Daredevil #1 (VO-Marvel)

Daredevil #1
Release Date
6 février 2019
Scénario
Chip Zdarsky
Dessins
Marco Checchotto
Editeur
Marvel
Prix
4,99€
Our Score
8.5

Nouveau départ pour Daredevil après le run mémorable de Charles Soule, que j’ai arrêté au bout du deuxième arc et dont la qualité scénaristique s’est imposée auprès de la majorité des lecteurs. Ce judicieux choix m’a conduit à plusieurs années de disette sur le personnage, autant dire que l’attente pour cette relance avec Chip Zdarsky et Marco Checchetto aux commandes était énorme.

A la fin des épisodes de Soule, Matt Murdock est au fond du trou. La mini-série Man Without Fear de Jed Mackay, que je me suis abstenu de lire, a tenté de le remettre en selle. Le personnage revêt le costume, apportant avec lui ses questionnements moraux et religieux. L’histoire se partage entre séquences présentes et passées.  Dans le présent, Matt Murdock va d’abord rencontrer une jeune femme dans un bar. On est alors dans l’ambiance intimiste avec des dialogues bien tournés. Le scénariste installe ensuite une intrigue policière très classique, pour le moment, puis Daredevil va repartir en patrouille. Son état physique actuel va alors avoir d’importantes conséquences. Dans le passé, on retrouve Matt enfant puis plus vieux, dans l’église du père Cathal où il va se confier à plusieurs reprises. Ce sont les meilleures scènes. Précédant et suivant son accident qui lui a fait perdre la vue, elles sont touchantes et remettent bien en place son rapport au religieux et à la violence.

Ces séquences présentes et passées se répondent plutôt bien pour former un tout cohérent.

On retrouve dans ce numéro #1 une ambiance très classique pour le personnage, de celles qu’ont pu mettre en place Bendis et Brubaker, à leurs époques. De celles qu’ont a beaucoup aimées. C’est donc un grand plaisir que procure cette ambiance “street level”. Certains lecteurs pourront se plaindre de pas trouver de nouveauté mais c’est ce Daredevil que j’aime et j’en suis ravi.

La partie graphique est un gros coup de cœur. Les dessins de Marco Checchetto sont d’une précision chirurgicale et bénéficient d’une mise en page imaginative. Il nous gratifie d’une splash page d’un classicisme imparable. Le dessinateur reprend également le gimmick ondulatoire de Chris Samnee pour évoquer le radar de Daredevil. On est en terrain connu et c’est efficace. La colorisation de Sunny Gho est sublime. Dans des tons ocres ou bleus, elle est d’une belle subtilité et ne noie pas les dessins de Checchetto, bien au contraire. Un excellent travail !

Daredevil #1 reprend le personnage aux bases. C’est classique mais très bon. Un nouveau départ qui nous fait retrouver le plaisir de lire une série sur le Diable de Hell’s Kitchen.
8.5
On aime
L'ambiance Street level retrouvée
La partie graphique, sublime
Les séquences dans le passée, très fortes
On aime moins
Très classique pour le moment