Justice League Hors-Série #1

Tout a déjà été dit sur ce numéro, les critiques pullulent de tous bords, sur tous les sites spécialisés. Néanmoins, je vous livre ici mon sentiment sur cette renaissance de la Distinguée Concurrence car vous y trouverez l’avis d’un non connaisseur de cet éditeur, ce qui est déjà bien plus rare sur la toile comics française. Je m’adresse donc à tous mais particulièrement aux bénis nouveaux lecteurs, qui comme moi ont pris le train en route sur le quai NEW 52, voir ceux qui viennent juster d’acheter leur billet. Je m’excuse d’avance auprès des connaisseurs les plus complets pour mes éventuelles imprecisions de continuité. 

Comme je le disais, mon bagage DC est limité, mon socle étant constitué des kiosques Urban, de leur arrivée à maintenant, et de nombreuses lectures Gothamites, que je pense maitriser après un balayage assez accompli de toute son histoire éditoriale. A défaut d’avoir une maîtrise parfaite de l’univers DC, il sera toutefois nécessaire d’avoir suivi les sagas suivantes avant d’aborder cette lecture : Darkseid War, Titans Hunt, Superman Requiem et Superman Lois and Clark pour contextualiser au minium ce premier Hors-série. Et même si ces quelques récits venaient à vous manquer, Urban propose un édito introductif qui recentre correctement ce numéro. D’office, c’est bon, juste et ça semble gommer un enchainement de maladresses commises depuis 5 ans. Cependant, je ne pourrai juger du pardon intrinsèque au numéro, tant le retour ou l’évocation de certains personnages ne m’éveille pas le moindre souvenir émotionnel. Car nous allons suivre les déambulations temporelles de Wally West, anciennement Flash, entre la disparition de Barry depuis Crisis on Infinite Earth et Flash Reborn, déjà de Johns. Cette version de Wally avait disparu dans les limbes de Flashpoint (l’événement qui menera aux New 52) pour revenir 5 ans après, comme ce lectorat passioné mais floué par 5 années au sein d’un univers considéré comme pauvre et sans saveur. A travers ce voyage et les yeux de Wally, c’est tout l’univers DC qui est mis à plat, sur lequel la nouvelle direction éditoriale repose. Les scènes se succèdent et Johns lance les pistes futures, que les auteurs devront suivre pour arriver au point de rencontre final qui devrait arriver d’ici quelques mois ou années : Batman dans sa cave qui s’interroge sur cette triple identité du Joker, Atom enquête sur les dérives du Multivers, Blue Beetle, la fin de Pandora ou encore ce nouveau Superman … On rencense quelques passages forts, agrémentés de thématiques universelles : le passage de flambeau entre l’ancienne garde et la nouvelle génération, l’Amour, l’Amitié, autant de sujets qui rappellent l’immensité de ces personnages DC. La délivrance finale est tout aussi réussie, Wally est résigné à se perdre à jamais dans ce labyrinthe électrique, seule l’intime complicité qui l’unit à Barry parviendra à le sauver. 

Toutefois, cette suite de moments teasings ne s’imbriquent pas pour la plupart, la lecture est parfois trop hachurée entre deux personnages promesses sans liens évidents. Le dessin très solide, assuré par les grands noms de DC, n’aide pas à la fluidité, un artiste est en poste par chapitre. Le rendu général reste très impressionnant, chaque artiste a sa patte reconnaissable et le poids émotif transparaît fortement. Pour autant, Johns n’oublie pas de tisser un fil rouge ténu mais suffisamment explicite. On comprend rapidement qu’un être supérieur serait le marionnettiste de tout ce cirque, qu’il serait parvenu à supprimer plusieurs années d’existence des personnages ! Mais qui serait assez omnipotent pour une telle manœuvre ? Il faudra aller chercher auprès du Nécromancien Allan Moore, ses Watchmen ! Pour les lecteurs du chef-d’oeuvre du britannique ou les spectateurs de l’excellent métrage de Snyder, il n’y a pas de doutes possibles, les indices sont clairs, Dr. Manhattan est à l’oeuvre. Même certains découpages propres à Moore et Gibbons ponctuent certaines planches. Mais comment un être aussi détaché de la réalité humaine et du concept même d’humanité peut-il se sentir concerné par ces personnages ? Le secret est entier et la brume se révèle à peine outre-atlantique, il faudra être patient. DC tente le coup de poker ultime en ramenant au sein de leur ligne éditoriale ces personnages de légende, néanmoins auto-suffisants. Johns devrait se charger du développement principal de cette intrigue, l’architecte moderne de DC devra faire preuve de prudence et de finesse si il souhaite réussir son pari, l’ambition est énorme, la promesse est folle ! 

Urban voit les choses en grand pour ce retour en force de DC, le format est élargi, le tarif est abordable et le travail de présentation est très satisfaisant. Entre le recentrage à l’ouverture du kiosque et les explications finales, le lecteur a toutes les cartes en main pour saisir les enjeux du numéro. 

En tant que lecteur Marvel, il faut bien reconnaître que cette plongée dans les eaux DC est électrisante. Tout en proposant un bilan intelligent sur la situation, Johns décoche une intrigue gigantesque, comme une hypergénèse éditorale. La mosaïque promise entre DC classique et ce récit culte de Moore est tellement ambitieuse que j’irai forcément lire la suite proposée par Urban. Je ne vous promets pas un suivi acharné de l’offre, mais attendez vous à quelques critiques de l’éditeur aux deux tours. 

Pour découvrir et commander ce numéro, c’est par ici:

  1. Je n’ai pas suivis Conspiracy ( Mais le dessin de J.Cheung a toujours attiré ma curiosité) ou même les Spider Man depuis une paye ; Mon intérêt pour Peter Parker se limite comme remonte principalement a la série Noir ( les illusions perdues ) ou encore l’histoire de Back In Black ( Les mésaventures de tante May, l’identité a mal de Parker offre de la profondeur et parvienne quelque peu à casser un peu cette image de garçon sensible qui laisse exploser son désarroi.) Et puis sans oublier le fait que Ron Garney fut été de la partie.

    Et si tu te poses la question, j’ai omis sciemment les One More Day dans cette arc … La morale de fin m’ayant quelque peut déçu.
    Pour Immonen devant reprendre du service sur Spider Man, je n’étais pas au courant merci.

    1. Ah oui tu ne lis plus depuis un moment effectivement ces séries. Spider-Man Noir était très bon je trouve aussi. Tu devrais essayer Superior Spider Man quand même, c’est excellent.
      Tu fais bien d’omettre One More Day qui reste une lecture très dispensable dans le contexte de l’époque. Peut être qu’un One More Day aujourd’hui, où les lecteurs sont habitués bon gré mal gré aux retours au statut quo classique, ce genre de saga serait sans doute moins dénigrée (à raison) et passerait pour un énième recommencement. Une thématique intéressante que l’importance du contexte éditorial de sortie d’un bouquin.

      1. De mon point de vue, One More Day a également été très mal accueillis en produisant syndrome de récidive a celui de la saga des clones , et ce en sachant très bien par rapport au scénario les énormités proférées mais malgré tout en affichant la volonté que le tout sois coincé dans un espace-temps aussi vrai qu’un rêve. ( Et puis Peter qui choisissait tante May par conscience plutôt que réelle envie c’était tellement cynique que ça en était effrayant)
        Un pote m’avait parlé et vendu Superior Spider Man au début de sa publication de sa publication et de but en blanc le pitch m’avait pas mal intéressé mais je n’ai jamais pris le temps de lui en consacrer ! Ma plus grande attente sera celle de voir les traits de caractères que Octavius pourrait apporter a Parker.
        A côté de cela niveau Marvel j’ai été bien plus intéressé ses dernières années par All new X men même si ma période préférée reste celle d’Uncanny X mené par Claremont/Byrne/Austin

  2. Salut ! Je vais pas en rajouter plus vu que ça tourne depuis presque un an niveau critique comme tu l’écris. Mais je rejoins ton avis sur le fait que c’est une bonne découverte. Lecteur assidu volontiers de marvel et ayant tenté le run des new 52 a sa sortie, celui ci m’avait légèrement décroché bien que je restais encore fidèle a des licences m’étant cher comme celle de Wonder Wooman ou Batman. C’était vraiment dès lors une bonne surprise de retrouver ici un relaunch qui pour une fois est assez réussi et qui semble être voué globalement a pouvoir tenir sur la durée ( Sauf si les dessinateurs a la manière de l’équipe de Marvel Now annonces de foutre le camp tel Stuart Immonen ou Cassaday)
    D’un premier œil c’est plutôt joli et surtout le vide a été fait dans le seul but de la cohérence plutôt que d’alourdir l’accessibilité. ( bémol néanmoins au paradoxe de devoir inclure un édito pour compenser la volonté de s’adresser a des fans de la continuité , bien que ça se comprend et il était plus souhaitable ceci que son absence) En dernier et léger point négatif je regrette un manque d’action qui se fait sentir mais sans doute pardonnable au fait que se hors-série fasse office de pilote.
    Mais l’histoire est prometteuse et l’alchimie se crée sans mal.

    1. C’est vrai que l’édito est parfait mais traduit bien l’accessibilité illusoire de ce numéro introductif. Maintenant, la promesse est suffisamment folle pour aller y jeter un oeil régulier.
      Pour ma part, pour ce qui est des New52, à part Batman, JL sur son premier et dernier arc, GA par Lemire et WW, c’est tout ce qui m’a réellement plu à la lecture. Le reste je le lisais plus par habitude que par réelle passion.
      Et Immonen revient pour l’après Clone Conspiracy il me semble sur Spider-Man, un dessinateur que j’apprécie énormément aussi.
      Merci de ton commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.