Ice Cream Man #19 (VO-Image Comics)

Ice Cream Man #19
Release Date
10 juin 2020
Scénario
W Maxwell Prince
Dessins
Martin Morazzo
Couleurs
Chris O'Halloran
Lettrage
Good Old Neon
Editeur
Image Comics
Our Score
10

Ice Cream Man revient pour son 19ème épisode ! Chaque nouvelle issue excite le lecteur amoureux de la série, dans l’attente fébrile de ce que les auteurs vont pouvoir inventer de plus fou ! Ce numéro intitulé “haunting for begginers” possède une forme totalement inédite dans la série et très originale. W Maxwell Prince imagine un manuel pour être un bon fantôme, à même d’hanter son entourage. Ecrit sous forme de vignettes qui évoque pas à pas le destin de Casper, un individu de sexe masculin, le récit se déroule sur trois époques – 9 ans, 39 ans, 79 ans. A 9 ans, Casper se déguise en fantôme et s’en va hanter son quartier. Mais il assiste a un événement tragique qui va profondément le marquer. A défaut de réellement hanter son entourage, c’est évidemment lui qui va être hanté par la séquence qui s’est déroulée sous ses yeux !

Cet épisode épisode #19 contient tout ce qui fait le charme et la force de la série : une étrangeté complète, un soupçon d’horreur, un personnage paumé et une fin particulièrement touchante. La construction sous forme de vignettes accompagnées d’une voix off permet de rythmer le récit au travers de micro-ellipses successives qui s’affranchissent d’une continuité trop rigide. Le découpage en 3 âges nous montre habilement l’évolution du personnage et la façon de le traumatisme l’habite. L’imaginaire de l’enfance se télescope avec l‘horreur du réel qui s’impacte sur l’adulte avant de finir par une conclusion onirique et belle. Le tout est fait avec une grande justesse

La partie graphique de la série s’enrichit à nouveau avec un dégradé de tons de gris très bien réalisé par Chris O’Halloran. Le dessin de Martin Morrazo, toujours aussi régulier dans son étrangeté nous régale encore !

Ice Cream Man enrichit sa mythologie d’une nouvelle pépite qui innove encore. L’écriture est toujours d’une grande justesse dans l’étrangeté comme dans l’émotion. La partie graphique dans des tons de gris fait à nouveau merveille !
10
On aime
Une forme originale
Le story-telling parfaitement maitrisé
Une fin extrêmement touchante