All-New Iron Man & Avengers 5 (VF – Panini Comics)

Fiche technique

Contient les épisodes VO: Invincible Iron Man #7, International Iron Man #2, Captain America : Sam Wilson #5 et #6

Panini Comics – Kiosque Mensuel – 96 pages – 4,90€

Sollicitation éditeur: Tandis que War Machine enquête sur les “ninjas technologiques” qui essaient de le tuer, Iron Man doit affronter son ancienne fiancée, Cassandra Gillespie, pour découvrir l’identité de ses vrais parents ! En plus, deux épisodes de Captain America face à la nouvelle Société du Serpent ! Par Bendis, Maleev, Deodato, Spencer, Renaud et Bennett. 


Pas de Thor ce mois-ci mais deux épisodes de Captain America de folie !

[accordions tabs_bgcolor=”#ffffff” tabs_textcolor=”#000000″ tabs_bordercolor=”” tabs_opacity=””][accordion title=”Invincible Iron Man #7 – 4/10″]

Scénario: Brian M Bendis – Dessins: Mike Deodato Jr

Mon pressentiment n’a pas loupé, en effet ce numéro n’est pas des plus passionnant. Bendis développe ses deux intrigues dans cet arc, la première avec Tony Stark et Mary Jane, et la seconde qui met en scène Rhodes. Là où le bât blesse c’est que dans les deux cas, ça n’avance pas et c’est du Bendis pur jus. La rencontre entre Tony et Mary, qui d’ailleurs se conclut par son embauche, est longue, ennuyeuse et on ne retiendra finalement rien de toute cette partie. Le fragment de scénario autour de Rhodes n’est pas plus intéressant. Le personnage est retenu prisonnier des Triades locales et on n’en saura pas plus. On pourra noter la petite incohérence quand James s’étonne de voir son armure lui être retirée par la pensée ou par contrôle du métal, c’est vrai que War Machine n’a jamais eu connaissance de tous les télépathes marveliens ou autre mutant lié au métal.…. Le numéro se termine sur l’introduction d’une nouvelle personnalité qui semble s’y connaître en robotique et qui a fait beaucoup parler d’elle récemment dans l’actualité VO.
Deodato est au dessin et ça ne me plait pas, mais c’est purement subjectif.

Le sursaut que j’espérais n’est jamais arrivé, la série ne m’intéresse plus tellement.


[/accordion][accordion title=”International Iron Man #2 – 7/10″]

Scénario: Brian M Bendis – Dessins: Alex Maleev

Comme pour le premier numéro, je ne suis pas subjugué par cet épisode mais le charme opère et je sens un run qui sera construit sur la longueur. On prend la suite directe du mois dernier, où le jeune Tony continue à nouer des liens toujours plus intimes avec la famille Gillespie. La double page de romance entre Tony et Cassandra est sublime. Mais l’arrivée soudaine d’Howard Stark va chambouler cette idylle. La deuxième partie du numéro se passe dans le présent où Iron Man est aux prises avec une Cassandra âgée passablement irritée et son armée de robots. Cette double narration passé/présent est très classique mais j’ai véritablement envie de tout savoir sur la déconstruction de cette relation amoureuse qui semblait parfaite. Le comparse de Bendis, Alex Maleev, fait encore des merveilles. Que ce soit les passages de narration, cette double page qui en passant fait très Anakin/Padmé sur Naboo, ou encore la grosse scène d’action à la fin, c’est propre, détaillé et expressif : un très bon travail de la part de Maleev.

Au moins une série Iron Man qui arrive encore à me captiver. J’ai pleine confiance dans le duo mais je pense que le tout devrait s’apprécier encore plus en lecture complète.

[/accordion][accordion title=”Captain America : Sam Wilson #5 – 9.5/10″]

Scénario: Nick Spencer – Dessins: Paul Renaud

Ce mois-ci Panini nous propose une double dose de Captain America et vu la qualité de la série, on ne va pas se plaindre. Sam est toujours prisonnier de la solution du Serpent et Misty Knight va tenter de le sauver. Pendant qu’elle tente de se frayer un chemin parmi les sbires de Vipère, Spencer nous livre un discours remarquable sur le contrôle social et économique que peuvent avoir certaines grandes corporations et globalement la discussion entre Vipère et Cap est joliment menée par l’auteur. On peut ajouter à tout ça l’entrée en lice de Joaquin Torres, le jeune homme torturé puis modifié génétiquement en faucon par Malus dans les numéros précédents. Concernant la trame, je n’ai rien à dire, je suis complétement acquis à l’écriture de Spencer, du super-héros conventionnel avec ce supplément engagé qui marche terriblement bien. D’ailleurs c’est un point clé de l’écriture de Spencer, que l’on retrouve dans toutes ses série Marvel  ; son Ant Man adopte aussi cette approche engagée et l’ancre dans une réalité vraie. Paul Renaud officie aux dessins et c’est toujours très beau. L’action est claire et lisible, mention spéciale aux Serpents et notamment à son Vipère ultra charismatique.

La série est excellente depuis le début et c’est toujours le cas, une lecture obligatoire.

 

[/accordion][accordion title=”Captain America : Sam Wilson #6 – 9.5/10″]

Scénario: Nick Spencer – Dessins: Joe Bennett

Captain est sauvé in extremis par Joaquin et ils se retrouvent tous les deux face à la Solution du Serpent au complet. Bien que ce numéro soit très orienté action, Spencer à la très bonne idée de le jalonner avec le suivi de l’action boursière de la Solution du Serpent en fonction de l’avancement de l’affrontement. Concrètement, toutes les deux pages on peut voir les fluctuations financières de la Solution via le témoignage de spécialistes et économistes, évidemment la cotation chute au fur et à mesure et voir Wall Street s’enflammer pendant le combat est génialement absurde. Une fois tout ça terminé, Sam va s’expliquer avec les principaux actionnaires et autres politiques véreux qui ont participé aux manigances de la Solution. Le tout est très bien cerné voire même parodique tant le discours de Spencer sur le monde de la finance, et ses conséquences, est juste. L’épisode se termine sur l’arrivée d’un nouveau Faucon dont le costume fonctionne parfaitement. Vous l’aurez compris je suis totalement dévoué à cette série qui doit être lue. Exit Paul Renaud, c’est Joe Bennett qui prend la suite aux dessins. Pas d’inquiétude toutefois, son style reste dans la même veine que celui de Renaud et la transition est fluide et naturelle. Certaines compositions sont très astucieuses, notamment celle construite autour de l’étoile de Cap avec dans chaque branche les retombées éventuelles d’une crise économique.

C’est rare de voir du super-héros mélangé avec un aspect socio-économique et pour ça, cette série est un vrai coup de cœur. Je recommande vivement l’achat du kiosque rien que Captain America : Sam Wilson.

 

[/accordion][/accordions]

Si on met de côté Invincible Iron Man, ce kiosque est tout simplement excellent. Toutes les séries sont intéressantes et méritent vraiment qu’on y jette un œil très attentif. C’est l’indispensable du moment. N’hésitez pas à laisser un commentaire et une note.