Interview – Ronda Pattison

La coloriste Ronda Pattison, qui réalise les couleurs de la série Teenage Mutant Ninja Turtles depuis le numéro #1, évoque son parcours et son travail avec les multiples artistes de la série.

For English speakers, please find lower the interview in its original version.

Quelle est votre “origin story” en tant que coloriste ?

Je travaillais dans une galerie d’art depuis plusieurs années quand j’ai décidé que je devais essayer quelque chose de nouveau. La ville dans laquelle je vivais à l’époque abritait l’un des premiers studios de couleur numérique, Digital Chameleon. Je n’avais jamais entendu parler d’eux jusqu’à ce que je voie une annonce dans le journal qui annonçait qu’ils embauchaient, et cela semblait être un travail amusant. Je n’avais aucune expérience en bande dessinée ou en informatique, mais ils ont aimé mon portfolio artistique, et j’ai très bien réussi un test de correspondance des couleurs qu’ils m’ont donné, alors ils m’ont embauché !

J’ai commencé à faire des séparations avec Photoshop. On m’a donné, ainsi qu’à une équipe d’autres personnes, des guides de papier coloré à la main, et c’était mon travail de les recréer dans Photoshop. J’ai fait cela pendant 4 ans avant d’être promu coloriste. Après environ un an, je suis parti pour rejoindre un autre studio de couleur en démarrage, Sno Cone. Je suis resté chez eux pendant environ deux ans avant de devenir indépendant, depuis 15 ans maintenant.

Lisiez-vous des comics étant jeune ?

Bien sûr ! Mes premiers comics m’ont en fait été envoyés par mon arrière-grand-mère d’Angleterre. C’étaient des comics de Disneyland, et j’aimais le grand format et le papier glacé en couleur.

J’ai vécu dans une très petite ville quand j’étais enfant, et il n’y avait pas beaucoup d’options. La plupart de mes comics venaient du drugstore, et j’aimais généralement les choses amusantes comme Scooby Doo et Casper. Quand j’ai grandi, j’ai acheté des comics Archie tous les week-ends avec mon argent de poche, mais j’ai arrêté de lire des comics vers 12 ou 13 ans.

Quels sont les artistes qui vous ont influencé ?

Je ne sais pas si j’ai des influences directes dans l’industrie du comics, mais je suis certainement inspiré par Joshua Middleton, Christian Ward, Adi Granov et Dave McCaig. Je suis sûr qu’il y en a d’autres, mais ce sont les noms qui me viennent immédiatement à l’esprit.

Techniquement, comment travaillez-vous ?

On me donne des scans des pages encrées en noir et blanc et j’utilise Photoshop pour ajouter la couleur. Je commence par faire des aplats, c’est-à-dire ajouter des blocs de couleur à chaque forme. Je commence généralement avec des couleurs sombres parce que j’aime travailler du sombre au clair, en imaginant comment la source de lumière tombe sur chaque objet.

Je suis plutôt de la vieille école : J’utilise une ancienne version de Photoshop et je me fie beaucoup aux canaux, avec juste assez de calques pour que les choses restent modifiables. Plus le temps passe, plus j’apprécie la simplicité. Quand j’ai commencé, j’ai fait beaucoup de rendus et d’effets élaborés, mais maintenant je fais surtout un cut-film simple.

Vous travaillez sur TMNT depuis le numéro 1. Vous êtes LE dénominateur commun à tous les numéros de la série ! Est-ce que cela représente quelque chose pour ?

Bien sûr ! Je suis fier de faire partie de l’intégralité du run, et j’ai l’impression que c’est mon travail d’ajouter un sentiment de continuité à l’ensemble. Il y a eu beaucoup d’artistes avec une grande variété de styles, alors j’essaie de garder une palette cohérente pour que tout soit harmonieux. Parfois, cela me semble un peu limitatif parce que ce serait amusant d’expérimenter davantage, mais j’ai l’impression que la cohérence est plus importante.

Quelle était votre relation avec l’univers des Tortues Ninja avant de travailler sur la série ?

Cela va révéler mon âge ! J’étais à l’université, dans une classe de gravure, et une de mes camarades de classe avait réalisé une lithographie TMNT. Je lui ai demandé ce que c’était, et elle m’a expliqué et s’est moquée de moi parce que je n’avais jamais entendu parler des comics ! (Elle était beaucoup plus cool que moi !) C’était la même année que le premier comic a débuté, et j’avais une jeune cousine qui en était obsédé. Je me souviens avoir colorié avec elle dans un livre de coloriage TMNT ! Mais honnêtement, ça ne faisait pas partie de ma vie jusqu’à ce que je commence à travailler sur le comic IDW.

Travaillez-vous de la même manière avec les différents dessinateurs de TMNT ou y a-t-il une adaptation à chaque fois ?

J’essaie de garder la même palette, bien que j’aie fait de petits ajustements au fil des ans qui ne sont probablement vraiment perceptibles que par moi. Mon style de rendu a également changé. Au début, avec Dan Duncan, mon approche était beaucoup plus lâche et brusque, essayant de correspondre à son style de dessin. Je fait les choses beaucoup plus simplement maintenant. Je fais de petits ajustements qui, je l’espère, seront compatibles avec le style unique de chaque artiste. Par exemple, Nelson Daniel utilise beaucoup de lavis d’encre, alors j’ajoute une texture subtile à la couleur pour essayer de l’imiter. Mais dans l’ensemble, je suis assez cohérente et les changements sont mineurs.

Vous écrivez le script des numéros 106 à 108. Comment avez-vous abordé ce rôle particulier ? Est-il nouveau pour vous ?

L’écriture et la scénarisation sont assez nouvelles pour moi. Avant ces épisodes 106 à 108, je venais d’écrire quelques histoires courtes de Loud House, ainsi que les histoires de la mini-série Jennika. Sophie Campbell m’a en fait suggéré pour les tâches de script, et sur la base de mon travail sur Jennika, notre éditeur Bobby Curnow m’a donné une chance. Sophie m’a donné un aperçu du story arc avec les principaux points de l’intrigue, donc j’avais certainement un bon cadre sur lequel m’appuyer pour mes premiers scénarios complets.

Je ne sais pas comment les autres scénaristes abordent cette tâche, mais je commence toujours par imaginer les scènes qui se déroulent dans ma tête, comme dans un film. Cela m’aide à faire imaginer les échanges et je choisis les visuels à partir de là. Une fois que j’ai toutes mes notes, je commence à travailler sur la mise en forme : combien de cases par page, décider où se trouvent les sauts de page logiques, puis faire le montage pour ajouter ou supprimer des cases afin de m’assurer que j’obtiens le bon nombre de pages. Ensuite, ma première ébauche est soumise à Sophie et Bobby afin d’obtenir leurs commentaires, et après toute modification, elle est soumise à Nickelodeon pour approbation, et probablement encore quelques modifications jusqu’à ce que tout le monde soit satisfait.

Quels sont vos autres projets ?

En plus de TMNT, je travaille actuellement sur Usagi Yojimbo Color Classics, en retravaillant certaines des histoires originales en noir et blanc de Stan Sakai avec de nouvelles couleurs. J’ai récemment terminé la mini-série Batman/The Maxx (IDW), et dans un futur proche, je vais commencer un nouveau titre Star Trek (IDW), et un graphic novel de 200 pages (Inner Station/Random House). Et je vais faire des dessins et des couleurs pour Loud House (Papercutz).

Lisez-vous des comics ? Lesquels ?

Je ne lis aucun titre régulièrement. Je vais au magasin de comics de temps en temps et je prends tout ce qui me semble intéressant, mais malheureusement, je n’ai pas le budget nécessaire pour acheter tous les livres que j’aimerais essayer. Le dernier comic que j’ai lu était Ghost Tree de Bobby Curnow et Simon Gane.

Entretien réalisé par échange de mails. Merci à Ronda Pattison pour sa disponibilité et sa gentillesse.

Colourist Ronda Pattison, who has been creating the colours for the Teenage Mutant Ninja Turtles series since issue #1, talks about her career and her work with the many artists in the series.
What is your « origin story » as a colorist?

I had been working in an art gallery for several years when I decided I needed to try something new. The city I lived in at the time was home to one of the first digital color studios, Digital Chameleon. I had never heard of them until I saw an ad in the paper that they were hiring, and it sounded like a fun job. I had no comic or computer experience, but they liked my art portfolio, and I did really well on a color matching test they gave me, so they hired me!

I started out doing Photoshop separations. I– along with a team of others– was given hand colored paper guides, and it was my job to recreate them in Photoshop. I did that for 4 years before I was promoted to being a colorist. After about a year I left to join another start-up color studio, Sno Cone. I stayed with them for about 2 years before going freelance. I’ve been working for myself for the past 15 years.

Did you read comics when you were young ?

I did! My first comics were actually sent to me by my great grandmother from England. They were Disneyland comics, and I loved the larger format and the full color glossy paper.

 I lived in a very small town when I was a kid, and there weren’t a lot of options. Most of my comics came from the drugstore, and I generally liked fun things like Scooby Doo and Casper. When I got a bit older I bought Archie comics every weekend with my allowance, but I stopped reading comics when I was about 12 or 13.

Who are the artist who influence you?

I don’t know if I have any direct influences in the comic industry, but I’m definitely inspired by Joshua Middleton, Christian Ward, Adi Granov, and Dave McCaig. I’m sure there are more, but those are the names that come immediately to mind.

Technically, how do you work?

I’m given scans of the black and white art and I use Photoshop to add the color. I start by flatting– just adding flat blocks of color to each shape. I usually start with dark colors because I like to work from dark to light, imaging how the light source falls on each object.

 I’m pretty old-school: I use an old version of Photoshop and I rely a lot on channels, with just enough layers to keep things editable. The longer I do this, the more I appreciate simplicity. When I first started I did a lot of elaborate rendering and effects, but now I mostly do a simple cut-film style.

You work on TMNT since issue #1. You are THE common denominator of all the issues of the series, I think! Does that mean anything to you?

For sure! I’m proud of being part of the entire run, and I feel like it’s my job to add a feeling of continuity to things. There have been many artists with a wide variety of styles, so I try to keep a consistent palette to make it all feel harmonious. Sometimes it feels a bit limiting because it would be fun to experiment more, but I feel like consistency is more important.

What was your relationship with the world of ninja turtles before working on the series ?

This is going to reveal my age! I was in university, in a printmaking class, and one of my classmates had made a TMNT lithograph. I asked her what they were, and she explained and kind of laughed at me because I had never heard of the comics! (She was much cooler than I was!) That was the same year the first cartoon debuted, and I had a young cousin who was obsessed with it. I remember coloring in a TMNT coloring book with her! But honestly, it was not part of my life again until I started working on the IDW comic.

Do you work in the same way with the different TMNT cartoonists or is there an adaptation each time?

I try to keep the palette the same, though I’ve made small adjustments over the years that probably aren’t really noticeable to anyone but me. My style of rendering has changed too. In the beginning, with Dan Duncan, my approach was a lot looser and brushier, trying to match his sketchier style. I keep things a lot simpler now. I make small adjustments that I hope will be compatible with each artists unique style. For example, Nelson Daniel uses a lot of ink washes, so I’m adding a subtle texture to the color to try and mimic that. But for the most part, I’m pretty consistent and the changes are minor.

You script issues 106 through 108. How did you approach this particular role? Is it new to you?

Writing and scripting is pretty new to me. Prior to 106-108, I had just written a couple of Loud House short stories, as well as the back up stories in the Jennika mini series. Sophie Campbell actually suggested me for the scripting duties, and based on my work on Jennika, our editor Bobby Curnow gave me a shot. Sophie gave me an outline of the story arc with the major plot points, so I definitely had a good framework to build on for my first full length scripts.

 I don’t know how other writers approach the task, but I always start by imaging the scenes playing out in my head, like a movie. That helps me get the dialogue down, and I choose the visuals from there. Once I have all my notes, I start working on the formatting: how many panels per page, deciding where the logical page breaks are, and then editing to add or remove panels to make sure I get the right page count. Then my first draft goes to Sophie and Bobby for feedback, and after any changes, it goes to Nickelodeon for approval, and probably a few more edits until everyone is happy.

What are your others projects ?

In addition to TMNT, I am currently working on Usagi Yojimbo Color Classics, reprinting some of Stan Sakai’s original black and white stories with new color. I recently wrapped up the Batman/The Maxx (IDW) miniseries, and in the near future I will be starting a new Star Trek (IDW) title, and a 200 page graphic novel (Inner Station/Random House). And I will be doing some drawing and coloring for Loud House (Papercutz).

Do you read comics ? Which ones ?

I don’t read any titles regularly. I go to the comic shop occasionally and just pick up whatever looks interesting to me, but unfortunately I just don’t have the budget to buy all the books I’d like to try. The last comic I read was Ghost Tree by Bobby Curnow and Simon Gane.

Interview made by email exchange. Thanks to Ronda Pattison for her availability and her kindness.