Absolute Carnage #1(VO-Marvel)

Absolute Carnage #1
Release Date
31 juillet 2019
Scénario
Donny Cates
Dessins, encrage, couleurs
Ryan Stegman, JP Mayer, Franck Martin
Editeur
Marvel
Prix
8,99 $
Our Score
10

Donny Cates a installé Venom comme l’une des meilleures séries actuelles en remodelant le personnage de façon ambitieuse et cohérente. Si le scénariste fait le boulot pour que le lecteur de passage ne soit pas perdu à l’ouverture de ce numéro Giant Size, le lecteur habituel de la série Venom est choyé tant Absolute Carnage est dans la parfaite continuité de Venom. 

Eddie Brock erre en compagnie de son frère Dylan – qui est en fait son fils – et est désormais séparé du symbiote. Ils sont alors pris en chasse par Carnage qui s’attaque à tous les personnages ayant un jour ou l’autre été porteur du symbiote.

Donny Cates scinde son épisode double – double n’est pas que le prix, de remplissage, il n’y a point avec Donny ! – en trois parties. Dans la première, il remet en place le statu-quo de la série Venom et fait s’affronter Brock et Carnage. La séquence, d’une grande d’intensité, sert d’introduction à l’Event où le symbiote fait son retour. Hyper efficace, elle nous conduit vers le deuxième partie où Eddie Brock va chercher quelqu’un pour les protéger, lui et son frère.

L’individu en question n’est autre que Spider-Man. Le lecteur se délecte alors de l’écriture de Cates sur le personnage. Une grande partie de la séquence est constituée d’un dialogue entre Spider-Man et Eddie Brock parfaitement écrit. Humour, tension, émotion, tout y passe. L’évocation du rôle de chacun, notamment de celui d’Eddie Brock en tant que père est juste. Le Spidey de Cates n’a pas 17 ans et ça fait du bien. Au point de rêver du scénariste sur une série régulière sur le personnage ?

La dernière partie emporte alors tout sur son passage, donnant dans le genre horrifique, dont elle reprend de nombreux codes. La tension atteint des sommets. Le scénariste créé son armée de symbiotes qui encadre Carnage et met à mal les personnages. Donny Cates incorpore le Red Goblin, créé par Dan Slott à la fin de son run, ce qui fait plaisir au lecteur fidèle et ne se fait pas de façon artificielle, ainsi que The Maker, utilisé dans la série Venom . Donny Cates est l’un des rares scénaristes actuels qui sait faire usage de la continuité et du partage de l’univers Marvel, même si cela est souvent en rapport à ses propres séries. 

L’ensemble est remarquable de fluidité, Donny Cates sachant équilibrer son récit sur cette soixantaine de pages ! 

La partie graphique est, de son côté, exceptionnelle. Ryan Stegman, son encreur JP Mayer et son coloriste Franck Martin haussent encore d’un ton leur niveau. Conservant la tonalité beige-rouge utilisée sur Venom, le trio livre un travail incroyable de détail et de dynamisme. Les pleine-pages ou double-pages sont puissantes et marquent le lecteur. Les pages “classiques” font montre d’originalité dans la mise en page et la disposition des cases. Le côté “horreur” est retranscrit de façon impeccable. Ce trio d’artistes est sans doute le meilleur du mainstream actuellement.

Absolute Carnage débute de façon magistrale avec un épisode double qui poursuit l’excellent travail entamé par Donny Cates sur Venom ! Ryan Stegman, JP Mayer et Franck Martin sont à la hauteur du scénario, livrant un travail graphique bluffant !
10
Parfait
On aime
La maîtrise scénaristique de Donny Cates
Ryan Stegman, JP Mayer et Franck Martin bluffants
Un titre ambitieux, dans la continuité de la série Venom
Spider-Man par Donny Cates, on adore !
L'utilisation de la continuité