Daredevil – Tome 2 – Sans peur (VF-Panini Comics)

Daredevil - Tome 2 - Sans peur
Release Date
11 janvier 2017
Scénario
Ed Brubaker
Dessins
Michael Lark, collectif
Couleurs
Matt Hollingsworth, collectif
Editeur
Panini comics
Our Score
9

Ed Brubaker a repris de main de maître la suite de Brian M. Bendis dans un premier volume particulièrement réussi. Il poursuit les pistes lancées par Bendis en confrontant Matt Murdock aux problèmes liés à son identité secrète et en développant sa relation avec Milla

Le scénariste propose une grande intrigue, découpée en deux arcs, qui va mêler enquête judiciaire et super-héros. Si le déroulé des deux arcs est très similaire avec des doutes, des erreurs, des fausses pistes et enfin, la découverte de celui qui tire les ficelles, l’ensemble conserve un dynamisme enlevé qui ne lasse jamais le lecteur. Ed Brubaker développe encore un peu plus le pan psychologique de la série en mettant en avant Dakota North et sa relation avec Matt Murdock ainsi que la lente chute de Milla Donovan. Le couple Matt-Milla prend une dimension supérieure à travers les tourments psychologiques de cette dernière qui sombre de plus en plus dans une forme de dépression. Le parallèle s’accentue avec la dérive de Daredevil dont les limites par rapport à la violence semblent repoussées un peu plus.

Si l’influence de Lily Lucca parait toujours un peu artificielle, Ed Brubaker parvient à installer Mr FEAR comme un vilain crédible qui acquière une vraie dimension. Le scénariste augmente la part super-héroïque de la série, allant par moment jusqu’à proposer un peu trop de scènes d’action.

Michael Lark réalise la quasi intégralité des dessins. Son trait granuleux livre une ambiance sombre et inquiétante. Il est aussi à l’aise dans les scènes d’action que de dialogues. Ses décors sont travaillés et étoffés. Matt Hollingsworth, aux couleurs, est toujours le complice idéal pour cette série qu’il a entamé avec Brian M. Bendis.

Le tome s’ouvre et se clôt par deux épisodes Fill-in. Le premier résume les derniers événements survenus dans le tome 1 à travers les yeux de Milla, joliment déssiné par Lee Weeks. Sympathique. Le second est la vision de Ben Urich, sans intérêt et aux dessins peu agréables de Paul Acazeta. L’épisode 100 qui continue l’histoire de façon classique voit défiler son lot d’artistes majeurs (Sienkiewicz, Bermejo, Maleev, …) pour une belle partie graphique.

Ce deuxième tome du run de Ed Brubaker et Michael Lark démontre à nouveau la qualité du travail des deux artistes. Si l’action est mise en avant, le scénariste n’oublie pas de développer le pan psychologique d’un personnage toujours tourmenté. Excellent ! A nouveau. 
9
On aime
Les implications psychologiques sur le couple Milla - Matt
Le développement de Dakota North
Deux récits enlevés
La partie graphique de Michael Lark
On aime moins
Deux arcs semblables dans leur déroulé
Un peu trop d'action par moment