All-New Avengers #13 (VF – Panini Comics)

Tout le monde rigole, roulement de tambour, rideau : fin du kiosque Avengers avant la relance dès le mois prochain au numéro 1, dont nous jugerons de l’accessibilité. Ne vous attendez pas à une critique endiablée, cette conclusion est particulièrement timide.

[toggles behavior=”accordion”]
[toggle title=”All-New All-Different Avengers #15 – 3.5/10″]

Scénario: Mark Waid – Dessins: Adam Kubert

Avengers #15 marque la fin de la série, avec un complément absolument dispensable à la guerre civile. Si on récapitule, Waid avait lancé sans facilité un chamboulement temporel conséquent : la Vision devenait le père adoptif du futur Kang, qu’il était allé récupérer dans un avenir au delà. L’ambition était là. Mais pour se plier aux exigences de l’architecte chauve, nous voilà avec deux numéros qui tentent désespérément de coller au texte de l’événement. Avec la guêpe le mois dernier c’était raté, je m’attendais donc à un final frais et dynamique, comme l’était le départ de cette série, que nenni ! c’est fade et sans intérêt. L’épisode se focalise sur Thor qui va chercher conseil auprès de Heimdal sur la question du futur et de sa prévention, la thématique y est. Pour illustrer son propos, la sentinelle asgardienne narre dans un style rétro lourdaud, une aventure des Vengeurs originaux contre Fatalis. Le classicisme est déplorable, la tension est nulle et Waid commet un anachronisme grossier : Stark parle de réseaux sociaux au milieu des années 60-70, erreur mineure mais qui reflète la fainéantise de l’auteur. Bref tout ça pour terminer sur une morale à deux balles sans saveur. Et le dessin n’aide pas à relever le niveau, le flashback est à lire de haut en bas et nécessite de retourner le kiosque. Je reconnais l’originalité de l’exercice, mais ça ne sert absolument à rien.  Le rendu est très brouillon et certains personnages en fond sont seulement esquissés.

Cette série n’aura finalement jamais brillé, à aucun moment. Certains numéros étaient à peine sympathiques, et le talent de Waid n’a jamais explosé. Je ne vous conseille pas la lecture de cette série, que ce soit en kiosque ou en librairie. 

[/toggle]
[toggle title=”New Avengers #16-17 – XX/10″]

Scénario: Al Ewing – Dessins: Paco Medina

Pas lu, pas d’avis. Même si j’ai abordé le petit interlude entre les deux épisodes qui traite de Secret Wars et de l’Homme molécule. Intéressant, mais cela aurait dû constituer l’un des enjeux de ce nouvel univers. Au moins Ewing se souvient de sa continuité récente, et ça mérite d’être soulevé. 

[/toggle]
[toggle title=”Uncanny Avengers #13-14 – 9/10″]

Scénario: Gerry Duggan – Dessins: Ryan Stegman

Tranquillement mais surement, Duggan est en train de nous offrir la meilleure série Avengers du moment. Déjà le traitement du cas Ultron m’avait particulièrement entraîné, il ne se repose pas sur ses lauriers et dévoile son prochain arc qui s’annonce passionnant. On pourra parler de bipolarité dans ces numéros car deux intrigues se succèdent sèchement sans réelle transition (l’absence de chapitrage n’aide pas à la compréhension …. Panini, pitié, mais CHAPITREZ VOS NUMEROS BON SANG !!!!!!). Dans un premier temps, Duggan va explorer le cas Hawkeye, suite à l’assassinat de Banner, à travers le regard profondément déphasé de Deadpool. Le mercenaire écarlate, va chercher à libérer l’archer. Et si tout ce passage amène certaines cases plutôt très jolies, j’ai du mal à saisir les motivations du Bassin Mort. Le petit dialogue entre les deux est savoureux et la position de Pool est très ambiguë. Quel tour de force de l’auteur sur l’écriture de son personnage fétiche. Moi qui d’habitude ne supporte pas ses remarques omniprésentes et lourdingues, le plaisir de lecture est bien là.
Je parlais d’hétérogénéité entre les numéros, car oui, la suite se focalise sur les mutants de la Division Unité qui partent en secret à la recherche d’un remède contre la peste M qui touche la mutanité, les brumes tératogènes. En tant que leader affirmé, Captain America ne peut laisser passer l’action illégale mais pourtant salvatrice de Cable et s’en prend physiquement et moralement au mutant du futur. Steve se voit contraint de confronter ses troupes, et la tonalité des échanges est parfaite, sans basculer dans le trop sérieux ou dans l’humour dégénéré, une justesse appréciable. La Division unité semble plus fractionnée que jamais, la suite devrait se montrer très intéressante. Duggan ne s’arrête pas là et distille deux sous intrigues supplémentaires : La Main semble s’intéresser au cadavre de Banner et au Brother Vodoo, et Crâne Rouge serait lié à un des membres de l’équipe, là encore, les pistes à suivre sont attirantes. Stegman s’est largement assagi aux crayons, exit les anatomies gondolées, on retrouve un ensemble plus cohérent, plus digeste et finalement bien plus regardable. 

Cette série s’impose comme une lecture pertinente qui joue constamment sur le fil du décalage et du dramatique. Duggan contrôle parfaitement ses personnages et son développement narratif. Un des rares titres d’équipe à lire. 

[/toggle]

Vous l’aurez compris, le kiosque ne se termine pas avec les honneurs. Uncanny Avengers est absolument génial mais le reste est totalement anecdotique. Au cours de ces 13 numéros, ce kiosque n’aura absolument jamais rayonné, ni ne c’est imposé comme un indispensable Panini. On notera deux moments de bravoure, le départ de Pleasant Hill et l’arc narratif avec Ultron. Le sommaire n’est finalement à lire que pour cette partie en particulier, le reste n’est même pas à conseiller, en kiosque ou en librairie. Mais bonne nouvelle, la relance de juillet entraîne la disparition de New Avengers, un bon point tant cette série est inconsistante. 

[alert variation=”alert-info”]

Pour découvrir et commander ce numéro, c’est par ici:

[/alert]