Interview – Hilary & Tyler Jenkins

Les artistes canadiens qui collaborent régulièrement avec Matt Kindt et que l’on suit actuellement sur le déjanté King of Nowhere évoquent leurs influences et leur travail !

For English speakers, please find lower the interview in its original version.

Quels sont vos “origin stories” en tant que dessinateur et peintre ?

Hilary : Quand j’étais jeune, je vivais sur une île isolée au large de la côte ouest du Canada. Sur cette île, il y avait un mélange éclectique de gens, dont un peintre nommé David Barker. Je passais régulièrement mes après-midi à étudier son travail et à apprendre à ses côtés. Je lui serai toujours reconnaissant de m’avoir servi de mentor. De là, je suis allée à Art Collage et j’ai rencontré Tyler. Pendant mes études, j’aimais bien peindre, mais je n’avais pas encore trouvé de place pour cela. La bande dessinée a été un merveilleux moyen de peindre, car créer une ambiance avec la couleur et la lumière est une pure joie pour moi.

Tyler : Je suis tombé dedans, pour être honnête. J’étais un artiste. Kurtis (Wiebe) m’a demandé si je voulais essayer de faire des bandes dessinées et je suis resté bloqué sur ce médium.

Lisiez-vous des comics étant jeune ? Lesquels ?

Hilary : Oui, bien sûr. Little Dot, Casper et Richie Rich étaient parmi mes préférés.

Tyler : Non.

Quels sont les artistes qui vous ont influencés ?

Hilary : Bernie Fuchs serait mon grand favori, suivi de Hiroshi Yoshida, James Gurney, Julian Totino Tedesco et Bill Sienkiewicz.

Tyler : Mike Mignola, Ashley Wood, Katsuhiro Otomo, Bernie Fuchs, C M Dudash, Frank Frazetta

Quelles sont les différentes étapes de votre travail commun pour les comics ?

Hilary : Quand je travaille avec Tyler, c’est un processus différent de celui des autres artistes. Lorsque je colorise pour Tyler, il me donne ses pages originales encrées, que je peins ensuite à l’aquarelle. Parfois, j’y vais avec des rehauts de gouache ou du pastel, parfois même au pochoir. Il y a beaucoup de place pour l’expérimentation quand on travaille sur des livres avec lui. Cela me tient en haleine, car il n’y a pas de reprises lorsque je travaille sur des originaux. Pour d’autres projets, j’imprime généralement une copie des pages encrées et je travaille par-dessus, puis je scanne et je fais des nettoyages numériques.

Tyler : J’évite délibérément d’avoir un processus fixe. Je change le processus pour chaque projet. En général, j’utilise de l’encre ou un crayon noir ou de l’aquarelle pour la plupart de mes pièces, mais les détails du processus changent à chaque fois. Ce qui ne change pas, c’est que je passe beaucoup de temps assis à y réfléchir, et ensuite j’exécute très vite.

Techniquement, comment travaillez-vous ?

Hilary : Je travaille principalement à la gouache et à l’aquarelle sur papier bristol ou aquarelle. Chaque projet a son propre caractère qui modifie légèrement le processus pour s’adapter au style.

Vous avez travaillé avec Matt Kindt à différentes reprises. Comment vous êtes-vous rencontrés ?

Hilary : Je l’ai rencontré par l’intermédiaire de Tyler au Comic Expo de Saskatoon, il y a quelques années.

Tyler : Je l’ai rencontré lors d’un dîner de convention, nous avions des dim sum.

Comment travaillez-vous avec lui ? Quel est votre rôle dans l’élaboration de Grass Kings et Black Badge (designs, couleurs, …) ?

Hilary : Pour Grass Kings, j’ai surtout suivi le style que Tyler avait déjà mis en place dans les premiers numéros. Quant à Black Badge, Tyler et Matt recherchaient une ambiance vintage, j’ai donc été fortement influencée par les vieilles affiches du CP Railway. Elles ont tendance à avoir des couleurs vives et plates qui se traduisent très bien par un travail à la gouache.

Tyler : Grass kings était inhabituel dans la mesure où j’avais conçu les personnages, le monde et une intrigue libre avant d’approcher Matt. Pour Black Badge c’était le contraire, il a d’abord fait tout le travail de base.

Vous travaillez actuellement avec W Maxwell Prince. Vos pages sont complexes et sublimes. Une certaine folie traverse la série. King of Nowhere est-il une œuvre particulièrement difficile ?

Hilary : Nous avons fait beaucoup d’expérimentations pour aboutir à ce projet. Il a été difficile de trouver l’esprit fou que nous voulions, mais nous avons opté pour une approche mixte qui pouvait répondre à l’histoire. C’était un nouveau défi merveilleux qui m’a beaucoup appris.

Tyler : Non. Tout est difficile ou facile selon le jour, selon la page, selon la météo, ha.

Dans la bande dessinée, votre art est unique. Pensez-vous que votre style puisse s’adapter à n’importe quel type d’histoire ? Quel genre aimeriez-vous particulièrement faire (Horreur, super-héros, …) ?

Hilary : En ce qui concerne les bandes dessinées peintes, cela dépend vraiment du style du trait et de l’ambiance du livre. En général, cela semble bien fonctionner pour les livres indépendants. En ce moment, je travaille sur Tartarus et c’est un travail de rêve ! Pouvoir jouer avec des couleurs qui pourraient exister dans d’autres univers est mieux que des bonbons.

Tyler : Je n’ai pas de style, à mon avis, mais je pourrais créer un style pour n’importe quel livre, et si je ne pensais pas pouvoir rendre justice à l’histoire, ou y apporter quelque chose d’intéressant, je ne fais pas le travail.

Vous dessinez également des couvertures. C’est un travail spécial. Vous l’aimez particulièrement ? Pourquoi ?

Tyler : pas vraiment. Je préfère de loin les intérieurs

King of nowhere est programmé pour cinq numéros. Quels sont vos projets pour la suite ?

Hilary : J’ai plusieurs livres en cours de réalisation et j’attends avec impatience leur sortie en 2021.

Tyler : Je travaille déjà sur un autre livre avec Matt à Dark Horse et un autre livre que j’écris.

Avez-vous des projets artistiques autres que les comics ?

Hilary : A côté de la bande dessinée, je fais aussi fréquemment des peintures en plein air. Elles vivent sur les murs autour de notre maison et sont souvent vendues à des collections privées.

Tyler : Je suis musicien, auteur de chansons, peintre… Je fais des affiches de films et des storyboards à l’occasion, j’écris des scénarios et des présentations, etc. Je fais un peu de tout ce que je peux.

Lisez-vous des comics ? Lesquels ?

Hilary : J’ai rarement le temps de lire des comics. Très souvent, j’écoute des livres audio pendant que je travaille. La dernière bande dessinée que j’ai beaucoup appréciée était Dept. H ainsi que Faithless.

Tyler : Pas vraiment. J’en lisais plus souvent auparavant.

Entretien réalisé par échange de mails. Merci à Hilary et Tyler Jenkins pour leur disponibilité et leur gentillesse.

Canadian artists who regularly collaborate with Matt Kindt and who are currently being followed on the crazy King of Nowhere talk about their influences and their work!
What’s your « origin story » as a cartoonist and painter ?

Hilary: When I was young, I used to live on a remote island off the West Coast of Canada. On that island was an eclectic mix of people, one of whom was a painter named David Barker. I would regularly spend afternoons studying his work and learning along side him. I will be forever grateful for his mentorship. From there, I went to Art Collage and met Tyler. During my time in school I enjoyed painting but hadn’t yet found a place for it. Painting comics has been a wonderful avenue for painting as setting mood with colour and light is pure joy for me.

Tyler: Fell into it, to be honest. I was an artist. Kurtis asked if I wanted to try making some comics and I got stuck on them as a medium.

Did you read comics when you were young ? Which ones ?

Hilary: Yes I did. ‘Little Dot’, ‘Casper’ and ‘Richie Rich’ were some of my favourites.

Tyler: Nope.

Who are the artists who have influenced you ?

Hilary: Bernie Fuchs would be my top favourite, followed by, Hiroshi Yoshida, James Gurney, Julian Totino Tedesco and Bill Sienkiewicz.

Tyler: Mike Mignola, Ashley Wood, Katsuhiro Otomo, Bernie Fuchs, C M Dudash, Frank Frazetta

What are the different stages of your common work for comics ?

Hilary: When I work with Tyler it’s a different process then when working with other artists. When colouring for Tyler he gives me his original inked pages, which I then paint on with watercolour. Sometimes I’ll go at it with gouache highlights or pastel, sometimes even stencils.  There is lots of room for experimentation when working on books with him. It keeps me on my toes as there is no redoes when working on originals. For other projects I will usually print out a copy of the lines and work over that, followed by scanning and digital clean ups.

Tyler: I deliberately avoid having a set process. I change the process for every project. In general, I use ink or black pencil or watercolour for most of my pieces, but the details of the process change every time. What doesn’t change is I spend a lot of time sitting around thinking about it, and then I execute really fast.

Technically, how do you work?

Hilary: I work mainly with Gouache and watercolour on bristol or watercolour paper. Each project has its own character that changes the process slightly to suit the style.

You’ve worked with Matt Kindt on several occasions. How did you three meet ?

Hilary: I met him through Tyler at the Saskatoon Comic Expo a few years back.

Tyler: I met him at a convention dinner, we had dim sum.

How do you work with him ? What is your part in the elaboration of Grass Kings and Black Badge (Designs, colours, …) ?

Hilary: For Grass Kings I mostly followed the style Tyler had already got rolling in the first few issues. As for Black Badge, Tyler and Matt were looking for a vintage vibe so I was heavily influenced by the old CP Railway posters. They tend to have flat vibrant colour schemes that translated really well to working in gouache.

Tyler: Grass kings was unusual in that I had designed the characters and the world and a loose plot before approaching Matt. Black badge was the opposite, he did all the groundwork first.

You are currently working with W Maxwell Prince. Your pages are complex and sublime. A certain madness crosses the series. Is King of Nowhere a particularly difficult work ?

Hilary: We did so much experimentation leading up to this project. It was tricky to nail down the crazy look we wanted, but settled on a mixed media approach that could respond to the storyline. It was a wonderful new challenge I learned a great deal from. 

Tyler: No. its all difficult or easy depending on the day. depending on the page. depending on the weather ha.

In comics, your art is unique. Do you think your style could fit any kind of story? Which genre would you particularly like to do (Horror, superheroes, …) ?

Hilary: As for painted comics, it really depends on the style of the line work and the vibe of the book. Generally it seems to work well for indie books. Currently I am working on Tartarus and its been a dream job! Being able to play in colour schemes that might exist in other universes is better than candy.

Tyler: I don’t have a style, in my opinion, but I could create a style for any book, and if I didn’t think I could do the story justice, or bring to it something interesting, I don’t do the work.

You also draw covers. It’s a special job. Do you particularly like it? Why ?

Tyler: not really. I much prefer interiors

King of nowhere is scheduled in five issues. What are your plans next?

Hilary: I have several books on the go currently and look forward to their releases in 2021.

Tyler: I am already at work on another book with Matt at Dark Horse and another book I am writing.

Do you have artistic projects other than comic books?

Hilary: Along side comics I also do frequent pleinair paintings. They live on the walls around our house and are often sold to private collections.

Tyler: I am a musician, songwriter, painter…I do movie posters, and storyboards on occasion, I write scripts and pitches, etc. I do a bit of anything I can.

Do you read comics actually ? Which ones ?

Hilary: Rarely do I get time to read a comic. Quite often I will listen to audio books while working. The last comic I thoroughly enjoyed was Dept. H as well as Faithless.

Tyler: not really. I used to read them more often.

Interview made by email exchange. Thanks to Hilary and Tyley Jenkins for their availability and their kindness.