Secret Wars – Civil War #1 (VF – Panini Comics)

Fiche technique

Contient les épisodes VO: Civil War (2015) #1, 1872 #1, Hail Hydra #1, Planet Hulk #1 (II)

Panini Comics – Kiosque – 96 pages – 4,90€

Sollicitation éditeur:

Le conflit entre Tony Stark et Captain America s’envenime : est-ce qu’une nouvelle guerre civile entre super-héros se profile ? Le far-west est protégé par Red Wolf et Steve Rogers tandis que des héros vont découvrir des régions de Battleworld dominées par les nazis (dans Hail Hydra de Remender et Boschi) et des Hulks.


Après Avengers et la déception Battleworld, c’est de Secret Wars: Civil War #1 dont je vais vous parler aujourd’hui. Et c’est non sans appréhension que j’ai ouvert le magazine, tant la promesse faite par le titre est grande…

[accordions tabs_bgcolor=”#ffffff” tabs_textcolor=”#000000″ tabs_bordercolor=”” tabs_opacity=””][accordion title=”Civil War #1″]

Scénario: Charles Soule – Dessins: Leinil Francis Yu

Coup de cœur! J’ai été happé de bout en bout par cette histoire et par la narration de Charles Soule, et cet épisode est pour le moment mon préféré dans tout ce que j’ai lu des #1 jusque là. Nous sommes dans un monde où la guerre civile ne s’est pas conclue comme nous l’avons vu dans Civil War, mais a continué. Des années ont passé, le conflit ne s’est toujours pas résolu, bien au contraire, puisque Tony Stark et Steve Rogers en sont venus à prendre le contrôle chacun d’une partie du territoire, l’Iron à l’est pour Stark et le Bleu à l’ouest pour Rogers. De nombreux drames ont eu lieu durant toutes ces années, et c’est un évènement lorsque Miriam Sharpe accueille chez elle, sur un territoire neutre, Tony Stark et Steve Rogers, qui ont accepté de discuter pour la première fois, en vue de peut-être trouver une résolution au conflit. J’ai trouvé l’idée excellente, mais elle n’aurait pas suffi à donner un aussi bon épisode. Ce sont bien les personnages et leur développement, ainsi que des dialogues qui font ressentir pleinement la tension de l’histoire, qui contribuent le plus à la réussite de ce #1. S’il était peut-être plutôt simple de choisir un camp dans Civil War, cela l’est beaucoup moins maintenant, pour moi en tout cas. A la fin de cet épisode, de nombreux mystères planent, et l’escalade est inévitable vers quelque chose qui promet d’être épique!

[/accordion][accordion title=”1872 #1″]

Scénario: Gerry Duggan – Dessins: Nik Virella

Imaginez un univers Marvel à l’époque du Far West, avec Roxxon comme gouverneur d’un état, Wilson fisk maire d’une petite ville dont le shérif s’appelle Steve Rogers, le journaliste de la gazette locale Ben Urich et l’alcoolique notoire du saloon n’est autre que Tony Stark. Appelez cette ville Timely (très bel hommage à l’histoire de Marvel), bordez la de la rivière Kirby, et vous obtiendrez une véritable pépite signée Gerry Duggan! Le scénario est intelligent, les clins d’oeil et hommages à l’univers et l’histoire de Marvel sont légion, jusque sur les bouteilles de whisky, les dialogues sont brillants et l’humour fonctionne à merveille. On est embarqué dans un véritable western à la sauce Marvel, avec ce qu’il faut d’action, de grandiloquence et de poussière. Je n’ai qu’une hâte, c’est que le mois de février arrive pour découvrir la suite, tant ce qui se passe à la fin de l’épisode annonce du très lourd! Petit mot sur les dessins de Nik Virella, que je ne connaissais pas trop avant: impeccables!

[/accordion][accordion title=”Hail Hydra #1″]

Scénario: Rick Remender – Dessins: Roland Boschi

Dans Hail Hydra, Rick Remender utilise Ian, le personnage qu’il a créé pour son run sur Captain America, adopté par Steve Rogers et qui est depuis devenu Nomad. Ian se retrouve transporté dans une New York qu’il pense contrôlée par Hydra, sans savoir comment on en est arrivé là. Mais la réalité est bien pire. Il se trouve qu’il a été transporté sur une partie du Battleworld nommée Empire Hydra, et que dans cet endroit, New-York n’est pas contrôlée par Hydra, mais a été créée par Hydra. C’est ce qu’il va apprendre de la bouche d’un jeune homme traqué par les autorités et qui va l’embarquer dans quelque chose qu’il n’imaginait pas. Je n’ai pas eu de coup de cœur comme sur les deux précédents épisodes du mag, mais j’ai adoré cette ouverture d’Hail Hydra, la réutilisation du personnage de Ian mis dans un contexte qui fait écho à son histoire personnelle et qui va le mettre à l’épreuve, surtout avec ce qui nous est révélé en fin d’épisode. Comme souvent, du très bon Rick Remender, et une dystopie intéressante, bien servie par les dessins de Boschi. A noter pour le fun le nom donné à un agent d’Hydra, qui fera plaisir aux amateurs d’Agents of SHIELD…

[/accordion][accordion title=”Planet Hulk #1″]

Scenario: Greg Pak – Dessins: Takeshi Miyazawa

Faute de place, Panini tenant absolument à maintenir le mag à 96 pages (ce qui est une bêtise à mon avis, mais passons), nous avons seulement droit à une histoire back-up de l’épisode principal, nous racontant les origines de Greenland, la zone du Battleworld reprenant Planet Hulk. Pour lire l’épisode principal, il faudra attendre le mois prochain… et se contenter de cette introduction sans grande prétention, très simple et convenue, mais qui fait le job dans l’ensemble et s’ouvre sur une scène qui m’a bien fait rire. Je n’en dirai pas beaucoup plus sur cette histoire courte, sympa mais anecdotique, qui conclut gentiment le magazine

[/accordion][/accordions]

En bref, Secret Wars: Civil War tient pour moi toutes les promesses de son titre, et est une vraie réussite. J’avais pu lire quelques critiques, et des réserves quant aux séries qui composent le mag, mais je ne les partage pas du tout pour ma part. Comme quoi, les goûts et les couleurs… Rendez-vous le mois prochain pour la suite des séries du mag Civil War, et dès demain avec le Mercenaire le plus cinglé de l’univers pour le mag Deadpool! Et d’ici là, bien sûr, n’hésitez pas à donner votre note au mag (en haut à droite de l’article, juste sous ma note) et à laisser votre avis en commentaire!