Spider-Man #005 (VF – Panini Comics)

[toggles behavior=”accordion”]
[toggle title=”The Clone Conspiracy #5 – 7/10″]

Scénario: Dan Slott – Dessins: Jim Chung

Après ces 5 mois de mésaventures, l’aboutissement du dernier événement de Slott est là, une conclusion en demi teinte, pour un ressenti général plutôt bon. La réaction épidermique de Reilly au refus de Parker est à l’origine de cette dégénérescence des Clones ramenés par le Chacal. Mais en plus, cette décrépitude physique zombifie la population proche en Carrion. L’escalade factice (c’est le dernier numéro, tout doit rentrer dans l’ordre à la fin) est trop grosse, une conclusion plus intimiste aurait été préférable. D’autant que la solution tombe de je ne sais où, avec une facilité déconcertante. Le côté blockbuster du dénouement est plus que passable. Pourtant Slott s’en tire sur quelques passages ou personnages. Le cas Gwen (la vraie) est attendu mais touchant, le destin d’Octopus prend une direction intéressante, puisqu’il gagne une dimension héroïque, engagée depuis Superior maintenant. Reilly, quant à lui, disparaît vaguement en fin de numéro, mais trouve un épilogue dans l’épisode suivant du kiosque. Néanmoins, Chung, encore une fois, est très convaincant, ces 5 mois de Spider-Man auront été une vitrine, l’artiste sait se faire apprécier.  

Avec un gout mi-figue mi-raisin, cette conclusion oscille entre grand spectacle un poil idiot et touches plus personnelles bien mieux réussies.  Maintenant, sur ces 5 mois, l’événement se tient, Slott continue de creuser son personnage, loin des retours constants au modèle originel de Parker. 

[/toggle]
[toggle title=”Amazing Spider-Man #24 – 6/10″]

Scénario: Dan Slott – Dessins: Giuseppe Camuncoli

Encore une fois, Slott coordonne parfaitement ses ties in, puisque cet épilogue considère certains passages imprécis du Clone Conspiracy #5, et apporte une conclusion au cas Reilly et Warren. Les deux chacals règlent leur différent moral sur le clonage et l’identité. L’issu du combat est sans appel, Reilly embrasse une nouvelle vie, à voir ce que nous réserve l’avenir de ce personnage. Marvel lui offre déjà une série, qui va vite se transformer en maxi-série au mieux, pour un personnage aujourd’hui anecdotique que je ne connais pas. Les plus “vieux” lecteurs trouveront sans doute du plaisir à redécouvrir ce clone historique de Parker. 

En tant que complément final, cet épisode est à lire forcément. En tant qu’aperçu, je ne pense pas m’impliquer dans la future série Ben Reilly Scarlet Spider, à moins d’une petite pépite à part. 

[/toggle]
[toggle title=”Spider-Gwen  #16 – 5.5/10″]

Scénario: Jason Latour – Dessins: Robbi Rodriguez

Seconde partie de cet arc pas très passionnant dans l’univers de Spider-Gwen (vous me pardonnerez l’imprécision sur le numéro exact de l’univers en question), où Morales prospecte pour retrouver la trace de son père. Épaulé par Gwen, l’investigation avance lentement, à grand renfort d’ellipses qui floutent vachement la lecture. Il en ressort une certaine incompréhension dans le déroulé. Cet univers alternatif m’est inconnu, je ne pense pas m’y intéresser, surtout que le graphisme est très particulier, entre du Pope et du Sanford Green, étonnant et pas forcément mon style privilégié. Le commentaire est sauvé par une relation naissante entre les deux personnages naturelle et bien écrite.

Ce cross-over amical entre les deux séries teen du Spider-verse fonctionne dans la relation qu’il installe. Pour le reste, pas forcément d’intérêt, à moins que l’un des deux reste chez l’autre. 

[/toggle]
[toggle title=”Amazing Spider-Man : Renew your vows #5 – 6.5/10″]

Scénario: Gerry Conway – Dessins: Nathan Stockman

Après un premier arc assez longuet mais très généreux pour son cachet familial, Conway va sans doute impliquer comme il se doit Oscorp Jr dans le spider-foyer, puisque celui ci cherche à écraser l’Araignée. Ça c’est l’intrigue de fond, sinon ce numéro c’est notre trio préféré contre l’Homme Sable dans une mise en scène de braquage de banque. Et comme le dit à un moment Peter, “c’est si bon une petite soirée à combattre le crime”. Ce numéro a tout de l’épisode Spider-Man paisible, à ceci près que le côté tranche de vie se développe encore, la première page en est très représentative. Mais Conway accole une sottise ambiante assez détestable, alors que les 4 épisodes précédents étaient plutôt fins dans l’écriture. L’Homme Sable est artificiellement idiot, ses hommes de main sont à l’image de leur patron, Peter est d’une ânerie adolescente. Un cumulé de balourdises à l’écriture qui plombe la lecture, surtout que le dessin par une pâle copie de Stegman ses folies, même si certaines planches de Stockman sont très jolies. 

Petite baisse de régime, la série était plutôt excellente et fraîche jusqu’ici. Conway commet des erreurs grossières mais surtout anormales, les 4 numéros précédents étaient très justes. 

[/toggle]

La conspiration du Clone se conclut timidement, en cause : ce double ton entre blockbuster et confidence qui s’annule rapidement. Ce constat est d’autant plus dommage que l’événement se tient sur ces 5 mois. Pour les autres séries au sommaire, constat identique, les titres sont moyens. Pour ce qui est de l’édition, le kiosque est chapitré et les couvertures sont magnifiques. 

[alert variation=”alert-info”]

Pour découvrir et commander ce numéro, c’est par ici:

[/alert]