Superman Univers #11 (VF – Urban Comics)

Superman a encore deux mois de présence dans nos kiosques, et le mag Superman Univers attaque une histoire qui va redéfinir le personnage en vue de DC Rebirth: Requiem pour un Superman. Les 4 premières parties de cette saga sont accompagnées de deux épisodes de Superman: Lois and Clark, dont je vous parlais il y a quelques jours dans ma review du Superman Univers HS #4.

[toggles behavior=”accordion”]
[toggle title=”REQUIEM POUR UN SUPERMAN – Parties 1 à 4 – 8/10″]

Scénario: Peter Tomasi – Dessins: Mikel Janin, Doug Mahnke, Paul Pelletier, Ed Benes

Superman est en train de mourir. Ce n’est pas un spoiler, il nous le dit lui même dès la première page de ce mag, dans une saisissante splash page pleine de gravité sur son visage. superman meurt, donc, mais pas n’importe quel Superman: celui des New 52. Et Peter Tomasi, en charge de ce grand arc crossover Final days of Superman (Requiem pour un Superman en VF) réussit une prouesse que peu de scénaristes auraient réussie: nous faire ressentir de l’empathie pour ce personnage. Je me suis en effet surpris de m’émouvoir à plusieurs reprises en découvrant cette tournée d’adieux dans laquelle se lance le kryptonien. Il parvient notamment en 3 cases seulement, celles où Alfred fait ses adieux à Superman dans Batman/Superman #31, à faire ressentir à la fois la gravité de la situation, l’ampleur de l’émotion qu’elle suscite chez les “proches” de Superman, et la gratitude de beaucoup d’humains à son égard. Trois cases lui auront suffit pour cela, et on reconnaît bien là la maestria du scénariste lorsqu’il s’agit de l’interaction des personnages et leur caractérisation.

Mais l’émotion n’est pas la seule à faire pencher la balance en faveur de ces 4 épisodes. Le souci permanent de la continuité pour Peter Tomasi est également un des éléments qui font la réussite de ce début de crossover. Le scénario s’appuie sur tout ce qu’à vécu Superman dans les New 52 pour justifier son postulat, et la conclusion implacable de son histoire. Que l’on ait lu ou non Superman durant les New 52, tout est adressé et justifié de telle manière que personne ne se trouve perdu. Nous retrouvons même certains personnages qui n’étaient pas apparus depuis un long moment, avec ce qu’il faut de justification. Cette histoire (pour son début qui est proposé dans ce mag en tout cas) est une synthèse impeccable de tout ce qui a été fait sur le personnage ces dernières années.

Alors bien sûr, il y a un point qui pêche, inhérent à la structure choisie par Tomasi pour son histoire: la redondance. En effet, chaque chapitre est une nouvelle rencontre, et l’annonce par Superman à ce ou ces personnages qu’il meurt, comment, et pourquoi. Si le scénario est suffisamment travaillé et fluide pour l’aténuer au maximum, cet effet de répétition est inévitable.

Dernier point, les dessins. Le choix fait pour ce crossover est celui de proposer un artiste différent pour chaque partie. C’est typiquement le genre de choix qui m’agace sur les crossovers développant une seule histoire. Sauf que cette fois, c’était la meilleure chose à faire. Outre le fait de voir s’enchaîner des artistes aux talents fous, ce passage de flambeau entre artistes pour chaque partie permet d’apporter à chaque rencontre une atmosphère qui lui est propre.

[/toggle]
[toggle title=”SUPERMAN: LOIS AND CLARK #6-7 – 8.5/10″]

Scénario: Dan Jurgens – Dessins: Lee Weeks, Stephen Segovia

Les choses s’accélèrent aussi pour la famille du Clark pré-New 52 revenue sur Terre après Convergence! Les remous suscités par l’enquête de Lois menacent gravement la sécurité de celle-ci, mais aussi de son éditrice, la quête pour la Pierre de l’Oubli fait rage, et Jon commence à (se) poser beaucoup de questions au sujet de son père, et de lui-même. Le tout sur un rythme qui ne fait qu’accélérer mais qui sait préserver des instants familiaux et intimistes. Il ne reste qu’un seul chapitre de la série à découvrir le mois prochain, et on se demande bien comment Dan Jurgens va s’y prendre, car il y a beaucoup de sous intrigues à régler. Certaines, et c’est par exemple le cas de celle autour de Jonathan, seront d’ailleurs laissées totalement ouvertes pour être explorées dans Action Comics, série que le scénariste conduit dans DC Rebirth, et dont je vous parlerai prochainement dans une review du premier TPB.

Aux dessins, Lee Weeks fait toujours des merveilles, que ce soit sur les scènes d’action, la plupart du temps bluffantes, ou sur les séquences plus calmes mettant en scène Clark et sa famille. Il dessine d’ailleurs, et ce n’est que mon avis, un des Superman les plus classes et qui inspirent le plus de puissance qu’il m’ait été donné de lire.

[/toggle]
[/toggles]

Superman meurt, mais le personnage n’a pas été dans une aussi belle forme en terme d’histoires et d’intérêt depuis bien longtemps. La cause de cela se résume principalement par ces deux noms: Peter Tomasi et Dan Jurgens, grâce auxquels le destin de Superman dans Rebirth est en de bonnes mains. Oui, cette ère de l’histoire de Superman est enthousiasmante, mais, non, vous ne pourrez pas la suivre en kiosques. Profitons donc de cet ultime numéro, dans un mois!

Et vous? Quel est votre avis sur ce Superman Univers #11? Nous attendons votre avis dans les commentaires, ainsi que votre note pour le mag!

Pour découvrir et commander ce numéro, c’est par ici: