Secret Wars – Avengers #1 (VF – Panini Comics)

Fiche technique

Contient les épisodes VO: A-Force #1 – Thors #1 – Armor Wars #1 – Future Imperfect #1

Panini Comics – Kiosque – 96 pages – 4,90€

Sollicitation éditeur:

Dans A-Force, une équipe de super-héroïnes protège son domaine (par Wilson et Molina). Dans Thors, le Thor Ultimate cherche à résoudre une enquête criminelle (par Aaron et Sprouse). Enfin, Armor Wars et Future Imperfect revisitent des classiques de chez Marvel (par Robinson, Takara, David et Land).
Édition collector de Jim Cheung avec coffret, disponible en librairie : 75,00 € – Tirage limité à 900 exemplaires. Le coffret contient les 14 comics Secret Wars de janvier + l’édition collector.


Après la review du premier numéro du magazine Secret Wars contenant la série principale, je vous propose maintenant d’ouvrir le bal des reviews consacrées aux dix magazines annexes avec mon avis sur le premier d’entre eux dans l’ordre alphabétique: Avengers.

[accordions tabs_bgcolor=”#ffffff” tabs_textcolor=”#000000″ tabs_bordercolor=”” tabs_opacity=””][accordion title=”A-Force #1″]

Scénario: Margueritte Bennett, G. Willow Wilson – Dessins: Jorge Molina

“Tiens, une équipe d’Avengers féminine emmenée par She-Hulk! Ah, mince, c’est Margueritte Bennett qui écrit…”. C’était à peu de choses près ma réaction quand j’avais appris en 2015 que A-Force allait voir le jour. Presque un an plus tard, la série arrivant en kiosque et ayant choisi de chroniquer tous les mags de janvier, je me trouve forcé de lire ce A-Force #1, et forcé maintenant de reconnaître que, ma foi, c’était plutôt cool. A un détail (gênant) près: était-on obligé de tomber dans le cliché et de virer My Little Pony par moments, uniquement parce que c’est une équipe 100% féminine au cœur de l’intrigue?

Je ne m’attarderai pas plus sur ce point, et préfère garder de cet épisode ce qui m’a séduit en lui: sa fraîcheur, la sympathie quasi  immédiate pour les personnages qui composent l’équipe, et les ramifications du scénario qui annoncent une suite assez intéressante à suivre, entre la présence de Loki dans l’équipe, la position de She-Hulk fragilisée par les évènements qui secouent A-Force, l’arrivée d’une nouvelle protagoniste en toute fin d’épisode. De plus, et c’est appréciable, la série s’insère bien dans Secret Wars, et n’oublie pas qu’elle fait partie de cet event tentaculaire. Découvrir le territoire d’Arcadia, sa baronne (She-Hulk), et des bribes de son organisation m’ont plu. Une bonne surprise donc, à suivre en février.

[/accordion][accordion title=”Thors #1″]

Scénario: Jason Aaron – Dessins: Chris Sprouse

Clairement, Thors est mon coup de cœur de ce mag. J’avais bien accroché à cette idée de police du Battleworld présentée par Hickman dans Secret Wars #2, et j’étais curieux d’en savoir plus sur ce corps à travers la série de Jason Aaron. Et je n’ai pas été uniquement séduit par la découverte de toutes ces versions de Thor, même si c’est réellement un point fort (mention spéciale pour le Thor-Arbre).

Tout commence par la découverte d’un cadavre, le cinquième en peu de temps et dans 5 endroits différents du Battleworld, ce qui inquiète particulièrement les Thor, qui font face à une “affaire de tout” qui mobilisera toutes leurs ressources, et devra se résoudre rapidement, et sans attirer l’attention de Fatalis. D’autant que le meurtrier semble passer les frontières d’une zone à l’autre du Battleworld, ce qui est un crime majeur pour les lois de ce monde. Le mystère s’épaissit encore lorsque l’on apprend que les 5 morts sont différentes versions de la même personne…

Jason Aaron nous pose le cadre d’une enquête que l’on a très envie de suivre jusqu’au bout, et provoque de la sympathie pour les Thor, qui composent pourtant le corps chargé de maintenir l’ordre selon les lois de Fatalis… Et non content de nous apporter une enquête policière qui s’annonce passionnante, Aaron nous apprend pas mal de choses sur le corps des Thors, sur le Battleworld, et se permet même un cliffhanger assez surprenant. Pour la partie graphique, Chris Sprouse assure et semble prendre plaisir à nous représenter énormément de versions de Thor, qui plus est toutes différenciables.

[/accordion][accordion title=”Armor Wars #1″]

Scénario: James Robinson – Dessins: Marcio Takara

Armor Wars nous propulse à Technopolis, partie du Battleworld où tout le monde porte une armure pour survivre, et dont le baron n’est autre que Tony Stark, pris dans une rivalité avec son frère Arno qui devrait venir au centre des évènements dans les épisodes à venir. A Technopolis, l’arraignée se nomme Spyder-Man, est incarnée par Peter Urich, et est dans une fâcheuse posture dès les premières pages de l’épisode.

De la saga Armor Wars des années 80, on ne retrouve que quelques clins d’oeil (le nom Spyder-Man serait-il en soi une information quant au rôle du personnage dans certains évènements?), et c’est plutôt un autre type de Guerre des Armures que se prépare à nous conter James Robinson. Et cela m’a plu, car il n’y a aucun besoin d’avoir une suite, un prequel ou pire, une copie de l’arc original. Ce n’est pas ma partie préférée du mag, mais elle se laisse lire avec plaisir et intrigue suffisamment pour me donner envie de poursuivre.

[/accordion][accordion title=”Future Imperfect #1″]

Scenario: Peter David – Dessins: Greg Land

On le sait, Peter David aime la continuité Marvel, et la prend en compte aussi souvent qu’il le peut; c’est d’ailleurs un des rares scénaristes à le faire. Pas étonnant donc que son épisode de Future Imperfect soit celui qui reprend le plus d’éléments de la continuité dans ce mag. Future Imperfect prend place à Dystopia, partie du Battleworld placée sous la coupe de Maestro, une version âgée et impitoyable de Hulk. Nous allons le comprendre rapidement, il gouverne sa province d’une main de fer, et se révèle sans surprise être un tyran. Cependant, un groupe de résistants s’est formé et espère pouvoir renverser Maestro. Saphyr, l’une d’entre elle, voit en ce vieillard qui dit être Odin la possibilité de prendre un avantage important face au Baron de Dystopia.

Une introduction intéressante à cette partie du Battleworld, portée par un scénario et des dialogues efficaces (ce qui est la norme avec Peter David) et qui ne souffre pas des dessins de Greg Land, que je n’apprécie pas en temps normal, et qui passent mieux ici que d’habitude.

[/accordion][/accordions]

En bref, c’est une bonne pioche que la composition de ce mag Secret Wars: Avengers, avec 4 séries que j’ai envie de poursuivre, et un coup de cœur pour Thors! Rendez-vous donc en février pour la suite et le #2! Et avant cela, rendez-vous demain pour la review de Secret Wars: Battleworld! Et d’ici là, bien sûr, n’hésitez pas à donner votre note au mag (en haut à droite de l’article, juste sous ma note) et à laisser votre avis en commentaire!