Friday #1 (VO-Panel Syndicate)

Friday #1
Release Date
15 avril 2020
Scénario
Ed Brubaker
Dessins
Marcos Martin
Couleurs
Muntsa Vincente
EDiteur
Panel Syndicate
Our Score
9

Voici Ed Brubaker, Marcos Martin et Munsta Vincente qui débarquent chez Panel Syndicate pour une série qui a mûri depuis longtemps dans l’esprit du scénariste, comme il l’indique dans la postface proposée. S’inspirant des livres dans lesquelles de jeunes héros ou héroïnes vivaient de palpitantes aventures policières qu’il lisait étant jeune, Ed Brubaker narre l’histoire de Friday Fitzhugh, une jeune adulte qui, avant de partir à l’université, menait des enquêtes dans sa région à l’aide de son ami Lancelot Jones et aux côtés de la police. De retour de l’université et à peine débarquée du train, elle repart sur une enquête. Mais ses relations avec Lancelot ne sont plus les mêmes.

Ed Brubaker installe très rapidement son ambiance mystérieuse, en emmenant le lecteur dans la nuit enneigée de Kings Hill sur les traces d’un individu qui semble possédé. Croyances ancestrales, suspens et mystères se croisent. Mais Friday est aussi le passage à l’âge adulte d’une jeune femme qui va devoir s’adapter, modifier ses repères. Un thème et un type de personnage principal auxquels Ed Brubaker ne nous a pas habitué mais il parvient sans peine à séduire. Sa caractérisation de Friday est très juste. Il parvient à saisir cette humeur entre-deux que l’on ressent lorsque l’on s’interroge sur son avenir, tout en voulant rester encore un peu dans l’enfance.

Les dessins ronds de Marcos Martin associés aux couleurs de Muntsa Vicente offrent une palette graphique particulièrement enthousiasmante. Les séquences de nuit enneigée sont très réussies et traduisent à merveille l’ambiance angoissante de l’enquête. Les designs laissent penser que l’histoire se déroule il y a plusieurs dizaines d’années, donnant un petit gout d’aventures policières à l’ancienne. A contrario, les scènes de jour bénéficient de couleurs vives qui accentuent cette ambiance “désuète”.

Friday propose un premier épisode très engageant qui mêle intrigue policière, dont le scénariste est un habitué, et portrait d’une jeune fille dont la vie change. Portée par une belle partie graphique, cet entame séduit.
9
On aime
Le passage à l'âge adulte
Les dessins de Marcos Martin, rondement classiques
L'ambiance mystérieuse
La caractérisation de Friday