Secret Wars #1 (VF – Panini Comics)

Fiche technique

Auteurs: Jonathan Hickman (Scénario) –  Esad Ribic, Paul Renaud (Dessins) – Jérémy Manesse (Traduction)

Contient les épisodes VO: Secret Wars – Prologue (FCBD 2015) + Secret Wars (2015) #1-2

Panini Comics – Kiosque – 96 pages – 4,90€

Sollicitation éditeur:

Deux couvertures régulières : 1/2 (Alex Ross – tirage 50%) et 2/2 (Jim Cheung – tirage 50%)
Le multivers s’est effondré. Il ne reste plus que deux mondes et, si les héros échouent, l’univers Marvel et l’univers Ultimate disparaîtront à jamais. Découvrez aussi Battleworld, un monde créé avec des fragments des réalités détruites et dirigé d’une main de fer par un dieu colérique… Par Jonathan Hickman, Esad Ribic et Paul Renaud.


Nous y sommes! Ce que Marvel (et donc Panini) nous présente depuis des mois comme l’évènement le plus important de son histoire débarque en France en ce début d’année. Panini a décidé vous le savez de publier l’intégralité de l’event en kiosques, au travers de 10 magazines thématiques en plus du magazine principal Secret Wars, et je vous propose de suivre le lancement cet event avec vous, en vous chroniquant tous les numéros 1, afin de vous permettre de faire éventuellement le tri (ce que je risque de faire également). Commençons donc aujourd’hui avec Secret Wars #1, le mag contenant la série principale de l’évènement.

[accordions tabs_bgcolor=”#ffffff” tabs_textcolor=”#000000″ tabs_bordercolor=”” tabs_opacity=””][accordion title=”Secret Wars Prologue”]

Dans ce court prologue de 10 pages publié pour le FCBD 2015 et destiné à permettre aux lecteurs n’ayant pas suivi le run de Jonathan Hickman sur la franchise Avengers de raccrocher les wagons pour avoir le minimum d’infos nécessaires avant d’entrer dans Secret Wars, c’est Valeria Richards qui a la lourde tâche de prendre le lecteur par la main. Nous sommes plongés dans un briefing qu’elle conduit au sein de la Fondation du Futur et durant lequel son frère et elle vont résumer les incursions, et ce qui a été tenté pour les repousser, entre autres par leur père. Durant ce plan, elle présente également le plan qu’elle a imaginé pour permettre à quelques personnes de fuir et survivre, et tout se termine par le début de l’incursion finale. Un prologue efficace, qui remplit plutôt bien sa mission introductive pour les lecteurs qui débarquent là sans trop de bagages, et qui a surtout l’excellente idée d’être illustré par Paul Renaud, au sommet de son talent, et qui s’est déchiré pour nous livrer des planches somptueuses (on regrettera plus tard qu’il n’ait pas assuré la suite de l’event…)

[/accordion][accordion title=”Secret Wars #1″]

L’incursion finale est arrivée, et les deux derniers univers encore en vie vont entrer en collision: l’univers de la Terre-616, la Terre Marvel classique, et celui de la Terre-1610, plus connu sous le nom d’Univers Ultimate. Et bien entendu, aucune des deux Terre n’est prête à se laisser effacer de l’existence, et chacune a ses héros, qui comptent bien défendre leur Terre coûte que coûte. Nous allons donc assister à un chapitre complet dédié à la dernière bataille de l’univers Marvel, et le moins que l’on puisse dire, c’est que le spectacle est assuré! On se retrouve face à un vrai blockbuster, tout explose dans tous les sens, et visuellement, c’est plutôt jouissif, surtout que le dessinateur est le génial Esad Ribic, très en forme sur ce premier numéro. Cependant, Jonathan Hickman n’est pas toujours très clair (pléonasme…) et il est facile de se perdre en route si on ne connaît pas bien l’univers classique et l’univers ultimate, visuellement notamment. C’est là qu’un peu de contenu éditorial aurait été le bienvenu, ne serait-ce que pour permettre d’identifier les personnages présents, et nous situer un peu le contexte. Enfin, si, nous avons deux pages de contenu allant dans ce sens… à la toute fin du magazine…

On pourra aussi regretter, et je fais partie de ceux là, que cet épisode n’ait pas été le dernier épisode d’Avengers, ou le prologue, plutôt que le premier chapitre de Secret Wars, puisque la saga à proprement parler commence réellement dans le chapitre suivant.

[/accordion][accordion title=”Secret Wars #2″]

Difficile de ne pas le voir, Jonathan Hickman a lit ou regarde Game of Thrones. Impossible de ne pas voir un clin d’oail/une référence/une transposition de certains éléments de la saga de George R.R. Martin en lisant ce deuxième chapitre. Même moi qui n’ai vu qu’une saison de la série, j’ai remarqué cela. Un jeune homme qui rejoint le corps chargé de protéger un univers partagé en royaumes qui se tirent dans les pattes pour le pouvoir, qui va être affecté à la protection d’un mur gigantesque qui protège le monde en question de terres désolées, peuplées de zombies et de robots semeurs de mort, au delà duquel tout le monde redoute d’aller, car il s’agit d’une destination sans retour. Tout cela ne vous rappelle rien?

Passé cette remarque, je dois reconnaître que j’ai adoré cet épisode, qui lance vraiment Secret Wars, et de belle manière, à la fois intrigante et réjouissante. Nous faisons la connaissance d’un jeune homme, qui réussit l’examen de passage pour entrer dans une force chargée de protéger l’ordre, en soulevant un marteau de Thor. En effet, cette “police” n’est composée que de personnages qui sont autant de versions de Thor. Ils agissent au nom du père de toutes choses, du dieu de ce monde, qui est… [Spoiler]! Je n’en dirai pas plus pour garder un peu de mystère, même si le secret est déjà bien éventé si vous suivez un peu les news comics. Mais je ne révèlerai rien ici pour la review de ce premier numéro. En suivant les premiers pas de ce jeune Thor, nous allons découvrir l’organisation de ce nouveau monde, et croiser de nombreux personnages que nous connaissons, dans des situations particulièrement surprenantes pour certains (oui Susan Richards et Stephen Strange, c’est vous que je regarde). Les découvertes que l’on fait dans ce chapitre donnent franchement envie de poursuivre la lecture et d’en savoir plus, notamment comment en est-on arrivé là. Pour ce qui est de la partie graphique, que dire à part que c’est beau, TRÈS beau!

[/accordion][/accordions]

Pour conclure, je suis le premier surpris en écrivant ces lignes, mais il semble bien que Secret Wars soit parti pour être un event qui compte, et qui restera pour ses qualités… Mais attendons un peu avant de le dire, ce ne serait pas la première fois chez Marvel que des promesses suite à des lancements plus qu’alléchants s’avèrent en fait de gros pétards mouillés… Rendez-vous demain pour mon avis sur le mag Secret Wars: Avengers! Et d’ici là, bien sûr, n’hésitez pas à donner votre note au mag (en haut à droite de l’article, juste sous ma note) et à laisser votre avis en commentaire!