind of blue, de douces humeurs gagnent l’esprit du mélomane. Récemment en vue en VF avec l’excellent These Savage Shores, Ram V sort un nouveau Graphic Novel où, comme son titre l’indique, le Jazz aura une place prépondérante. Mais pas seulement. L’auteur va y développer une multitude d’ambiances. Pour ce projet ambitieux, il s’associe au dessinateur indien Anand RK, au coloriste John Pearson et au lettreur Aditya Bidikar.

Alors qu’il revient dans la maison de son enfance à l’occasion de l’enterrement de sa mère avec laquelle il a toujours eu des relations complexes, Erik, saxophoniste professionnel, découvre, dans les affaires de sa mère, une photographie d’un saxophoniste inconnu. La recherche de l’identité de ce dernier va devenir obsessionnelle et entrainer une quête personnelle insoupçonnée. 

Il est des comics qui, grâce à leurs partie graphique, vous immerge totalement au bout de quelques planches, sans que l’histoire ait même réellement commencé. Blue in green est de ceux-là. Poisseux, écorché, même enragé, le travail de Anand RK et John Pearson crée un choc. Comme le Jazz dont l’histoire se parfume, il est libre et emprunte des formes multiples, est sans cesse changeant, varié, toujours surprenant. Les crayonnés de Anand RK, aux contours flous et griffés donnent une impression d’urgence qui ne quittera jamais le comic. La sublime palette de couleurs dont use John Pearson offre à chaque séquence une teinte propre et singulière. Ses nappes successives apportent une force supplémentaire à des planches déjà fortement évocatrices

En termes de composition, les idées sont multiples et foisonnantes. Faisant appel aux formes spiralaires ou au thème musical, certaines planches sont hypnotiques. La représentation de l’artiste avec son instrument frappe la mémoire du lecteur par les positions iconiques. Dans tous les genres auxquels touche l’histoire, le thriller, l’horreur, le romantisme, la musique, les artistes visent juste et provoquent une vague d’émotions fortes

Une partie graphique époustouflante de bout en bout !

On notera le lettrage de Aditya Bidikar, sec et vif dans les bulles, ainsi que celui des affiches de concert. Tom Muller signe un design qui rappelle le label Blue Note à merveille !

Quant à l’histoire proposée par Ram V, c’est une quête personnelle pour son personnage. Le recherche de l’identité du musicien inconnu est en fait la recherche de sa propre identité à travers son passé chaotique. L’auteur y évoque l’impact de l’enfance et de la relation filiale. Le lecteur croise une floppé de personnages en déshérence, à la recherche d’un second souffle. Comme dans de nombreuses légendes de musiciens, Erik va croiser un démon pour acquérir ce son qui fera de lui un meilleur saxophoniste. Ram V évoque alors la puissance de la musique et des émotions qu’elle procure. L’ambiance enfumée et malfamée des clubs de Jazz s’y respire !

Le récit de Ram V se lit tel un thriller haletant qui flirte avec justesse avec l’horreur, la folie mais aussi avec une sorte de romantisme égarée. De nombreuses émotions et ambiances pour une histoire très sombre. 

Blue in green est un comic sombre et puissant qui met en avant un duo d’artistes – Anand RK et John Pearson – qui livre une prestation tout simplement époustouflante ! Un quête personnelle et musicale qui marque les esprits ! Un énorme coup de cœur et un des comics de 2020 !
10
Points forts
Une partie graphique époustouflante
Une ambiance sombre et hantée
Un parfum de Jazz intense et crasseux