Iron Man & Avengers #06 (VF – Panini Comics)

Iron Man & Avengers est pour moi le kiosque indispensable, à la qualité la plus constante depuis bientôt maintenant un an et demi. Même si les séries Iron Man ont connu des hauts et des bas et si Mighty Captain Marvel est pour le moment très décevante, les séries Captain America et Thor ont été d’une très bonne qualité.

Qu’en est-il de cette nouvelle mouture ?

 

[toggles behavior=”accordion”]
[toggle title=”Édition – 4/10″]

Novembre est sans doute le mois des stagiaires chez Panini puisqu’on leur a clairement confié la conception éditoriale des kiosques. Après un X-Men RessuXion ayant culminé à des sommets de médiocrité éditoriale, Panini enchaine avec une régularité de métronome cette sortie de Iron Man & Avengers n°6, en y apportant une petite nouveauté que chacun dégustera à sa juste valeur : la page de récap’ après le premier épisode du mag. C’est magique !

Sinon, toujours pas de chapitrage, une seule couverture mais en plein milieu d’épisode pour décaler une double page, on sent l’amour du travail bien fait ! Sans compter le sommaire imprimé à l’intérieur de la couverture, c’est la crise, économie, économie ! Surtout ne pas faire cadeau d’une poignée de pages pour proposer un kiosque présentable !

On a quand même 6 épisodes pour 5,50 €, mais ce n’est pas un motif suffisant pour se satisfaire !

A noter qu’à partir du mois prochain, pour suivre vos séries favorites, il faudra vous procurer non pas un mais deux kiosques puisque grâce à une nouvelle réorganisation des publications Panini,  les séries de mon kiosque préféré seront éparpillées dans deux mag : Avengers et Avengers Universe. Merci Panini !

 

[/toggle]
[toggle title=”Captain America : Steve Rogers #14-15 – 9/10″]

Scénario: Nick Spencer – Dessins: Jesus Saiz, Javier Pina, Andres Guinaldo – Couleurs : : Rachelle Rosenberg

Avis: Nick Spencer nous conte toujours l’irrésistible édification du futur empire de Steve Rogers. Dans l’épisode 14, Captain America a toujours pour but de neutraliser Captain Marvel et son bouclier tandis qu’Elisa Sinclair recrute son lot de vilains pour l’hydra de Cap.

Dans l’épisode suivant, Steve Rogers affronte un crâne rouge affaibli pour des raisons que Panini nous promet de découvrir dans le kiosque Avengers…le mois prochain ! Ça, c’est de la réflexion de publication !

La construction alternant les scènes passé-présent, qui le plus souvent se répondent, fait tout le sel de cette série. Les révélations se font petit à petit grâce à cette édification. Les scènes passées éclairent celles du présent et font à chaque fois avancer l’intrigue.

Captain America : Steve Rogers est une série riche, intelligente, aux résonances avec le monde actuel.

Graphiquement, la qualité est également au rendez-vous. Les scènes se déroulant dans le passé sont dessinées par Jesus Saiz secondé par Rachelle Rosenberg aux couleurs. Elles nous transportent magiquement à cette époque. J’aime particulièrement le travail réalisé sur ses scènes. Les autres scènes du présent sont exécutées par deux dessinateurs avec un point commun : la qualité.

Captain America : Steve Rogers est un des trois piliers de ce kiosque. La qualité élevée de cette série ne faiblit pas d’épisodes en épisodes.

 

[/toggle]
[toggle title=”Invicible Iron Man #5 – 6,5/10″]

Scénario: Brian M. Bendis – Dessins: Stefano Caselli – Couleurs : Marte Gracia

Avis: Invicible Iron Man est une série que j’apprécie de façon très variable suivant les épisodes.

Dans ce numéro 5, l’affrontement avec le Techno-Golem prend fin. La vie de Riri continue d’évoluer. Les relations avec sa mère sont au cœur de cet épisode.

Le combat avec le Techno-Golem n’a pas été d’un grand intérêt de mon point de vue.  Il a juste pour conséquence de positionner Riri par rapport au Shield à la fin de l’opposition.

Les scènes d’introduction et de conclusion avec la mère de Riri sont assez touchantes et plutôt bien écrites. Les dialogues sonnent justes. Ce sont les meilleurs moments de cet épisode.

Les dessins de Stefano Caselli sont propres et agréables. L’artiste est efficace sur les visages et traduit bien les émotions.

Au final, comme souvent avec Brian M. Bendis, il ne se passe pas grand chose. Mais les deux scènes précitées rendent cet épisode agréable à lire. Soyons franc, ce n’est tout de même pas pour cette série que j’achète ce kiosque.

 

[/toggle]

[toggle title=”Mighty Thor #17 – 9/10″]

Scénario: Jason Aaron – Dessins: Russel Dauterman – Couleurs : Matthew Wilson

Avis: La guerre Asgard/Shi’ars entre dans sa troisième partie pendant que Thor combat les dieux Shi’ars au cours du Défi des Dieux qu’ils lui ont imposé.

Jason Aaron poursuit son excellent run sur Thor en maintenant un niveau de qualité impressionnant. Aussi bien les épreuves du Défi, toujours plus cruelles, que les combats des guerriers Shi’ars et Asgardiens sont épiques et enlevés. Aaron maîtrise son sujet jusqu’au bout de l’épisode avec ce cliffhanger classique mais qui promet du lourd pour la suite.

Le scénariste sait toujours placer ses pointes d’humour à travers les échanges des guerriers Asgardiens. Cela permet d’alléger une histoire toujours plus intense.

Russel Dauterman réalise toujours des prouesses aux dessins. Son travail est précis, détaillé et lumineux, secondé aux couleurs par un excellent Matthew Wilson. C’est sublime.

Ce run de Jason Aaron laissera à n’en pas douter une empreinte tant au niveau scénaristique que graphique.

Encore un excellent épisode.

 

[/toggle]

[toggle title=”Mighty Captain Marvel  #3 – 3/10″]

Scénario: Margaret Stohl – Dessins: Ramon Rosanas – Couleurs : Michael Garland,Marcio Menyz

Avis: Mighty Captain Marvel est série qui ne m’a pas intéressé lors de ses 3 premiers épisodes de par sa médiocrité et malheureusement ce n’est pas celui-ci qui va redresser la barre. Le scénario est insipide, les dialogues sont d’une banalité assez accablante et l’humour de l’auteure ne me convainc pas. De plus, la partie graphique est assez moyenne. Je n’aime pas, tout simplement. Un véritable intrus dans ce kiosque de qualité.

 

 

 

 

 

[/toggle]

[toggle title=”Captain America : Sam Wilson #18 – 9/10″]

Scénario: Nick Spencer – Dessins et Couleurs: Daniel Acuna

Avis: Nick Spencer poursuit sa série en imposant toujours ses thèmes politico-sociaux en lien avec l’Amérique actuelle. Il aborde la façon dont sont traités les Afro-américains par le système judiciaire américain. Une réflexion sur l’intégrité nécessaire à l’aboutissement de ses combats est également traitée à travers l’attitude de Rage et de Sam Wilson. La complexité de l’Amérique vue par le prisme des communautés qui s’opposent, certaines faisant passer leurs intérêts avant le justice est bien amené au fil des questionnements de Cap. C’est intéressant, bien fait et à part dans le monde des comics actuels.

Les dessins et couleurs de Daniel Acuna sont d’une originalié et d’une qualité remarquables. Un trait fin et des tons subtils donnent une véritable identité graphique à cette série.

Marvel, dont une des priorités a été d’imposer les minorités dans ses comics au travers de plusieurs de ses héros avec des bonheurs très inégaux, a trouvé en Nick Spencer un auteur qui sait aborder ces sujets avec finesse et talent.

 

[/toggle]
[/toggles]

Bien que devant tirer un wagon chargé de Bendisseries et un second wagon qui a déraillé depuis son départ, les trois locomotives surpuissantes que sont Captain America : Steve Rogers, Captain America : Sam Wilson et Mighty Thor, nous entrainent depuis une petite vingtaine d’épisodes dans un voyage incroyable qu’on souhaiterait perpétuel. C’est beau, non ? En tout cas, pour ces trois séries, qu’est-ce que c’est bon !

 

[alert variation=”alert-info”]

Pour découvrir et commander ce numéro, c’est par ici:

[/alert]