Interview – Terry Moore

Représentant majeur de la bande dessinée américaine et auteur qui nous a offert – et continue encore de nous offrir – quelques unes de nos plus belles heures de lecture, Terry Moore livre son regard sur son travail et sur le monde des comics, toujours avec humour. Alors que sa nouvelle série Ever sortira au mois de novembre, rencontre avec un de nos artistes préférés.  

For English speakers, please find lower the interview in its original version.

Séries et personnages

Peu importe le genre que vous abordez (Horreur, SF, …) c’est toujours les personnages et leur humanité qui vous intéressent, n’est-ce pas ?

Oui, c’est l’histoire humaine qui nous intéresse. Je sais qu’il y a un univers qui nous soutient, et je suis étonné par tout cela, mais tout ce qui m’intéresse, c’est votre sécurité et votre bonheur. Si vous n’avez pas cela, il y a une raison et c’est une histoire que nous pouvons partager parce que tant d’autres personnes ont les mêmes expériences et ont besoin de savoir comment quelqu’un d’autre l’a gérée et y a survécu. Peu importe ce que “c’est”.

Vos personnages principaux sont toujours des femmes. Est-ce toujours évident quand vous pensez à une nouvelle série ? Avez-vous déjà essayé d’écrire une histoire avec un personnage principal masculin ?

Quand j’ai commencé, il y avait tellement d’histoires sur les hommes et sur leur courage, leur méchanceté et leur bonté et…. bla bla bla. Les femmes dans les bandes dessinées étaient si souvent les sidekicks avec des histoires de moindre importance. Comme Supergirl. Elle devrait être l’un des trois personnages principaux de l’univers de DC. Mais elle ne l’est pas, elle ne l’a jamais été. Elle n’était pas plus importante que Krypto, le chien prodige. Pourquoi ? Ce n’est pas comme ça qu’on traite et qu’on est égal, surtout celui qui détruit la terre si on l’énerve. J’avais donc un peu une attitude du type les héros féminins contre les héros masculins. Je voulais écrire une histoire où les femmes étaient l’histoire et les petits amis étaient les sidekicks et secondaires. Une fois que j’ai commencé à le faire, j’ai continué. De plus, je préfère dessiner une femme plutôt qu’un homme. C’est comme ça que je suis connecté.

Vos séries sont basées sur des trames plutôt dramatiques mais quand vous avez commencé, Strangers in paradise était une pure comédie. Et on en trouve aussi beaucoup dans les derniers épisodes de Cinq ans avec Zoé en particulier. N’est-ce pas un genre que vous aimeriez exploiter davantage ?

J’aime découvrir le bonheur dans les moments difficiles. C’est une sorte de bravoure et de dépassement de soi. Les femmes fortes comme Katchoo et Zoé sont plus grandes que les problèmes. Elles ne s’effondrent pas dans la confusion, elles sont maintenant facilement dépassées parce qu’elles ont déjà vu les choses aller et venir. Quoi qu’il arrive, qu’il s’agisse d’un méchant ou d’un fléau, cela se termine toujours, et ces femmes seront là quand la poussière se dissipera. Alors oui, il y a toujours le pilote de chasse qui sait faire une blague, le soldat au sens de l’humour sec, la femme qui ne saute pas quand un homme dit “Bouh !

Pourquoi avez-vous voulu réunir toutes vos séries et leurs personnages dans une sorte de crossover avec Stangers in paradise XV et Five Years ?

J’ai écrit un livre et j’ai réalisé que c’était un chapitre. C’est aussi simple que cela. Je savais que ces livres étaient tous dans le même Terryverse, toute la même vie. C’était juste une progression logique pour les réunir. Ce que je veux dire c’est qu’ils sont tous contemporains. Ce n’est pas comme si j’avais mélangé Star Wars et Lord Of The Ring. Ce qui, au passage, me dérange. Pourquoi faire un anneau qui ne va peut-être pas tenir ? Pourquoi ne pas faire un collier que nous pourrions tous porter ? Lord Of The Necklace.

Vous êtes musicien. La musique a toujours fait partie de votre vie. Avez-vous déjà imaginé de faire une histoire où la musique serait au centre du projet ?

Oui, je joue de la guitare mais je suis fasciné par les bassistes de jazz et j’ai une idée en tête pour un meurtre mystérieux dans ce monde. J’adorerais écrire cette histoire.

Comment créez-vous vos séries ? D’abord en choisissant un genre et ensuite en imaginant l’histoire qui s’y prête ou l’inverse, en créant les personnages et leurs relations et en cherchant le genre qui vous conviendrait le mieux ?

J’ai toujours un moment à l’esprit, un problème pour une personne en particulier. Je construis à partir de ce problème, en avant et en arrière. Donc l’idée de l’histoire vient en premier, puis le personnage. Et je ne me soucie pas du genre au début. C’est juste une histoire qui permet de saisir ce dont elle a besoin, un vaisseau spatial, une guerre, un hôpital rempli de zombies, tout ce dont vous avez besoin. Quand vous avez fini, vous essayez de décider dans quel genre vous vous êtes aventuré. C’est un processus de découverte gratuit et amusant.

Dessins

D’un point de vue graphique, alors que les lecteurs sont traditionnellement plus friands de dessins en couleur, pourquoi avez-vous toujours conservé ce noir et blanc ?

Parce que je vois la ligne, pas la lumière. Vous connaissez la blague “(insérer le nom), peintre de la lumière”. Oui, ce n’est pas moi. Je suis le peintre de la ligne. 🙂 J’aime la couleur, mais ça prend du temps. Je préfère faire une nouvelle page d’histoire chaque jour plutôt qu’une peinture par semaine. Mais je suis un idiot parce que le peintre est beaucoup plus populaire et a beaucoup plus de succès. Les gens aiment la couleur. Le monde est en couleur. La vie est en couleur. Je suis idiot de travailler en noir et blanc, mais vous savez quoi ? La vérité, c’est le noir et blanc. Et les bons dessins disent la vérité. C’est ma seule défense.

Vos personnages féminins sont sublimes. C’est ce que vous préférez dessiner ?

Oui. Je n’ai jamais caché le fait que je préfère dessiner les fesses de Katchoo que celles de Batman. Ce n’est valable que pour moi. Si vous voulez dessiner les fesses de Batman, faites-le. Je vais rester avec Katchoo. Vous voyez, le truc avec les bandes dessinées, c’est que, quel que soit votre personnage, vous devrez le dessiner tous les jours pour le reste de votre vie. Vous abandonnez votre vie sociale et votre santé pour vous asseoir à une table à dessin 16 heures par jour, tous les jours, pour le reste de votre vie. Donc, chaque jour, vous dessinez le corps de votre personnage. Vous préférez dessiner Batman ou Katchoo ? J’ai choisi Katchoo.

Vous avez un sens très efficace de la narration. C’est une partie du travail à laquelle vous apportez beaucoup de soin ?

L’histoire est tout. L’art fait que les gens ouvrent le livre, l’histoire les fait rester.

Evolution du monde des comics

Vous avez créé Abstract Studios pour pouvoir mieux vivre de votre travail dans les années 90. Une telle ambition pour un auteur indépendant serait-elle possible aujourd’hui ?

Je pense que la plupart des auteurs d’aujourd’hui sont indépendants. Je serais même très inquiet si je travaillais pour un salaire dans une grande entreprise – vous pourriez être licencié n’importe quel jour. Mais non, vous ne pourriez pas faire ce que j’ai fait et le faire fonctionner aujourd’hui, toutes ces routes et ces ponts ont disparu depuis longtemps. Chaque mois, je recommence et j’essaie de prendre pied. Le monde continue de tourner et semble toujours se détourner. Il faut être dans le présent, travailler comme un fou et faire ce qui fonctionne aujourd’hui, pas l’année dernière. Il y aura toujours les créateurs qui sont sur votre radar et je veux être là, moi aussi, pour créer de nouvelles histoires pour les gens d’aujourd’hui. Je ne veux jamais être l’écrivain hors sujet d’une autre époque.

Strangers in Paradise a duré 90 épisodes, Echo une trentaine, Rachel Rising une quarantaine, Motor Girl, Strangers in Paradise XXV et Five Years ont été des séries d’une dizaine d’épisodes. Votre nouveau projet Ever sortira directement sous forme de roman graphique. Est-ce le reflet de l’évolution d’un marché du comics de plus en plus compliqué et plus généralement du format single de plus en plus fragile ?

En un mot, oui. J’ai effacé trois réponses complètes à cette question, mais il est impossible de répondre sans parler affaires et personne n’est jamais censé parler d’affaires en détail, y compris d’argent, donc je ne sais pas comment les problèmes seront résolus un jour. Ils ne le seront pas, je suppose. Les gens trouveront leurs propres moyens pour survivre à un marché de l’imprimé en déclin, ou trouveront un revenu basé sur le numérique, ou encore abandonneront et vendront des poteries. Je suis vraiment nul en poterie, alors je dois trouver une solution.

Vos héroïnes sont des personnages forts et profonds. Ces dernières années, les personnages féminins ont eu tendance à être plus présents dans les bandes dessinées en général. Comment voyez-vous cette évolution ?

Je la vois comme une progression naturelle. Certains résultats sont maladroits ou lourds, mais pour la plupart, je suis heureux que beaucoup de gens essaient de faire ce qu’il faut. Ce ne sera jamais parfait, mais la morale de chaque histoire est que nous continuons à essayer.

Ever

De quoi parle votre nouveau projet Ever ?

Une jeune fille de 17 ans nommée Ever est approchée par un ange qui lui dit que lorsqu’elle aura 18 ans, elle deviendra la clé pour ouvrir le puits des ténèbres et libérer tous les anges enchaînés qui y ont été mis il y a longtemps. Ever ne veut pas être la clé ! Maintenant, nous avons un problème. Voilà l’histoire.

Vous choisissez le format Graphic Novel. Cela va-t-il changer votre façon d’écrire ?

Cela n’a pas changé ma façon d’écrire ou de dessiner, mais cela a changé ma façon de travailler. Je trouve que je n’aime pas avoir un grand vide de temps à combler avec du travail puis me présenter en octobre avec un million de pages prêtes à être imprimées. C’est stressant ! Je préfère l’échéance mensuelle d’un chapitre à la fois. De plus, il n’y a pas de revenus pendant que vous passez un an à dessiner un gros livre. Comment les auteurs de romans graphiques survivent-ils sans revenus ? Je pense que beaucoup d’entre eux ont d’autres emplois pour subvenir à leurs besoins. Ce n’est pas le cas pour moi. J’ai ce livre… que je dois terminer. Donc, je ne suis pas encore fan du processus de roman graphique. Peut-être que quand il sera terminé, j’en verrai un meilleur côté.

Vous avez abordé de nombreux genres (Horreur, SF, thriller, histoire d’amour…) . Ever aborde le fantastique. Est-ce que cela a nécessité des recherches d’un point de vue graphique ou maîtrisez-vous ce genre ?

Le fantastique devrait être le genre qui demande le moins de recherches si vous y réfléchissez bien. Moins vous en copiez d’autres, mieux c’est, n’est-ce pas ? Vous ne voulez pas de ma version de Lord Of The Necklace. J’ai tendance à inventer des histoires sur des choses que je lis depuis des années. Comme les armes atomiques. Donc quand j’ai écrit Echo et Five Years, j’avais assez de connaissances de base pour commencer et j’ai cherché des noms que je connaissais et des dates dont je ne me souvenais plus pour y arriver.

Autres questions

Vous communiquez beaucoup avec vos fans sur les réseaux avec des vidéos, notamment. En quoi est-ce important ?

Cette communication quotidienne est un lien avec le monde dont je veux faire partie. J’ai des amis qui discutent en ligne avec moi depuis des années et qui se présentent aux conventions pour discuter en personne. J’aime beaucoup cela. Cela m’a manqué de les voir cette année. J’ai récemment fait un appel Zoom pour une œuvre de bienfaisance et les participants étaient des gars que je vois dans des salons et c’était la première fois que je les voyais en un an. J’étais plus qu’heureux de les voir et de discuter avec eux. Je pense que vous risquez de faire partie de l’Histoire si vous ne restez pas en contact. Cela peut arriver rapidement. Quoi que vous ayez fait l’année dernière, c’est de l’histoire ancienne maintenant, n’est-ce pas ? Félicitations, mais que faites-vous aujourd’hui ? C’est ça, les médias sociaux, pour les créateurs.

Bulledog, Kymera, et maintenant Delcourt qui sort de superbes intégrales, vous avez toujours été bien présents en France malgré les difficultés de la BD indépendante à s’imposer.

Ce qui est un immense honneur pour moi, de voir mes BD publiées en France, la patrie de l’art et de la bande dessinée. Chaque fois que je vais à Paris, je vais chez Sennelier et je m’approvisionne dans le même magasin où les impressionnistes s’approvisionnaient. Lors de ma première visite en 1996, j’y ai acheté un porte-mine à 15 dollars et je l’ai utilisé pour dessiner Strangers In Paradise, Echo, Rachel Rising, Motor Girl et Strangers In Paradise XXV. Et toutes les autres bandes dessinées pour d’autres éditeurs. Ce seul crayon, de Sennelier. C’est un bon crayon, non ? Donc, on peut dire que sans la France, il n’y aurait pas de BD de moi. Voilà à quel point la France est importante pour moi. Alors, quand mon éditeur Delcourt parle, j’écoute. Si on m’invite à Angoulême, j’y vais. J’ai beaucoup de merveilleux souvenirs en France, et beaucoup d’entre eux sont les moments de tranquillité où je peux être là, en tant qu’artiste regardant la vie sous le même soleil français que mes mentors.

Pour finir, lisez-vous des bandes dessinées ? Lesquelles ?

Non, jamais. (combien de temps puis-je garder ce visage sérieux ?)… En fait, je lis toutes les bonnes BD sur lesquelles je peux mettre la main. Si cela ressemble à quelque chose qui a déjà été fait, il se pourrait que je l’ignore. Et il y a deux catégories de BD, celles qui sont publiées avec de la publicité et les petits livres de merveilleux talents que vous devez chercher et trouver parce qu’il n’y a peut-être que 100 exemplaires imprimés mais tous vos amis artistes en raffolent. Je parie que tout le monde peut penser à un livre comme ça. Et maintenant, je suis capable de suivre les artistes dans tous les pays. C’est incroyable de voir qui remonte à la surface grâce au talent et à la magie des adeptes de retweet et d’Instagram.

Entretien réalisé par échange de mails. Merci à Terry Moore pour sa disponibilité et son extrême gentillesse !

A major representative of American comics and an author who has offered us – and continues to offer us – some of our most beautiful hours of reading, Terry Moore shares his views on his work and on the world of comics, always with humour. While his new series Ever will be released in November, meeting with one of our favorite artists. 
Series and characters

No matter what genre you approach (Horror, SF, …) it’s always the characters and their humanity that interests you, isn’t it ?

yes, it’s all about the human story. I know there is a universe supporting us, and I’m amazed by it all, but all I care about is your safety and happiness. If you don’t have that, there is a reason and that’s a story we can share because so many other people have the same experiences and need to know how someone else handled it and survived it. Whatever “it” is.

Your main characters are always women. Is it always obvious when you think about a new series? Have you ever tried to write a story with a male main character ?

When I started there were so many stories about men and how brave they were and how evil they were and good they were and…. blah blah blah. The women in comics were so often the sidekick with stories of less consequence. Like Supergirl. She should be on of the top 3 characters in the DC universe. But she’s not, she never was. She was no more important than Krypto  the wonder dog. Why? That’s not how you treat and equal, especially one who destroy the earth if you made her mad. So I had a bit of an attitude about female vs male heroes. I wanted to write a story where the women were the story and the boyfriends were the sidekicks and the subplot. Once I started doing that, I just kept going. Plus, I’d rather draw a woman than a man. That’s just how I’m wired.

Your series are very much based on drama but when you started, Strangers in paradise was pure comedy. And we also find a lot of it in the last episodes of Five Years with Zoé in particular. Isn’t it a genre that you would like to exploit more ?

I like discovering happiness in tough times. It’s a type of bravery and rising above the crap. Strong women like Katchoo and Zoe are bigger than the problems. They don’t collapse in confusion, they’re now easily overwhelmed because they’ve seen it come and go before. Whatever comes, goes, whether it’s a bad guy or a plague, it always ends, and these women will be there when the dust clears. So yeah, there’s always the fighter pilot who can make a joke, the soldier with the dry sense of humor, the woman who doesn’t jump when a man says Boo!

Why did you want to bring together all your series and their characters in a kind of crossover with Stangers in paradise XV and Five Years?

I wrote a book and realized it was a chapter. It’s that simple. I knew these books were all in the same Terryverse, all the same lifetime. It was just a logical progression to bring them together. I mean, they’re all contemporary. It’s not like I mashed together Star Wars and Lord Of The Ring. Which by the way, bothers me. Why make a ring that may not fit? Why not make a necklace we can all wear? Lord Of The Necklace.

You’re a musician. Music has always been part of your life. Have you ever imagined making a story where music would be at the centre of the project?

Yes, I play guitar but I am fascinated with jazz bass players and I have an idea in my mind for a murder mystery in that world. I’d love to write that story.

How do you create your series? First by choosing a genre and then by imagining the story that fits in or the other way round, creating characters and their relationships and looking for the genre that would suit you best?

I always have a moment in mind, a problem for a particular person. I build from the problem, forwards and backwards. So the story idea comes first, then the character. And I don’t care what the genre is at first. It’s just a story allowed to grab what it needs, a space ship, a war, hospital full of zombies, whatever you need. When you’re done you try to decided what genre you wandered into. It’s a wanton, fun discovery process.

Drawings

From a graphic point of view, when readers are traditionally more fond of colour drawings, why have you always kept this (sublime) black and white?

Because I see line, not light. You know the joke, “(insert name), Painter Of Light”. Yeah, that’s not me. I’m the painter of line. 🙂 I like color but it’s time consuming. I’d rather make a new page of story every day than one painting per week. But I’m a fool for this, because the painter is far more popular and far more successful. People love color. The world is in color. Life is in color. I’m an idiot to work in black and white, but you know what? The truth is black and white. And good cartoons tell the truth. That’s my only defense. 

Your female characters are sublime. Is that what you prefer to draw?

Yes. I have never hidden the fact that I would rather draw Katchoo’s butt than Batman’s butt. That’s just me. If you want to draw Batman’s butt, please do. I will stay with Katchoo. See the thing with comics is, whoever your character is, you will have to draw them every day for the rest of your life. You give up your social life and health to sit at a drawing table 16 hours a day every day for the rest of your life. So every day you’re drawing your character’s body. Would you rather draw Batman or Katchoo? I chose Katchoo.

You have a very effective sense of storytelling. It’s a part of the work that you take a lot of care with?

The story is everything. The art makes people open the book, the story makes them stay. 

Evolution of the world of comics

You created Abstract Studios to be able to live better from your work in the 90s. Would such an ambition for a freelance writer be possible today?

I think most writers today are independent. If anything, I would be very worried if I worked for a salary at a large company—you could be fired on any given day. But no, you couldn’t do what I did and make it work today, all those roads and bridges are long gone. Every month I start over and try to earn my foothold. The world keeps turning and it seems to alway be turning away. You have to be in the now, work your butt off and do what works today, not last year. There will always be the creators who are on your radar and I want to be there, too, making new stories for the people of today. I never want to be the irrelevant writer from another era.

Strangers in Paradise lasted 90 episodes, Echo about thirty, Rachel Rising about forty, Motor Girl, Strangers in Paradise XXV and Five Years were series of about ten episodes. Your new project Ever will be released directly as a graphic novel. Is it a reflection of the evolution of an increasingly complicated comics market and more generally for the increasingly fragile single format?

In a word, Yes. I’ve erased three full answers to this question but it is impossible to answer without discussing business and no one is ever supposed to discuss business in real detail that includes money, so I don’t know how the problems will ever get solved. They won’t, I guess. Folks will figure out their own individual ways to survive an shrinking print market or figure out a digital based income or just quit and sell pottery. I really suck at pottery so I have to figure this out.  

Your heroines are strong and deep characters. Female characters have tended to be more prominent in recent years in comics in general. How do you see this evolution?

I see it as a natural progression. Some of the results are awkward or heavy-handed but for the most part I’m glad many people are trying to do the right thing. It will never be perfect but the moral of every story is we keep trying. 

Ever

What will be the subject of your new project Ever?

A 17 year old girl named Ever is approached by an angel who tells her whan she turns 18 she will become the key to open the pit of darkness and release all the angels in chains who were put there long ago. Ever doesn’t want to be the key! Now we have a problem. That’s the story.

You choose the Graphic Novel format. Will it change the way you write?

It hasn’t changed the way I write or draw but it has changed the way I work. I find I don’t like having a big vacuum of time to fill with work then show up in October with a million pages ready for print. That is stressful! I prefer the monthly deadline of a chapter at a time. Also, there is not income while you spend a year drawing a big book. How do graphic novelists survive on no income? I suspect many have other jobs for support. I don’t. I have this book… that I need to finish. So, not a fan of the graphic novel process yet. Maybe when it’s finished I’ll see a better side of it.

You have tackled many genres (Horror, SF, thriller, love story…) . Ever tackles Fantasy. Does it require research from a graphic point of view or are you familiar with this genre?

Fantasy should be the least research genre if you think about it. The less you copy others the better, right? You don’t want my version of Lord Of The Necklace. I tend to make up stories about things that I’ve been reading about for years. Like atomic weapons. So when I wrote Echo and Five Years, I had enough basic knowledge to start and looked up names I used to know and dates I never remember to get that right.

Other questions
You communicate a lot with your fans on the networks with videos, in particular. Why is that important?

That daily communication is a connection with the world I want to be a part of. I have friends who have chatted online with me for years and show up at conventions to chat in person. I really enjoy that. I’ve missed seeing them this year.  I did a Zoom call recently for charity and the participants were guys I see at shows and it was my first time to see them in a year. I was more than happy to see them and chat with them. I think you risk fading into history if you don’t stay in touch. It can happen fast. Whatever you did last year is history now, right? Congratulations but what are you doing today? That’s what’s the social media is about for creators.

Bulledog, Kymera, and now Delcourt which comes out with great integrals, you’ve always been quite present in France despite the difficulties of independent comics to impose themselves.

Which is a massive honor for me, to have my comics published in France, the home of art and comics. Every time I go to Paris I visit Sennelier and buy supplies in the same shop where the impressionists bought their supplies. My first visit in 1996, I bought a $15 mechanical pencil there and used it to draw Strangers In Paradise, Echo, Rachel Rising, Motor Girl and Strangers In Paradise XXV. And all the other comics for other publishers. That one pencil, from Sennelier. That’s a good pencil, no? So, you could say that without France there would be no comics from me. That’s how important France is to me. So when my publisher Delcourt speaks, I listen. If I get invited to Angouleme, I go. I have many wonderful memories in France, and many of them are the quiet moments when I get to just be there, as an artist watching life under the same French sun as my mentors.

Do you read comics? Which ones?

No never. (how long can I keep this straight face?)… Actually, I read every good comics I can get my hands on. If it looks like a copy of something that came before, I might skip it. And there are two categories of comics, the ones that get published with publicity and the smaller books from wonderful talent that you have to seek out and find because there may only be 100 copies in print but all your art friends rave about it. I bet everyone can think of a book like that. And now I am able to follow artists in every country. It’s amazing to see who rises to the surface based on sheer talent and magic of retweet and Instagram followers.

Interview made by email exchange. Thanks to Terry Moore for his availability and his great kindness.