Powers of X (VO-Marvel)

Power of X
Release Date
31 juillet 2019
Scénario
Jonathan Hickman
Dessins
RB Silva
editeur
Marvel
Prix
5,99 $
Our Score
9

Après le premier numéro de House of X qui a lancé la saga de Jonathan Hickman, prouvant au passage l’ambition du scénariste, nous voilà devant les débuts de Powers of X qui au final ne formera qu’une seule et même histoire avec sa grande sœur d’une semaine ! 

Si les liens directs avec House of X #1 existent, ils sont ténus puisque seules 4 pages font suite à la première partie. L’essentiel de l’épisode est un découpage en 4 strates temporelles : X-Men Year One, Year Ten, Year One Hundred et Year One Thousand.

La “première année” donne l’occasion d’une belle et émouvante séquence entre Moira et Charles. Très finement et justement écrit, l’échange entre les deux est à la fois doux et évocateur… en quelques pages.

Year Ten concerne la suite de House of X où l’on assiste au retour au bercail de Mystique après sa mission.

Year One Hundred montre la première évolution des Mutants à travers une longue séquence mêlant action et explications sur le devenir des X-Men.

Enfin, Year One Thousand poursuit cette évolution sur le très long terme, faisant office d’un possible destin final.

Ce qui marque une nouvelle fois, c’est l’ambition de la saga. Par cette construction en segments temporels, Hickman installe la démesure de son histoire. Le premier segment est, comme on l’a déjà évoqué, subtilement écrit et mise en scène. Une telle force d’évocation en si peu de pages, c’est remarquable. RB Silva, que l’on a déjà croisé sur les X-Men avec moins de succès, participe par son trait limpide à cette efficacité.

Le court segment Year Ten, voit Mystique revenir avec des données dont on peut imaginer qu’elles auront une influence pour la suite que l’on découvre dans le segment Year One Hundred dont le sous-titre The War parle de lui-même, évoquant des thèmes déjà vus chez les X-Men. Mais les idées du scénariste, mélange de drame et de second degré, bâtissent une évolution futuriste inédite. Cette séquence contient les scènes d’action de l’épisode qui sont courtes mais efficaces, notamment dans leur mise en scène. Là aussi, RB Silva est parfait.

Le dernier segment, enfin, délivre en quelques pages un avenir funeste qui laisse imaginer de belles promesses pour l’histoire globale concoctée par Jonathan Hickman.

Le récit est à la fois mystérieux et addictif. Le lecteur se pose mille questions à la sortie du titre mais c’est un égarement totalement plaisant. Il n’y a aucun moment faible dans cette quarantaine de pages, le scénariste maîtrisant parfaitement le rythme de son épisode. Le seul bémol que l’on pourrait émettre est la présence importante de pages descriptives qui segmentent le récit – déjà présentes dans House of X mais en nombre plus restreints. Il ne faudrait pas en abuser au risque de lasser le lecteur.

Sur un modèle d’écriture différent de House of X, Jonathan Hickman continue de bâtir son histoire qui se montre encore plus ambitieuse. Il s’appuie pour cela sur un RB Silva rivalisant sans peine avec l’excellent Pepe Larraz qui illustre House of X. Le scénariste ne nous a pas menti : son histoire risque de marquer l’histoire des Mutants !
9
excellent
On aime
A nouveau, l'ambition de la saga
La construction de l'épisode
La narration et le rythme maîtrisés
RB Silva qui a bien progressé depuis son précédent passage sur les X-Men, et c’est vraiment cool
On aime moins
Trop de pages explicatives risquent de lasser