Interview – Artyom Trakhanov

L’artiste au style d’une grande richesse, que l’on a pu admirer en VF sur 7 deadly sins publié chez Panini, parle de son travail et de ses influences. 

For English speakers, please find lower the interview in its original version.


Comment êtes-vous devenu un dessinateur de bandes dessinées ?

Artyom Trakhanov : Ah, vous savez, comme d’habitude. J’ai rencontré des amis qui aimaient beaucoup les animes au lycée, j’ai appris à connaître les mangas et les animes grâce à eux, et je suis devenu obsédé par des trucs « avant-gardistes » comme Hellsing de Kouta Hirano. À peine un an plus tard, j’élargissais déjà mon champ d’action aux bandes dessinées et BD occidentales – grâce à une version pirate de Battle Chasers et à de minables éditions en noir et blanc de Hellboy en russe. Naturellement, toutes mes activités artistiques de l’époque sont progressivement passées de l’illustration à la bande dessinée. J’ai passé la plupart de mes années d’université à dessiner de mauvaises bandes dessinées, en accordant à peine de l’attention à mes mauvais paysages ou à mes mauvaises natures mortes.
Bien sûr, il m’a fallu presque 10 ans de plus pour décrocher un contrat professionnel dans le domaine de la bande dessinée, mais ce n’était qu’un détail technique !

7 Deadly Sins

Dessin

L’une des caractéristiques et des forces de votre dessin est son côté « caricatural » et parfois exubérant, notamment vos personnages, leurs expressions et leurs designs. Etes-vous d’accord avec moi et est-ce une caractéristique sur laquelle vous aimez particulièrement vous appuyer pour dessiner ?

Artyom Trakhanov : Absolument ! Je trouve que plus une BD est réaliste, plus elle est ennuyeuse à regarder, à moins d’avoir un talent incroyable comme Otomo, García-López ou Toppi. Je pense que je trouve le processus et les résultats de la communication de l’expressivité de mes personnages plus attrayants que leur « ressemblance » ou leur « réalité ».

Dans vos bandes dessinées, et notamment dans 7 Deadly Sins et First Knife, vos personnages ont toujours des vêtements originaux et très élaborés. Est-ce un aspect de votre travail que vous aimez soigner ? Pourquoi ?

Artyom Trakhanov : Avec The 7 Deadly Sins, mon plan était en fait encore plus ambitieux que de simplement avoir au moins sept (ou plus !) personnages différents habillés avec des ensembles de vêtements distingués. J’avais l’intention de créer un effet « J.H. Williams III on The Black Glove » – au niveau de l’encrage et de la mise en couleur, chacun des personnages principaux était censé être rendu dans un style artistique légèrement différent, reflétant leur monde intérieur et leurs traits de caractère. Malheureusement, je n’ai pas été en mesure de le réaliser complètement (au point où cela aurait été vraiment perceptible et significatif), mais c’était certainement un point plus important que la garde-robe.

7 Deadly Sins et First Knife sont deux bandes dessinées qui présentent des univers graphiquement riches avec des décors et des personnages (humains ou non) originaux. Imaginer et élaborer ces univers est quelque chose que vous aimez particulièrement faire ?

Artyom Trakhanov : Pour en revenir à la question précédente – oui, bien sûr, j’aime aussi les costumes et la construction du monde ! Avec First Knife en particulier, c’est toute une universalité de possibilités – et être soutenu par l’artiste que je considère comme LE meilleur dessinateur de BD de science-fiction de notre génération, monsieur Simon Roy lui-même, était très valorisant (et juste un peu intimidant ?).

Influences et techniques

Dans certaines de vos bandes dessinées et peut-être encore plus dans vos commissions que vous publiez sur Instagram, les formes géométriques ont une place primordiale. On est tenté de penser au peintre Vassily Kandinky. L’art pictural influence-t-il plus généralement votre travail ?

Artyom Trakhanov : J’ai même fait directement référence à Kandinky dans ma série de dessins Dune, mais pour être honnête, je ne pense pas que mes influences réelles soient TANT avant-gardistes. Mes influences se situent dans le domaine des illustrations et des peintures du début du XXe siècle – pas en ce qui concerne les techniques, en soi, mais pour ce qui est de la sensation et de l’ambiance de mon travail. Pour ce qui est des bandes dessinées, j’aime beaucoup Mick McMahon, Daisuke Igarashi et Frank Miller. Tous ces artistes se distinguent par la manière dont ils choisissent de représenter leurs formes de base.

Vous êtes un dessinateur russe. L’art russe en général a-t-il une influence sur votre travail ? Si oui, de quelle manière ?

Artyom Trakhanov : Toutes mes influences artistiques les plus anciennes et les plus précieuses proviennent d’illustrateurs soviétiques – Kukryniksy, Migunov, Chizhikov. Ils sont tous géniaux, expressifs et vraiment intemporels, et aussi « cartoony » que possible. Mais naturellement, j’aime aussi beaucoup les peintres russes – Vrubel, Roerich, Deyneka…

Techniquement, comment travaillez-vous ?

Artyom Trakhanov : Je fais la plupart de mes vignettes, croquis et crayons numériquement ; puis je les imprime, et j’encre traditionnellement sur papier, en utilisant une boîte à lumière. Il n’y a pas de grand secret ou de technique globale pour mes encres, mais si vous êtes assez curieux du processus, je vous recommande de regarder certaines de mes vidéos d’encrage sur ma chaîne Youtube ! (www.youtube.com/channel/UCF4M7Ac4uw2r2id0HFkoSsg)

First Knife

First Knife

First Knife est un récit d’anticipation apocalyptique à l’univers riche. A la fin des épisodes, il y a des textes et des croquis qui présentent en détail cet univers. Imaginer et créer tout cela est quelque chose qui vous a pris beaucoup de temps ? Est-ce que vous créez tout avant de commencer à créer les pages ou est-ce que cela évolue et que de nouvelles idées s’insèrent en cours de route ?

Artyom Trakhanov : Ces éléments supplémentaires – l’écriture et 90% des illustrations utilisées – ont été principalement pris en charge par Daniel (Bensen) et Simon. Il m’arrivait parfois de lancer quelques idées pour ce qui pourrait convenir à chacun des numéros, mais la plupart de mes idées avaient tendance à être loufoques plutôt que fondamentalement importantes pour notre construction du monde. Par exemple, je pense que les pages du livre de chansons étaient mon idée, mais les chansons insolentes et drôles elles-mêmes ont été magnifiquement écrites par Dan.

7 deadly sins

Le western est un genre très populaire dans la bande dessinée européenne, mais pas vraiment dans la bande dessinée américaine. Est-ce un genre sur lequel vous avez particulièrement aimé travailler ? 

Artyom Trakhanov : Pas vraiment, haha ! Je pense qu’à l’époque où j’ai travaillé sur le livre, j’aimais beaucoup de films de western, mais je ne pense pas avoir jamais eu un western préféré en BD. Même Blueberry est celle que je préfère le moins parmi les bandes dessinées de Moebius. Je pense que j’apprécie davantage la philosophie du genre western que son esthétique réelle.

Autres questions

Quels sont vos projets dans le domaine de la bande dessinée (ou autre), actuellement et pour le futur ?
Je travaille toujours sur Slavic Nihilism – l’anthologie de BD de genre que je dirige pour publier mes propres histoires en tant que créateur, ainsi que des BD courtes de mes amis et collègues. La publication d’un seul numéro par an s’est avérée difficile pendant la pandémie, mais le numéro 4 est enfin disponible sur ma boutique en ligne (gumroad.com/ohotnig), en version physique et numérique ! Tous mes livres numériques sont totalement gratuits, il est donc très facile de les acheter.
Je travaille également, par intermittence, sur le prochain livre First Knife. Il n’en est encore qu’au début de son développement, sans plan de publication concret, mais c’est en quelque sorte le seul livre « grand public » sur lequel j’ai envie de travailler en ce moment.

Quelles sont les bandes dessinées que vous lisez actuellement ? Des coups de cœur ?

Artyom Trakhanov : Récemment, j’ai parcouru beaucoup de vieux mangas, énormément – des livres de Mikiya Mochizuki, Kenichi Muraeda, Yoshikazu Yasuhiko, Ken Ishikawa… Mais je m’y intéresse surtout pour mon « éducation » visuelle et l’élargissement de mes horizons. Donc je suppose que mon livre préféré de ces derniers temps doit être quelque chose que j’apprécie à la fois pour l’art et l’histoire, et sur ce plan, je pense que Wandering Emanon* de Kenji Tsuruta est inégalé. Une lecture triste et magnifique.

Entretien réalisé par échange de mails. Merci à Artyom Trakhanov pour sa disponibilité, sa gentillesse et les images.

*Souvenirs d’Emanon publié chez Ki-oon en VF.


The artist with a very rich style that we could admire on 7 Deadly Sins talks about his work and his influences.

How did you become a comic book cartoonist ?

Artyom Trakhanov : Ah, you know, the usual. Met some friends  who were very into anime in my high school, learned about manga and anime from them, became obsessed with « edgy » stuff like Kouta Hirano’s Hellsing. Just a year  later I was already expanding my operation into Western comics and BD –  thanks to pirated version of Battle Chasers and crappy black and white editions of Hellboy in Russian. Naturally, all my artistic endeavours at the time gradually switched from illustration to comics, too. Spent most of my university years drawing bad comics, barely giving any attention to my bad landscapes or bad nature mortes.

Of course, it required me almost 10 more years to actually land a professional comicbook gig, but that was just a technicality!

Art

One of the characteristics and strengths of your drawing is its « caricature » and sometimes exuberant side, especially your characters, their expressions and designs. Do you agree with me and is this a characteristic you particularly like to rely on when drawing?

Artyom Trakhanov : Absolutely! I find that the more realistic a comic gets, the more boring  it is to look at, unless you are some unbelievable talent like Otomo, García-López or Toppi. I think I find the process and results of communicating expressiveness of my characters more appealing than their « likenesses » or « realness ».

In your comics, and especially in 7 Deadly Sins and First Knife, your characters always have original and very elaborate clothes. Is it an aspect of your work that you like to take care of ? Why ?

Artyom Trakhanov : With The 7 Deadly Sins, my plan was actually even more ambitious than just having at least seven (or more!)  different characters dressed in distinguished sets of clothes. I was going for a « J.H. Williams III on The Black Glove » effect  – on the inking and coloring level each of the main characters was supposed to be rendered in a slightly different art style, reflecting on their interior world and traits. Unfortunately, I was not able to pull it off completely (to the point twhere it’d be really noticeable and meaningful), but it was definitely a bigger focus than the wardrobe.

7 Deadly Sins and First Knife are two comics that present graphically rich universes with original settings and character designs (human or not). Imagining and elaborating these universes is something you particularly like to do ?

Artyom Trakhanov : Circling back to the previous question –  yeah, of course I love costumes and worldbuilding, too! With First Knife especially, it’s a whole univernse of possibilities – and being backed by the artist whom I considers THE best sci-fi comic artist of our generation, mister Simon Roy himself, was very empowering (and juuust a bit intimidating?)

Influences and techniques

In some of your comics and perhaps even more so in your commissions that you show on Instagram, geometric shapes have a primary place. One is tempted to think of the painter Vassily Kandinky. Does pictorial art more generally influence your work?

Artyom Trakhanov : I even referenced  Kandinky directly in my series of Dune drawings, but to be honest, I don’t think my actual influences are THAT avant-garde. My concision influences lie in the field of early 20th century illustrations and paintings – not when it comes to techniques, per se, but to the feel and mood of my work. As for comics, I really love Mick McMahon, Daisuke Igarashi and Frank Miller. All these artists are very distinctive in how they choose to portrait their basic shapes and forms.

You are a Russian cartoonist. Is there an influence of Russian art in general on your work? If so, in what way?

Artyom Trakhanov : All of my earliest and most precious artistic influences were from Soviet illustrators – Kukryniksy, Migunov, Chizhikov. All great, expressive and really timeless, and as «cartoony» as it gets. But naturally, I also love a lot of Russian painters – Vrubel, Roerich, Deyneka…

Technically, how do you work ?

Artyom Trakhanov : I do most of my thumbnails, sketches and pencils  digitally; then I print them out, and ink traditionally on paper, using lightbox. There is no big secret or overarching technique to my inks, but if you’re curious enough about the process, I do recommend watching some of my inking videos on my Youtube channel! (www.youtube.com/channel/UCF4M7Ac4uw2r2id0HFkoSsg)

First Knife

First Knife is an apocalyptic anticipation story with a rich universe. At the end of the episodes, there are texts and sketches that present in detail this universe. Imagining and creating all this is something that took you a lot of time? Do you create everything before you start to create the pages or does it evolve and new ideas are inserted along the way?

Artyom Trakhanov : These extra materials – writing and 90% of the art used in them – were mostly handled by Daniel and Simon. I was sometimes shooting guys with some ideas for what could be a good fit for each of the issues, but most of my ideas tended to be goofy rather than fundamentally important for our worldbuilding. For example, I think the song book pages were my idea, but the cheeky and funny songs themselves were beautifully written by Dan.

7 Deadly Sins

The Western is a very popular genre in European comics but not really in American comics. Is it a genre you particularly liked to work on ? 

Artyom Trakhanov : Not really, haha! I think at the time of working on the book I loved a lot of Western films, but I don’t think I ever had a favorite Western comics. Even Blueberry is my least favourite of Moebius’ comics. I think I enjoy philosophy of the Western genre more than its actual aesthetics.

Others Questions

What are your projetcs in comics ( or other), currently and for the future ?

Artyom Trakhanov : I’m still working on Slavic Nihilism – the genre comics anthology I run for publishing my own creator-owned stories, as well as short comics by my friends and colleagues. Having even one issue per year proved to be a difficult task during the pandemic, but still – #4 is finally available at my online store (gumroad.com/ohotnig) right now, in physical and digital form! All my digital books are totally free, so it’s extremely easy to check out.

I’m also in and out of slowly working on the next First Knife book. It’s still very early in development, with no concrete publishing plans, but it’s kinda the only “mainstream” book I want to work on right now.

What are the comics you are currently reading ? Any favorite ones ?

Artyom Trakhanov : Recently I’ve been browsing through a lot of old manga, an awful lot – books from Mikiya Mochizuki, Kenichi Muraeda, Yoshikazu Yasuhiko, Ken Ishikawa… But I’m looking into these mostly for my visual “education” and widening of my horizons. So I guess my favorite book of the recent time must be something that I enjoy for both art and story, and on that front, I think, Wandering Emanon by Kenji  Tsuruta is unmatched. A sad and beautiful read.

Interview made by email exchange. Thanks to Artyom Trakhanov for his availability, his kindness and the images !