Crimson Flower (VO-Dark Horse)

Crimson Flower
Scénario
Matt Kindt
Dessins
Matt Lesniewski
Couleurs
Bill Crabtree
Editeur
Dark Horse
Our Score
9

Mini-série en 4 parties, Crimson Flower voit s’associer le scénariste Matt Kindt, le dessinateur Matt Lesniewski et le coloriste Bill Crabtree. Un trio singulier dont on aime particulièrement le travail lorsqu’ils se produisent indépendamment ! Alors réunis…

En Russie, une jeune femme travaillant pour un groupe pharmaceutique se rend d’officine en hôpital pour placer les produits dont elle a la charge. Mais elle a en fait un autre but : une quête de vengeance !

De toute évidence, même si l’histoire imaginée par Matt Kindt possède des qualités propres, l’idée principale est de miser sur le talent de Matt Lesniewski et Bill Crabtree pour proposer un tétraptyque des plus réjouissants graphiquement.

Mêlant la brutalité de la quête vengeresse aux hallucinations de l’héroïne, que l’on comprend vite elle-même sous l’emprise des produits qu’elle est censée diffuser, le récit permet toutes les folies graphiques. Peut-être encore davantage que sur The Freaks, le trait caricatural de Matt Liesniewski accentue les expressions, les corps, les coups, les giclées de sang.

Les artistes s’amusent avec leur personnage dont les caractéristiques physiques (longue chevelure rousse) ou vestimentaires (écharpe volante bleutée, boots féroces,…) permettent des jeux graphiques dynamiques et surprenants. Les hallucinations de l’héroïne transportent le lecteur dans des contextes de fantasy qui laissent libre court aux envies des artistes.

Les protagonistes, de vils crapules bien fielleuses, présentent des histoires passées rocambolesques qui entrainent le lecteur dans des lieux inattendus et pleins de potentiel graphique. L’histoire de l’héroïne, contée par petites touches dans des séquences souvent émouvantes, fait voyager dans un folklore russe décalé. Les lieux, les paysages, notamment dans les scènes neigeuses sont particulièrement évocateurs et possèdent toujours un certain second degré.

Les scènes d’affrontements entre l’héroïne et les diaboliques criminels versent régulièrement dans l’horrifique avec bonheur. Le sang gicle à souhait sous les coups de haches, de scies ou de pieux. Les artistes se régalent !

Quant à l’histoire, si elle présente un peu une impression de redondance à la lecture en singles, elle développe de façon singulière l’histoire d’une jeune femme pleine de personnalité, au parcours teinté d’espionnage, de complotisme et d’histoire familiale. Et réserve une petite surprise finale qui remet tout en perspective !

Crimson Flower est un régal graphique !

9
Points forts
Une partie graphique époustouflante
Un scénario fou qui se met au service des artistes
Une héroïne originale
Points faibles
Une petite impression de redondance à la lecture en singles