Black Panther par Christopher Priest Tome 2 : Chatiment (VF – Panini Comics)

Suite du Black Panther par Christopher Priest dont le tome 1 a été une des meilleures lectures de ces derniers mois ! Après avoir réussi à vaincre Achebe, T’Chala doit à nouveau combattre un complot venu de l’intérieur. Si les Avengers vont lui venir en aide et Deadpool venir semer la pagaille, la Panthère Noire va surtout devoir compter sur son habileté stratégique.

Christopher Priest poursuit son immense récit sur la Panthère Noire en conservant sa narration originale qui était une des forces du tome 1. Le narrateur est toujours Evrett K. Ross, Agent du protocole, dont le sens de la formule est intact. Chaque épisode démarre sur une scène se déroulant narrativement au milieu de celui-ci pour revenir rapidement au début de l’histoire. Cela créé une narration efficace, original et complexe mais qui, cette fois, s’en trouve parfois un peu confuse. Malgré cela, Priest maitrise son récit et sait où il va. Le scénariste fait se croiser les destins de plusieurs personnages qui s’intègrent parfaitement à l’ensemble. Le trio Ross-Nikki-T’Challa, la nouvelle Dora Milaje Queen Divine Justice ou Killmonger sont principalement développés. L’histoire se construit épisode par épisode, les pièces du puzzle s’imbriquant petit à petit. Priest creuse la caractérisation de ses personnages, leur offrant une belle épaisseur. T’Challa est toujours déterminé et stratège. Roos est maladroit et à côté de la plaque. Queen affirme sa personnalité au fur et à mesure du récit. Killmonger est un ennemi crédible représentant le caractère tribal du Wakanda. Depuis le début de son run, le scénariste fait évoluer Black Panther, le faisant efficacement et habillement passer par différents statu-quos. Il se retrouve ici au plus bas.

L’action est omniprésente mais Priest sait gérer le rythme en proposant des séquences plus posées. Différents thèmes sont également abordés avec réussite : l’économie, le regard croisé Occident-Afrique, l’honneur. Cela densifie son histoire et la rend plus riche. Priest propose toujours un juste équilibre entre la modernité et la tradition, faisant du Wakanda un pays intéressant culturellement.  Pour étoffer le complot ourdi contre T’Challa, Priest convoque un certain nombre de personnages Marvel….trop peut-être. Même si cela s’intègre plutôt bien à l’ensemble de son récit et amène parfois des séquences très drôles avec Hulk ou Deadpool, certains épisodes sont parfois surchargés en invités extérieurs. L’humour est évidemment toujours bien présent que cela soit dans la narration ou les dialogues, donnant un ton original à la série.

Si quatre dessinateurs se partagent le travail d’illustration, l’essentiel est réalisé par Sal Velluto dont le style fleure bon la fin des 90’s et le début des années 2000. L’ensemble est homogène et seul parfois l’encrage apporte une différence notable. Les découpages et le rythme sont dynamiques et les décors travaillés.

L’édition est convenable. La format Marvel Select permet d’obtenir un bon rapport quantité-prix. La couverture voulant aguicher le Marvel cinéphile, occasionnel lecteur de comics, fait apparaître Deadpool – comme c’est étrange – qui fait un passage sur quelques épisodes seulement. De surcroit, il s’agit de celle du Deadpool #44, épisode qui fait partie du récit -dans un mini crossover- mais qui est le seul à ne pas être de la série ! Encore un choix douteux de la part de Panini.

Quelques défauts font de ce tome 2 un volume légèrement inférieur à l’excellent premier tome. Néanmoins, cela reste une lecture de haute qualité hautement divertissante. Vivement la suite !