[Review VF] American Monster tome 1 (VF – Snorgleux Comics)

American Monster est publié en France par Snorgleux comics, nouveau venu dans l’édition de comics depuis quelques mois. Après avoir commencé la réédition d’Elfquest au printemps dernier, l’éditeur a sorti simultanément Animosity dont vous a parlé récemment AntOonin ici et le comics qui nous intéresse, tous deux publiés chez AfterShock Comics aux États-Unis.

Le scénariste propose une intrigue fil rouge – une histoire de vengeance liée au personnage central : Theodore Montclare, une armoire à glace grand brulé dont la vue dérange et intimide immédiatement –  en bâtissant tout autour un casting de personnages variés qui vont plus ou moins avoir de lien avec l’histoire principale et qui ont tous une caractéristique commune : leur aspect sombre et souvent cynique.

Ce personnage hors du commun s’invite dans une petite ville, archétype de la bourgade américaine un peu paumée et peu peuplée. Son arrivée perturbe le quotidien des habitants dont on va découvrir les liens et les zones d’ombre petit à petit au fil des chapitres.

Certains sont totalement désœuvrés, tel ce groupe de jeunes qui passe son temps à zoner et à fumer, et pour certaines jeunes filles, à échanger quelques caresses contre de l’argent.

D’autres, au contraire, s’activent à participer à des activités peu reluisantes et peu morales : trafic d’armes ou meurtres sauvages.

L’autorité, incarnée par un jeune flic un peu fade et maladroit, fait son job bon an mal an, sans afficher la volonté d’aller fouiller là où il le faudrait.

Le scénario d’Azzarello est construit comme un puzzle, demandant une certaine attention de la part du lecteur pour assembler les morceaux.

La description des personnages est plutôt bien faite, Azzarello voulant nous dire que chacun peut avoir un côté obscur et que le monstre de l’histoire n’est peut-être pas celui qu’on croit.

Malheureusement, l’intrigue fil rouge dont quelques indices sont livrés par l’intermédiaire de flashbacks et dont on pense au début qu’elle sera le nerf de cette histoire, est laissée un peu de côté, ne revenant que par à-coups et sans grand rebondissement, excepté avec le cliffhanger final qui n’a pas eu sur moi l’effet escompté.

C’est d’ailleurs le seul moment, à la fin de l’épisode 5, où on est un peu surpris. Les autres épisodes se terminent sans nous laisser l’envie de tourner la page pour enchainer avec le suivant.

J’ai eu l’impression de ne pas savoir où voulait aller le scénariste. Parfois, il est agréable d’être perdu et de se laisser guider sans tout comprendre. Là, au contraire, j’ai eu le sentiment qu’Azzarello ne savait pas forcément quoi faire de son histoire de vengeance, qu’il construisait tout un contexte autour mais qu’au final tout cela n’avançait pas vraiment.

Cet environnement, bien construit, aurait mérité une intrigue plus étoffée et plus soutenue.

Enfin, les dialogues ne m’ont pas paru toujours très fluides et clairs, laissant planer parfois quelques doutes.

Côté dessin, Juan Doe propose un travail original et intéressant mais non dénué de menus défauts.

L’artiste réalise dessins et couleurs. Un des points forts réside dans l’utilisation de ces dernières. Le contraste entre des teintes nuancées de rouge, vert ou encore orangé et le noir permet d’installer l’ambiance des différentes séquences. C’est très bien fait.

Les cadrages et la mise en page sont réfléchis et efficaces, les décors fournis et immersifs.

Le trait de Juan Doe est par contre très fin et semble parfois fragile, notamment au niveau des visages. Heureusement, il leur donne des caractéristiques qui permettent d’identifier les personnages sans difficulté (moustache, coiffure ou accessoire type bonnet)

Les couvertures réalisées en rouge et noir, parfois rehaussées de blanc sont très belles et mystérieuses.

L’édition de Snorgleux est très bonne bien qu’un peu légère en bonus avec seulement quelques couvertures.

 

American Monster était un comic plein de promesses en raison de son scénariste mais le propos d’Azzarello se trouve dilué entre une intrigue qu’il ne développe pas vraiment et un background plutôt bien écrit mais dont on ne perçoit pas toujours l’intérêt pour faire avancer l’histoire. Peut-être n’est-ce qu’une grosse introduction mais dans ce cas, le tome 2 devra étoffer une intrigue bien légère pour le moment.  La partie graphique est une belle découverte malgré un trait qui pourra déplaire.

 

[alert variation=”alert-info”]

Pour découvrir et commander ce numéro, c’est par ici:

[/alert]