Interview – Mateus Santolouco

Le loquace Mateus Santolouco, dont le talent éclabousse la série Teenage Mutant Ninja Turtles, évoque son parcours et son travail.
Quelle est votre “origin story” en tant qu’artiste ?

Je pense que, comme la plupart des artistes qui travaillent dans ce secteur, je dessine depuis toujours. J’ai des souvenirs des professeurs de jardin d’enfants qui m’appelaient l’artiste de la classe, par exemple. Ma mère était une artiste et une peintre amateur, et elle a toujours été une grande source d’inspiration et de motivation. Mon père, même sans aucun penchant artistique, a toujours été un grand consommateur de pop culture, donc je me nourrissais d’art et de divertissement des deux côtés.

En grandissant, mon ambition était de devenir animateur, alors, à l’âge de 11 ans, j’ai suivi un cours d’animation professionnelle. Bien que le cours s’adressait à de jeunes adultes espérant entrer dans le marché de l’animation, les animateurs du cours ont aimé mes dessins et m’ont quand même permis de suivre les cours. J’étais le seul enfant de la classe et j’imagine que c’était amusant pour tout le monde d’avoir une petite mascotte parmi tous les aspirants animateurs. Ce cours a été un grand bond en avant et a permis d’améliorer considérablement mes dessins à l’époque.

J’ai continué à suivre des ateliers d’art ici et là jusqu’à ce que j’atterrisse finalement dans un atelier de bande dessinée. Entre 14 et 17 ans, j’ai produit et publié moi-même trois bandes dessinées indépendantes, ou fanzines si vous préférez. La dernière s’intitulait “Sun Rising America” et comptait 260 pages dessinées lorsque j’ai cessé d’y travailler en 1996. Je ne l’ai jamais terminée. Parallèlement à ces bandes dessinées, je faisais plusieurs films trash avec mes amis et une caméra VHS; avec ces films idiots, nous avons gagné un tas de concours de films indépendants de lycée. À cette époque, j’avais déjà réalisé que ma passion n’était pas seulement le dessin mais aussi l’écriture en général et comme travailler avec l’animation ou la bande dessinée dans les années 90 était un rêve un peu inaccessible pour la plupart des jeunes artistes ici au Brésil, je suis allé étudier ce qui se rapprochait le plus de l’écriture qui était disponible et que je me voyais faire.

J’ai obtenu mon diplôme de communication avec spécialisation en publicité et en communication en 2003 et, des années avant ma remise de diplôme, depuis 1997 en fait, je travaillais déjà professionnellement dans l’illustration, la conception de personnages et l’animation pour les marchés publicitaires locaux.

En 2006, j’ai rencontré Rafael Albuquerque par l’intermédiaire de notre ami commun, Rafael Scavone, et j’ai commencé à travailler avec lui sur une série de bandes dessinées que son studio réalisait pour un éditeur du Moyen-Orient. Peu de temps après, j’ai fait la connaissance de quelques éditeurs américains et, la même année, j’ai fait mes débuts dans l’industrie nord-américaine de la bande dessinée.

Depuis lors, je travaille exclusivement avec des bandes dessinées.

Lisiez-vous des comics étant jeune ?

Bien sur ! J’ai grandi en lisant les collections d’Astérix, du Fantôme et de Picsou de mon père, donc ce sont ces livres qui m’ont présenté le monde de la BD. En tant que préadolescent, je me suis intéressé à Calvin et Hobbes, à The Nam de Marvel, à quelques spéciaux de Batman comme The Cult et MAD Magazine. Mais je n’étais pas exactement le type qui achetait des BD tous les mois.

Les deux livres qui m’ont vraiment rendu accro et qui ont fait de moi un féroce consommateur de BD, me faisant lire tout ce que je pouvais à l’époque, étaient la série de Peter David sur The Incredible Hulk et Mark Silvestri et Jim Lee sur les X-Men. Enfin, Akira et Heavy Metal (Metal Hurlant) sont les BD qui ont changé et mûri ma façon de comprendre le médium et qui ont eu le plus grand impact sur la façon dont j’aborde mon travail aujourd’hui.

Quels sont les artistes qui vous ont influencé ?

Il y en a une longue liste. Mais en tête de cette liste, on trouve Katsuhiro Otomo, Bill Watterson, Mort Drucker, Jim Lee, Mark Silvestri, Moebius, Masamune Shirow et plus récemment Olivier Coipel et James Harren. En dehors du domaine de la bande dessinée, Alphonse Mucha est probablement l’artiste que je regarde le plus.

Comment décririez-vous votre dessin ?

Je n’aime pas l’idée que l’on puisse décrire son propre travail. Cela peut sembler présomptueux, je suppose. Mais on me dit souvent que les points forts de mon travail sont le mouvement et la composition.

Vous travaillez sur les Tortues Ninja depuis 2015. Quelle était votre relation avec les TMNT avant de travailler sur la série ?

Je travaille avec les Tortues depuis 2011 en fait. J’ai toujours été un grand fan des Turtles, j’ai regardé tous les films et les dessins animés. Mais la seule chose qui m’a vraiment rendu accro à TMNT, c’est le premier jeu d’arcade de 89. J’y étais tellement accro que j’avais l’habitude de finir ce jeu d’arcade avec une seule pièce. Quant aux comics, je n’ai jamais eu la chance de les lire, pas jusqu’à récemment. Elles n’étaient pas faciles à trouver ici au Brésil.

Comment êtes-vous arrivé sur la série ?

C’est une longue histoire intéressante et curieuse. C’était fin 2010 et j’étais d’humeur nostalgique, jouant presque tous les jours sur mon ordinateur à ce même jeu d’arcade TMNT dont j’ai parlé précédemment. Un matin, je me suis réveillé en décidant de faire un fan art des Turtles quand mon téléphone a sonné. C’était mon vieil ami Rafael Grampá (croyez-le ou non, Rafael Albuquerque, Rafael Scavone et Rafael Grampá sont tous originaires de la même ville que moi, Porto Alegre, dans le sud du Brésil. Grampá était mon collègue de travail dans un studio d’illustration et d’animation au début des années 2000). Alors que je répondais à l’appel, il m’a rapidement demandé : “Serais-tu intéressé par le dessin d’un comic des Tortues Ninja ? Cela m’a époustouflé ! Je veux dire, je pensais littéralement à dessiner les Tortues il y a quelques minutes. Coïncidences mises à part, il m’a dit qu’il était en train de parler avec un éditeur de l’IDW au sujet de certaines couvertures qu’il pourrait faire pour eux et le gars a mentionné qu’ils venaient d’acquérir les droits de production des comics TMNT. Grampá a mentionné mon nom et l’éditeur lui a dit qu’il connaissait déjà et appréciait mon travail sur American Vampire. Le même après-midi, Bobby Curnow m’a envoyé un courrier électronique pour vérifier si je voulais être l’artiste des prochains comics TMNT, mais dans le même courrier électronique, il a également mentionné que tout était encore assez embryonnaire à ce moment-là et qu’ils n’avaient absolument rien défini pour la nouvelle série. Bon, résumons : J’ai joué à TMNT quotidiennement pendant près d’un mois ; je me suis réveillé en décidant de travailler sur un fan art de TMNT ; un ami m’appelle pour voir s’il peut me présenter un éditeur de TMNT et celui-ci me dit qu’ils vont faire un nouveau comic sur les Tortues Ninja mais qu’ils n’ont encore rien de prévu. Il y avait trop d’alignements à ignorer, pour moi c’était l’univers qui me disait d’agir. Et c’est ce que j’ai fait. J’ai répondu à Bobby et lui ai dit que je ne voulais pas seulement dessiner, mais que je voulais écrire ET dessiner ce nouveau comic ! Je pense qu’il a aimé mon attitude audacieuse et m’a permis de lui envoyer un message. Deux semaines plus tard, je lui ai envoyé les grandes lignes de 3 histoires de 5 numéros chacune et plusieurs petits synopsis de suites possibles pour un projet en cours. En plus du pitch, j’ai envoyé ces pages d’exemples (voir ci-dessous), qui est le fan art auquel j’ai pensé en premier lieu en me réveillant ce fameux matin, et quelques ébauches de personnages montrant que mon intention était de faire les Tortues avec différentes formes de corps et tout ça. Bobby a beaucoup aimé mon pitch et m’a dit qu’il allait défendre ma proposition auprès de Nickelodeon. Deux mois plus tard, il m’a écrit pour me dire que j’avais commencé à rivaliser avec de GRANDS noms, et que, bien que les gens de Nickelodeon aient montré qu’ils appréciaient mes idées, il allait être vraiment difficile de gagner contre les locomotives qui avaient rejoint la course pour prendre la tête du nouveau titre. Je me souviens que ma réponse a été quelque chose comme “On fonce ! Je vais faire le meilleur comic TMNT de tous les temps”, mais comme nous le savons tous, je me trouvais en compétition avec Kevin Eastman et Tom Waltz. C’est formidable de découvrir que vous étiez en compétition avec l’un des co-créateurs de ce même comic depuis le début. J’étais triste de perdre cette opportunité, bien sûr, mais j’étais aussi tellement amusé par tout cela que je me sentais plus fier que tout. Je me souviens avoir dit à Bobby : “Si papa veut que ses enfants reviennent, alors ce n’est pas moi qui vais faire obstacle”. Et donc, j’étais hors jeu, pour le moment en tout cas. Bobby a gardé le contact et a promis de me faire rentrer dans quelque chose en rapport avec les Tortues à l’avenir. Avance rapide jusqu’à la mi-2011. Bobby m’a envoyé un autre e-mail pour m’inviter à dessiner la couverture et la moitié du numéro 5 du nouveau TMNT. C’est le numéro qui présente l’aspect réincarnation des nouvelles origines des tortues de l’IDW. Lorsque j’étais à deux pages de la fin de ma contribution au TMNT n°5, IDW m’a invité à écrire ET à dessiner les origines de Shredder et du Foot Clan. Les graines que j’ai plantées avec le premier pitch que je leur ai présentée ont porté des fruits. Et me voici aujourd’hui.

Vous avez créé L’histoire secrète du clan Foot qui a superbement développé l’univers TMNT. Rétrospectivement, quelle regard portez-vous sur cette histoire particulière que vous avez conçue et co-écrite ? Était-ce quelque chose de spécial d’être également à l’écriture ?

D’après ma réponse précédente, je pense qu’il est assez clair que c’était quelque chose de très spécial. L’élément de la réincarnation est probablement l’une de mes choses préférées sur les Tortues de l’IDW et je suis vraiment heureux d’avoir pu développer cet aspect encore davantage avec cette histoire. En ce qui concerne l’écriture, bien que j’aie déjà écrit des bandes dessinées, à la fois comme amateur et comme créateur professionnel, cette mini-série a été ma première tentative en tant que véritable auteur engagé, donc c’était une grosse affaire pour moi. Le fait est que mon anglais n’était pas aussi précis à l’époque qu’il ne l’est aujourd’hui (mais je le perfectionne toujours), donc quand j’ai fini d’écrire l’histoire, il était clair que j’allais avoir besoin d’aide avec la langue pour que les dialogues paraissent naturels aux anglophones. Nous avons donc fait appel à Erik Burnham pour nous aider, mais c’est un écrivain tellement talentueux et beaucoup plus expérimenté que moi. Nous avons donc décidé que la meilleure solution pour le livre était qu’il co-écrive également à mes côtés. J’ai beaucoup appris avec lui et je ne pourrais pas être plus fier du récit que nous avons monté ensemble. En y repensant, je changerais peut-être certaines choses vers la fin de l’histoire, j’ai le sentiment que si nous avions eu un épisode supplémentaire, je serais en mesure de ramener quelques détails manquant. Mais dans l’ensemble, je ne peux pas vraiment me plaindre de quoi que ce soit.

Vous avez également écrit, seul cette fois, Shredder in Hell. L’expérience de L’histoire secrète du clan Foot vous a bien servi, je suppose ?

C’est vrai. Mais aussi, le fait de travailler avec les scénarios de Tom Waltz pendant toutes ces années entre Secret History et In Hell m’a vraiment appris beaucoup sur l’écriture des comics. Même s’il n’en est pas conscient, Tom a été le meilleur et le plus grand professeur que j’ai eu quand il s’agissait de créer un scénario solide pour ce médium.

Pensez-vous que vous dessinerez – et écrirez ? – de nouveaux épisodes de la série principale de TMNT ? Ou créerez une nouvelle mini-série ?

Tout à fait mais je ne peux pas encore en parler.

Quels sont les autres projets sur lesquels vous avez travaillé ?

Ma première bande dessinée professionnelle était une nouvelle dans une anthologie pour Boom ! Studios appelés Ninja Tales. De 2006 à 2009, j’ai réalisé plusieurs livres pour Boom ! dont la mini-série 2 Guns, qui a ensuite été adaptée en film à hollywood avec Mark Wahlberg et Denzel Washington, et la série en cours Call of Cthulhu. En 2010, j’ai publié, par l’intermédiaire d’Oni Press, un creator owned, co-écrit et co-illustré par Rafael Albuquerque, Eduardo Medeiros et moi-même, intitulé Mondo Urbano. J’ai également réalisé quelques œuvres pour Marvel et Image, comme Rampage Wolverine et Zero avec Ales Kot. Pour DC, j’ai fait non seulement quelques histoires courtes, mais aussi un arc de deux numéros pour American Vampire et les cinq premiers numéros du New 52’s Dial H avec Karen Berger et China Miéville. Enfin, en 2018, j’ai illustré une histoire courte pour Hungry Ghosts d’Anthony Bourdain, publiée par Dark Horse.

Sur quoi travaillez-vous actuellement ? Avez-vous des projets futurs ?

Je suis en train d’écrire et de dessiner mon premier creator owned solo qui sera publié par ma nouvelle société, Stout Club (http://stoutclub.com/), par le biais de ComiXology Originals. Je n’ai pas encore de date, mais dans le pire des cas, il sera publié au début de l’année prochaine.

Lisez-vous des comics ? Lesquels ?

Pas récemment. En ce moment, Akira est posé à côté de mon lit et attend d’être relu sous peu. Les derniers comics que j’ai lus et que j’ai vraiment appréciés sont Paper Girls, Rumble, Wolf et Who is Jake Ellis et Where is Jake Ellis chez Image Comics. J’ai aussi aimé Open Bar d’Eduardo Medeiros.

Entretien réalisé par échange de mails. Merci à Mateus Santolouco pour sa disponibilité et sa gentillesse.

Mateus Santolouco, whose talent splashes over the Teenage Mutant Ninja Turtles series, talks about his career and his work.
What’s your « origin story » as a cartoonist ?

I think that, just like most of the artists working in this industry, I have been drawing for as long as I can remember. I have memories from the kidden garden teachers calling me the artists of the class, for example. My mother was an amature artist and painter, and she has always been a huge inspiration and motivation and my father, even with no artistics inclinations at all, has always been quite the pop culture consumer, so I was being fed with art and entertainment from both sides. Growing up, my ambition was to become an animator so, by the age of 11, I took a professional animation course. Although the course was aimed for young adults hoping to get into the animation market, the runners of the course liked my drawings and allowed me to attend the classes anyway. I was the only kid in class and I imagine it was fun for everyone to have a little mascot among all the aspiring animators. That course was a big leap and have improved my drawings immensely at the time. I continued on taking art workshops here and there until I finally landed on a comic book workshop. Between the ages of 14 and 17 I produced and self published three indie comics, or fanzines if you will. The latest was entitled “Sun Rising America” and it had 260 pages drawn when I stopped working on it in 1996. I never finished it. Simultaneously to these comics, I was making several trash movies with my friends and a VHS camera and we won a bunch of high-school indie movie contests with those silly films. By this time, I had already realised that my passion was not only in drawing but in storytelling in general and since working with animation or comics in the 90s was a distant possibility for most young artists here in Brazil, I went to study the closest thing to storytelling that was available and that I could see myself doing. I graduated in Communications with focus in Advertising and Publicity in 2003 and years before my graduation, since 1997 actually, I was already working professionally with illustration, character design and animation for the local advertising markets. In 2006 I met Rafael Albuquerque through our common friend, Rafael Scavone, and started to work with him on a series of comics his studio was doing for a Middle East publisher. Soon after, I got acquainted with a few US editors and in that same year I did my debut on the North American comics industry. I have been working exclusively with comics since then.

Did you read comics when you were young ?

For sure. I grew up reading my father’s collections of Asterix, The Phantom and Uncle Scrooge, so these were the books that presented the world of comics to me. As a pre-teenager I was into  Calvin and Hobbes, Marvel’s The Nam, a few Batman specials like The Cult and MAD Magazine. But I was not exactly the guy who was buying comics on a monthly basis. The two books that really got me addicted and turned me into a ferocious comics consumer, making me read everything I could back then, were Peter David’s run on The Incredible Hulk and Mark Silvestri and Jim Lee’s run on the X-Men. Last but not least, Akira and Heavy Metal (Metal Hurlant) were the comics that changed and matured the way I understand the medium and have made the bigger impact on how I approach my work today.

Who are the artists who have influenced you ?

There’s a long list here. But on the top of it are Katsuhiro Otomo, Bill Watterson, Mort Drucker, Jim Lee, Mark Silvestri, Moebius, Masamune Shirow and more recently Olivier Coipel and James Harren. Outside the realm of comics, Alphonse Mucha is probably the artist I look up the most.

How would you describe your drawing?

I don’t like the idea of one describing his own work. It can sound presumptuous, I guess. But people often tell me that the strongest suits of my work are motion and composition.

You’ve been working on TMNT since 2015. What was your relationship with the series and its characters before working on it?

I’ve been working with the Turtles since 2011 actually. I have always been a huge fan of the Turtles, watched all the movies and cartoons. Though the one thing that really got me hooked on TMNT was the first arcade from 89 (this one https://www.youtube.com/watch?v=Bv1M5SSk7f8). I was so addicted to it that I used to finish this freaking game with one single coin. As for the comics I never had the chance to read them, not until recently. They were not easy to find here in Brazil.

How did you come to work on the TMNT series ?

This is an interesting and curious long story. It was late 2010 and I was on a nostalgic mood, playing that same TMNT arcade game I mentioned before almost everyday on my computer. One morning, I woke up decided to make a Turtles’ fan art of my own when my phone rung. It was my old friend Rafael Grampá (believe it or not, Rafael Albuquerque, Rafael Scavone and Rafael Grampá are all from the same city as I am, Porto Alegre, in the south of Brazil. Grampá was my work colleague on an illustration and animation studio in the early 2000s). As I answer the call he promptly asked me “Would you be interested in drawing a Ninja Turtles’ comic?” It blew my mind! I mean, I was literally just thinking about drawing the Turtles minutes ago. Coincidences aside, he told me he was just talking with a IDW editor about some covers he would possible do for them and the guy brought up that they had just acquired the rights to produce the TMNT comic books. Grampá mentioned my name and the editor told him he already knew and enjoyed my work from American Vampire. In that same afternoon Bobby Curnow sent me an email checking for my interest on being the artist of the upcoming TMNT comics, but in the same email he also mentioned that everything was pretty embryonic at that point and that they had absolutely nothing defined for the new series yet. Okay, now lets see: I was playing TMNT daily for almost a month; I woke up decided to work on a TMNT fan art; a friend calls to see if he could introduce me to a TMNT editor and the TMNT editor tells me they will do a new Ninja Turtles comic but they don’t have nothing planned yet. It was too much alignments to be ignored, for me it was the universe telling me to take action. And so I did. I wrote back to Bobby and told him I didn’t wanted to just draw but that I wanted to write AND draw the hell out of this new book! I think he liked my bold move and allowed me to send him a pitch. Two weeks later I sent him the outlines for 3 story arcs of 5 issues each and several small synopses of possible continuations for an ongoing project. Along with the pitch I sent these sample pages (see above), which was the fan art I woke up thinking about doing in the first place, and some rough character sketches showing that my intention was to make the Turtles with different body shapes and all that. Bobby really liked my pitch and told me he was going to defend my proposal with Nickelodeon. Two months later he wrote me saying that I had started to compete with some BIG names, and that, although people at Nickelodeon had demonstrated appreciation for my ideas, it was going to be really difficult to win against the powerhouse who had joined the race to take the lead on the new title. I remember my response was something like “Bring it on! I will make the greatest TMNT comic ever!” but as we all know by now I was competing with Kevin Eastman and Tom Waltz. How great it is to discover that you were competing with one of the co-creators of the very thing all along? I was sad for losing the opportunity, of course, but I was also so amused with all of it that I was feeling more proud than anything. I remember saying to Bobby: “Well, if daddy wants his kids back, then I’m not going to be the one standing in the way”. And so, I was out of the picture, for the time being anyway. Bobby kept in touch and promised to fit me into something turtle related in the future. Fast forward to mid 2011. Bobby sent me another email  him inviting me to draw the cover and half of issue 5 of the new TMNT. This is the issue that presents the reincarnation aspect of the new origins of IDW’s Turtles. When I was two pages from finishing my contribution to TMNT #5, IDW invited me to write AND draw the origins of Shredder and the Foot Clan. The seeds I planted with the first pitch I presented to them have had fruits. And here I am today.

You created SECRET HISTORY OF THE FOOT CLAN which has superbly developed the TMNT universe. Looking back, how do you look at this particular story you designed and co-wrote? Was it something special to also be in the writing?

By my previous response I think it is pretty clear it was something very special. The reincarnation element is probably one of my favorite things on the IDW Turtles and I’m really happy I was able to develop this aspect even further with Secret History. As for the writing, although I had written comics before, both as an amature and professional creator, this miniseries was my first shot as a actual hired writer, so that was a big deal for me. The thing is, my english was not as sharp back then as it is today (still perfecting it though) so by the time I’ve finish to write the storyline it was clear that I was going to need help with the language to make the dialogues sound natural to native english speakers. So we called Erik Burnham to help with that at first, but he is such a talented writer and a lot more experienced than I was, so we decided that best course of action on behalf of the book was to have him also co-scripting along side me. I learned a lot with him and I could not be more proud of the narrative we’ve put up together. Looking back at it, I would may change a few things towards the end of the story, I feel that if we had one more issue to develop I would be able to tie a few loose ends that went missing. But overall I can’t really complain of anything.

You also wrote, alone this time, Shredder in Hell. The experience of SECRET HISTORY OF THE FOOT CLAN served you well, I suppose?

It sure did. But also, working with Tom Waltz scripts all those years in between Secret History and In Hell really taught me a lot about comics’ writing. Even if he is not aware, Tom was the greatest and best teacher I had when it comes to creating a solid script for this medium.

Do you think you will draw – and will write? – new episodes of the main TMNT series? Or will create a new mini-series ?

I definitely will. But I can’t talk about it just yet.

What other projects have you worked on?

My first professional comic work was a short story in an anthology for Boom! Studios called Ninja Tales. From 2006 to 2009 I did several books for Boom!, including the miniseries 2 Guns, that was later adapted to a Hollywood movie with Mark Wahlberg and Denzel Washington, and the ongoing series Call of Cthulhu. In 2010 I’ve published, through Oni Press, the creator owner book, co-written and co-illustrated by Rafael Albuquerque, Eduardo Medeiros and myself, entitled Mondo Urbano. I have also made a few works for Marvel and Image comics, like Rampage Wolverine and Zero with Ales Kot. For DC I did not only a couple of short stories, but also a two issued arc for American Vampire and the first 5 issued run of the New 52’s Dial H with Karen Berger and China Miéville. Finally, in 2018 I illustrated a short story for Anthony Bourdain’s Hungry Ghosts published by Dark Horse.

What are you currently working on? Do you have any future projects?

I’m writing and drawing my first solo creator owner project to be published by my new company, Stout Club (http://stoutclub.com/), through ComiXology Originals. I still don’t have a date, but in the worst case it will be out early next year.

Have you got time to read comics ? Which ones ?

Not recently. Right now, Akira is laying next to my bed waiting to be re-readed anytime soon.  The last comics I read and that I really enjoyed were Paper Girls, Rumble, Wolf and Who is Jake Ellis and Where is Jake Ellis from Image Comics. I’ve also loved Open Bar by Eduardo Medeiros

Interview made by email exchange. Thanks to Mateus Santolouco for his availability and kindness.