Interview – Daniel Warren Johnson

L’artiste Daniel Warren Johnson, qui met le feu à chacune de ses planches et insuffle un souffle incroyable à ses histoires, a trouvé un moment pour répondre à nos questions. Rencontre marquante avec un artiste majeur du comics actuel !

For English speakers, please find lower the interview in its original version.

Origin Story

Quelle votre “origin story” en tant qu’artiste ?

Tout a commencé quand j’ai vu Calvin et Hobbes dans ma bibliothèque locale. J’ai vu ce que Watterson faisait avec l’élasticité de ses personnages. Il y avait tellement de vie en eux que je ne pouvais pas détourner le regard. Puis j’ai commencé à m’intéresser à certaines des plus anciennes histoires de Batman (An 100, DKR, etc.), et j’ai mangé tout ce qui se trouvait dans ma bibliothèque. Je me souviens de beaucoup de Tintin et de certains manga traduits en anglais, comme Ranma 1/2 et Love Hina. J’ai aussi adoré regarder les vieilles bandes dessinées Marvel Transformer des années 80.

Création de séries

Comment créez-vous vos histoires ? D’abord un univers puis les personnages ou l’inverse ? Ou cela dépend-il des histoires ?

En général, je commence avec les personnages que je trouve intéressants et je construis ensuite un monde autour d’eux. Les personnages qui entrent dans ma tête sont déjà assez bien formés, mais ils ont besoin d’un endroit pour exister, et créer un environnement où eux et l’histoire peuvent s’épanouir est l’une des parties les plus difficiles de la narration pour moi.

Vous êtes un auteur complet (scénario + dessins). C’est assez rare dans l’industrie. En quoi cela change-t-il votre travail ? Par exemple, cela laisse-t-il plus de place à l’improvisation pour la partie dessin ?

Un peu. J’écris des scénarios complets dans le sens où chaque page est écrite et où le dialogue est fixé, mais je ne décompose pas du tout les pages. Quand je vais faire les visuels, je commence à planifier l’ensemble du sujet d’un seul coup, et je le décompose jusqu’à ce que tout soit planifié, et je commence alors seulement à dessiner. Je déteste perdre du temps, alors je m’assure ainsi que tout est en ordre de marche avant de suer sur les pages sur lesquelles je travaille si dur.

Dessin et couleurs

Vos pages sont pleines de fureur mais aussi d’émotion. Comment travaillez-vous sur les émotions de vos personnages ?

Honnêtement, j’essaie de tirer parti de mes propres expériences ou tout au moins d’essayer de me mettre vraiment à la place de mes personnages. Souvent, je me demande simplement “Que veut ce personnage ? Qu’est-ce que je ferais à sa place ?” La plupart du temps, ces réponses sont plus simples que ce que mon histoire essaie de faire, c’est donc un bon moyen pour moi de sortir de ma zone de confort d’écrivain.

Vous aimez dessiner des monstres, n’est-ce pas ?

AMEN !

Vous travaillez avec Mike Spicer pour les couleurs, que nous avons interviewé récemment. Comment travaillez-vous avec lui ?

Je ne lui donne presque pas de notes. Le seul moment où je suis précis, c’est si c’est la nuit ou le jour, ou si un personnage a une certaine couleur qui lui va bien dans sa tenue, etc. Sinon, j’essaie juste de lui laisser le champ libre pour qu’il puisse tout déchirer ! J’adore travailler avec lui.

La colorisation est une partie très importante d’une bande dessinée, et il existe de nombreuses façons de le faire, de nombreux styles de colorisation. Comment “savez-vous” que vous avez trouvé le bon coloriste pour une équipe ?

Lorsque nous travaillions sur Extremity au début, nous avions un autre coloriste à bord, mais ils avaient du mal à respecter les délais, alors nous avons donné une chance à Mike. Il nous a époustouflé avec un essai de deux pages seulement. Nous l’avons engagé ce jour-là.

Les personnages

Dans toutes vos séries, les personnages doivent faire face à des traumatismes (famille, maladie, …). Est-ce un angle qui vous inspire particulièrement ?

Tout à fait. Je vois les choses que je traverse, que mes amis et ma famille traversent, et j’y pense beaucoup. Je veux lier ces choses davantage à la fiction, parce que j’aime dessiner des monstres, des vaisseaux spatiaux et des armes, mais je veux aussi faire ressentir des émotions aux personnages. À mon avis, la plupart des fictions essaient de faire l’un ou l’autre, mais je veux apporter à la fois du plaisir ET des sensations.

Malgré les vicissitudes auxquelles ils sont confrontés, vos personnages font toujours preuve d’une profonde humanité. Est-ce votre volonté de toujours faire ressortir ce qu’il y a de bon dans l’humain ?

Pas nécessairement, je veux juste montrer qu’il y a la possibilité que les gens fassent beaucoup de bien, mais aussi beaucoup de mal. Il y a une dualité en chacun de nous, alors j’essaie de le montrer dans mes histoires.

Wonder Woman Dead Earth

Comment ce projet est-il né ?

Un éditeur de DC, Andy Kouri, m’a contacté pour me parler de la réalisation d’un titre Black Label et m’a demandé une nouvelle version d’un personnage majeur de DC. J’avais l’impression que toutes les bonnes histoires avaient été réalisées avec Sup et Bat, alors j’ai décidé d’essayer Wonder Woman.

Est-il plus compliqué d’écrire sur un personnage existant ayant une longue histoire comme Wonder Woman que de créer un nouvel univers ?

C’est le contraire ! Imaginez, lorsque vous travaillez sur un nouveau comic chez Image, avec de nouveaux personnages et de nouveaux mondes, que vous vous trouvez dans une boîte à jouets sans jouets. Tout ce qui se trouve dans votre histoire doit être fabriqué de toutes pièces, et les rendre cool. Avec WW, les jouets étaient déjà dans la boîte, donc le produit final n’est pas aussi satisfaisant, mais à bien des égards, c’est beaucoup plus facile.

Vous avez terminé la série, l’épisode 4 est sorti cet été. Que garderez-vous de cette première expérience Mainstream ?

J’ai appris à ne pas avoir peur de repousser les limites. Ces personnages sont intemporels, mais ils ont besoin de nouvelles voix artistiques pour rester pertinents et excitants. Mais ce n’est que mon opinion.

Autres questions

Murder Falcon était-il un moyen de réunir deux de vos passions : la bande dessinée et la musique ?

Sans aucun doute. J’essayais de donner une représentation visuelle de ce que la musique heavy metal signifie pour moi. J’avais besoin de ma passion pour les bandes dessinées et les histoires pour pouvoir y parvenir.

En parlant de passions, nous avons entendu dire que la bière (artisanale) était l’une de vos autres passions. Est-ce vrai ? Peut-on s’attendre à une bande dessinée sur ce sujet ?

C’est drôle, j’ai essayé de réduire ma consommation de glucides, donc j’ai bu moins de bière. Je sais, c’est tellement triste ! Je bois beaucoup de Miller Lite, mais si un ami me reçoit et m’offre une bonne bière, je ne la refuse jamais.

Quels sont vos projets futurs ?

Secrettssss!

Craignez-vous que l’interruption due à la covid réduise les possibilités de création et donc de diversité ?

Pas vraiment. Les gens feront toujours des choses, les gens seront toujours créatifs. En fait, il y a maintenant plus de moyens pour que le travail des gens soit vu et apprécié. À terme, le marché et l’industrie de la bande dessinée changeront à mesure que les gens vieilliront et que leurs intérêts changeront, mais il y a quelque chose d’intemporel dans les mots et les images, ce qui me fait moins peur. Je vois de nouveaux talents à l’horizon, et ils vont nous épater, Covid ou pas Covid.

Lisez-vous des bandes dessinées actuellement ? Lesquelles ?

J’ai lu une tonne de mangas ! En ce moment, je suis sur TOUGH, MONSTER et PLUTO.

Cet entretien a été réalisé par échange de mails. Merci à Daniel Warren Johnson pour sa disponibilité et son gentillesse.

Artist Daniel Warren Johnson, who sets fire to each of his panels and breathes incredible life into his stories, found a moment to answer our questions. An outstanding meeting with a major artist of today’s comics!

Origin story

What’s your « origin story » as a cartoonist ?

It all started when I saw Calvin and Hobbes in my local library.  I saw what Watterson was doing with the stretchiness of his figures; there was so much life in them that I couldn’t look away.  Then I started getting into some of the older batman stories (Year 100, DKR, etc), and ate up anything that was at my library.  I remember a lot of Tintin and some early english translated manga, like Ranma 1/2 and Love Hina.  I also loved checking out the old Marvel Transformer comics from the 80s.

Creation of the series

How do you create your stories? First a universe then the characters or the other way ? Or does it depend on the stories?

Usually I start with characters that I find interesting and I then build a world around them.  The characters that enter my head are pretty fully formed, but they need a place to exist, and making an environment where they and the story can thrive is one of the most challenging parts of storytelling for me.

You are a complete author (script + drawings). This is pretty rare in the industry. How does it change your work? For example, does it let more place to improvisation when doing the drawing part ?

A little bit.  I write full scripts in the sense that each page is written and the dialogue is set, but I don’t break down panels at all.  When I go to make the visuals, I begin planning out the whole issue at once, and break it down until everything is planned out, and I only then begin drawing.  I hate wasting time so this way for me makes sure everything is in working order before really sweating out the pages I work so hard on.

Art and colors

Your pages are full of fury but also full of emotion. How do you work on the emotions of your characters?

Honestly, I try and draw from my own experiences, or at the very least try and really put myself in my characters shoes.  A lot of times I’m just asking myself “what does this character WANT?  What would I do?” A lot of the time those answers are more simple than what my story is trying to do, so that’s a good way for me to get out of my writers’ block.

You love to draw monsters, don’t you?

AMEN!

You work with Mike Spicer for the coloring part, whom we interviewed recently. How do you work with him?

I give him almost no notes at all.  The only time I get specific is if it’s either night time or daytime, or if a character has a certain color look to them in their outfit, etc.  Otherwise, I just try and get out of his way so he can kill it!  I love love love working with him.

Coloring is a very important part of a comic book, and there are many ways of doing that, many styles of coloring. How do you « know » you found the good colorist for a team-up ?

When we were working on Extremity in the early stages we had another colorist on board, but they were having trouble hitting their deadlines, so we gave Mike a try.  He blew us away with just a two page tryout.  We hired him that day.

Your characters

In all your series, characters have to deal with traumas (family, illness, …). Is this an angle that inspires you particularly?

Very much so.  I see the things I go through, that my friends and family go through, and I think about it a lot.  I want to tie these things more into genre fiction, because I do love drawing monsters and spaceships and guns, but I also want to make people feel.  In my opinion, most fiction tries to do one or the other, but I want to bring both fun AND feels.

In spite of the vicissitudes they face, your characters always show a deep humanity. Is it your will to always bring out what is good in humanity?

Not necessarily, I just want to show that there is the possibility for great good to be done by people, but also great harm.  There’s duality in all of us, so I try and show that in my stories.

Wonder Woman Dead Earth

How was this project born?

A DC editor, Andy Kouri, reached out to me to talk about doing a Black Label book, and asked for a new take on an “a-list DC character.”  I felt like all the good stories had been done with Supes and Bats, so I decided to try Wonder Woman.

Is writing about an existing character with a long history like Wonder Woman more complicated than creating a new universe?

The opposite!  Imagine when working on a new Image book, with new characters and worlds, that you’re looking into a toy box with no toys.  Everything that’s in your story you have to make from scratch, and make them cool.  With WW, the toys were already in the box, so the end product isn’t as fulfilling, but in a lot of ways it’s much easier.

You’ve finished the series, episode 4 is due out this summer. What will you keep in mind about this first Mainstream experience?

I’ve learned to not be afraid to push the boundries.  These characters are timeless but they need new artistic voices to be kept relevant and exciting.  That’s only my opinion though.

Others questions

Was Murder Falcon a way to bring together two of your passions: comics and music?

Definitely.  I was trying to give a visual representation of what heavy metal music means to me. I needed my passion for comics and storytelling to be able to bring that to the table.

While talking about passions, we heard that (artisanal) beer was one of your other passions. Is it true ? Could we expect a comicbook about that ?

It’s funny, I’ve been trying to lower my carb intake, so I’ve been drinking less beer.  I know, so sad!  I do drink a lot of Miller Lite, but if a friend has me over and offers me a nice beer, I’ll never turn it down.

What are your future projects ?

Secrettssss!

Do you fear that the interruption due to the covid will reduce the possibilities of creation and therefore of diversity?

Not really.  People will always make things, people will always be creative.  If anything, there’s now more ways for people’s work to be seen and enjoyed.  Eventually the comics market and industry will change as people age out and interests change, but there is something timeless about words and pictures, which makes me not worry so much.  I see new talent on the horizon, and they’re going to blow us away, Covid or no Covid.

Do you read comics currently? Which ones ?

I’ve been reading a ton of manga!  Right now, I’m checking out TOUGH, MONSTER, and PLUTO.

Interview made by email exchange. Thanks to Daniel Warren Johnson for his availability and his kindness.