Interview – Caitlin Yarsky

Découverte sur Coyotes, scénarisé par Sean Lewis, Caitlin Yarsky s’est affirmé d’emblée avec une grande maîtrise de la narration et un style unique. Elle aborde avec nous son parcours ainsi que sa collaboration avec le scénariste américain.

For English speakers, please find lower the interview in its original version.

Votre première bande dessinée, Coyotes, date de 2017. Quel était votre parcours artistique avant cela ?

J’ai obtenu mon BFA (Bachelor of Fine Arts) au Rochester Institute of Technology in Illustration. Après l’école, j’ai commencé à travailler comme concepteur de jeux (principalement des jeux pour mobiles pour Nickelodeon et plus tard Disney). J’y suis resté plus de six ans, je suis devenu directrice artistique et j’ai appris l’animation, l’interface utilisateur et la conception de personnages, ainsi que quelques compétences en 3D. En parallèle, je faisais de grandes peintures à l’huile de groupes locaux et de petites illustrations de Fantasy. J’ai également réalisé une peinture murale à Rochester, NY. Après avoir quitté mon premier emploi dans le domaine des jeux, je suis devenu indépendante et j’ai commencé à faire toutes sortes de travaux d’illustration, et j’ai réalisé que je voulais me lancer dans les comics.

Dès ce premier comic, vous faites preuve d’une grande maîtrise du story-telling. Comment pensez-vous que votre travail de concepteur de jeux vous a été bénéfique pour les comics ?

Je pense que le design des jeux m’a plus aidé pour la composition, la typographie et la conception des personnages que la partie narrative du dessin de comics. J’ai acquis beaucoup de compétences qu’il était facile de traduire en comics – par exemple, l’animation m’a aidé à dessiner des gestes et à créer un sens du rythme et du mouvement dans les comics.

Comment travaillez-vous, techniquement ?

Je travaille dans un mélange de traditionnel et numérique. Lorsque j’ai le temps, j’aime esquisser une page sur ma Wacom, l’imprimer très légèrement, puis l’encrer de façon traditionnelle. Puis je la scanne et je colorise et lettre numériquement. Pour les couvertures, elles sont parfois numériques, mais j’aime aussi faire des peintures à l’huile quand je peux.

Coyotes mélange plusieurs genres : le fantastique, l’horreur… Vous êtes à l’aise avec ces différents genres. Avez-vous des œuvres ou des artistes qui vous influencent (comcis ou autres) ?

J’ai des tonnes d’artistes favoris qui m’ont influencé au fil des ans et de nouveaux que je suis quotidiennement. En comics : James Harren, Jamie Hewlett, Mike Mignola, Matteo Scalera, Greg Tocchini, Fiona Staples. Dans l’illustration, l’animation et le concept art : Karla Ortiz, Ian McQue, Sylvain Chomet, Don Bluth, Hayao Miyazaki, Brian Froud, Alan Lee, Clive Barker, Wylie Beckert, Sam Weber. Dans les beaux-arts : Nicolas Uribe, Egon Schiele, Gustav Klimt, Alphonse Mucha, Lucien Freud, John Singer Sargent, Edgar Degas.

Dans l’édition française de Coyotes, les bonus montrent des photos qui vous servent d’inspiration pour les attitudes des personnages. Est-ce une technique que vous utilisez fréquemment ? Pour rendre vos dessins plus réalistes ?

Oui, j’observe des références quand je dessine presque toutes les cases de mes comics. Je demande généralement à mes amis ou à ma famille (ou je pose avec un minuteur sur mon appareil photo), de poser pour différents personnages et scènes. Dans la nouvelle série d’Image “Bliss”, les amis qui posent ressemblent même aux personnages principaux de la série (alors que dans “Coyotes”, c’est moi qui ai inventé les visages des personnages pour la plupart). C’était amusant de dessiner les portraits de mes amis – c’est presque comme s’ils étaient mes acteurs, et ils s’amusent beaucoup à faire partie de l’histoire.

Pensez-vous que votre dessin a évolué entre Coyotes et Bliss ? De quelle manière ?

Oh oui, j’essaie toujours de m’améliorer, d’apprendre de nouvelles techniques et de nouvelles façons de composer les pages et de raconter des histoires. “Coyotes” a été mon premier comic publié, donc c’était une énorme expérience d’apprentissage et je pense que “Bliss” est définitivement le niveau supérieur pour moi. Mais je continue d’apprendre et de perfectionner mon style.

Vous réalisez également de sublimes illustrations à l’huile, y compris pour des couvertures de comics. Pourquoi ce choix de technique pour les couvertures ? Quel plaisir tirez-vous de la peinture ?

Quand j’étais adolescente, je suis allée dans une école des beaux-arts après mes cours réguliers et j’ai appris la peinture à l’huile, la sculpture et le dessin d’après nature. La peinture traditionnelle me manque vraiment, alors j’essaie de faire les couvertures à l’huile quand j’ai le temps, et c’est vraiment satisfaisant. La nature tactile de la peinture est une expérience vraiment singulière et je suis heureuse de pouvoir me faire ce plaisir en travaillant sur les comics.

Qu’est-ce qui vous séduit dans les histoires de Sean Lewis ?

Je suis une grande fan de dark fantasy en général, et les histoires de Sean ont toujours un côté sombre qui est une excellente métaphore des questions pertinentes de la vie réelle. Nos livres semblent toujours parler de l’actualité aussi, presque par accident. Et ce que je préfère dans mon travail avec Sean, c’est de voir à quel point je peux contribuer et collaborer à l’histoire. De plus, j’ai un contrôle total sur la conception des personnages, la direction artistique et les compositions de pages. Ses scénarios sont principalement des dialogues avec très peu de direction visuelle donc j’ai beaucoup de liberté créative.

Lisez-vous des comics ? Lesquels ?

Dernièrement, je n’ai pas acheté de nouveaux livres, mais les derniers que j’ai lus comprenaient Preacher, Paper Girls, Rumble and Low, qui m’ont tous beaucoup plu.

Entretien réalisé par échange de mails. Merci à Caitlin Yarsky pour sa disponibilité et sa gentillesse.

Discovered on Coyotes, written by Sean Lewis, Caitlin Yarsky immediately asserted herself with a great mastery of narration and a unique style. She discusses with us her journey and her collaboration with the American writer.
Your first comicbook, Coyotes, is from 2017. What was your artistic background before that ?

I got my BFA from the Rochester Institute of Technology in Illustration. After school I started working as a game designer (mostly mobile games for Nickelodeon and later Disney). I was there for over 6 years, became an Art Director, and learned animation, UI and character design, and some 3D skills. And on the side I was doing large oil paintings of local bands and small fantasy illustrations. I also did a mural in Rochester NY. After I left my first game job I went freelance and started doing all sorts of illustration work, and realized I wanted to get into comics.

From this first comicbook, you have shown a great mastery of storytelling. How do you think your work as a game designer has benefited you for comicbooks?

I think game design helped me more with composition, typography and character design than the narrative part of drawing comics. I gained a lot of skills that were easy to translate into comics- for example, animation helped with gestural drawing and creating a sense of timing and movement in comics.

How do you work, technically?

I work in a mixture of traditional and digital media. When time allows, I like to sketch out a page on my Wacom, print it out very light, and then ink over the pencils traditionally. Then I scan it back in and color/letter digitally. For covers, sometimes they’re digital but I also like doing oil paintings when I can.

Coyotes mix several genres: fantasy, horror… You’re comfortable with these different genres. Do you have works or artists that influence you (comics or other)?

I have tons of favorite artists that have influenced me over the years and new ones every day that I follow. In comics: James Harren, Jamie Hewlett, Mike Mignola, Matteo Scalera, Greg Tocchini, Fiona Staples. In illustration, animation and concept art: Karla Ortiz, Ian McQue, Sylvain Chomet, Don Bluth, Hayao Miyazaki, Brian Froud, Alan Lee, Clive Barker, Wylie Beckert, Sam Weber. In fine art: Nicolas Uribe, Egon Schiele, Gustav Klimt, Alphonse Mucha, Lucien Freud, John Singer Sargent, Edgar Degas. 

In the French edition of Coyotes, the bonuses show photos that you use as inspiration for the attitudes of characters. Is this a technique you use frequently? To make your drawings more realistic?

Yes, I look at reference when I draw almost every panel of my comics. I usually ask friends or family (or pose myself with a timer on my camera), to pose for different characters and scenes. In the new Image series “Bliss”, the friends who are posing as the main characters even look like the drawings (whereas in “Coyotes”, I made up the characters’ faces for the most part). It’s been fun drawing the likenesses of my friends- it’s almost like they’re my cast, and they’ve been having a blast being part of the story. 

Do you think your drawing evolved between Coyotes and Bliss? In what way?

Oh yeah, I am always trying to improve, learn new techniques and new ways to lay out panels and tell stories. “Coyotes” was my first published comic, so it was a huge learning experience and I think “Bliss” is definitely the next level for me. But I’m still learning and honing my style.

You also do sublime oil-paint illustrations, including comicbook covers. Why this choice of technique for the covers? What pleasure do you get out of painting?

When I was a teenager I went to a fine art school after my regular classes and learned oil painting, sculpture and drawing from life. I really miss traditional painting so I try to do the covers in oil when I have the time, and it’s really satisfying. The tactile nature of painting is a really singular experience and I’m glad I get to scratch that itch while working in comics.

What seduce you about the Sean Lewis stories?

I’m a big fan of dark fantasy in general, and Sean’s stories always have a dark side that are great metaphors for relevant issues in real life. Our books always seem to speak to current events too, almost by accident. And my favorite thing about working with Sean is how much I get to contribute and collaborate on the story. Plus, I have full control over the character designs, art direction and paneling. His scripts are mainly dialogue with very little visual direction, so I have a lot of creative freedom.

Do you read comics ? Which ones ?

Lately I haven’t picked up any new books, but the last ones I’ve read have included Preacher, Paper Girls, Rumble and Low, all of which I’ve enjoyed immensely.

Interview made by email exchange. Thanks to Caitlin Yarsky for her availability and her kindness.