The Green Lantern #1 (VO – Marvel)

The Green Lantern #1
Release Date
7 novembre 2018
Scénario
Grant Morrison
Dessins
Liam Sharp
Editeur
DC Comics
Prix
4,99 $
Our Score
9.5

Appréciant le plus souvent  le style de l’auteur ainsi que le personnage, l’annonce de l’arrivée de Grant Morrison sur Green Lantern a eu un effet particulièrement émoustillant sur ma personne ! Au sommet de ma pile de lecture de la semaine (deuxième après The Immortal Hulk, je dois bien l’avouer…), le comics n’a pas eu le temps de prendre la poussière !

L’épisode débute par l’affrontement entre le Green Lantern du secteur 2018.2 et une flopée d’extraterrestres assez grotesques, possédant un accent des plus particuliers. La séquence, d’une dizaine de pages, pose les premières briques d’un fil rouge. Assez humoristique, déjà riche en pièces du puzzle et aux planches chargées de détails et aux designs un poil vintage, elle met remarquablement en place l’intrigue et laisse le lecteur à la fois curieux et désarçonné. Puis Grant Morrison introduit un Hal Jordan plein d’assurance, réfléchi mais n’hésitant pas à donner du coup de poing. Errant sur une route déserte, à la façon d’un lonesome coowboy, il devient Green Lantern dans une scène pleine de références et d’un beau classicisme. Le lien avec la première partie commence à se faire. Un premier combat tout en finesse puis Hal Jordan rejoint les Guardians of The Universe pour une explication de texte sur les événements survenus, avant un petit cliffhanger alléchant.

L’épisode débute par l’affrontement entre le Green Lantern du secteur 2018.2 et une flopée d’extraterrestres assez grotesques, possédant un accent des plus particuliers. La séquence, d’une dizaine de pages, pose les premières briques d’un fil rouge. Assez humoristique, déjà riche en pièces du puzzle et aux planches chargées de détails et aux designs un poil vintage, elle met remarquablement en place l’intrigue et laisse le lecteur à la fois curieux et désarçonné. Puis Grant Morrison introduit un Hal Jordan plein d’assurance, réfléchi mais n’hésitant pas à donner du coup de poing. Errant sur une route déserte, à la façon d’un lonesome coowboy, il devient Green Lantern dans une scène pleine de références et d’un beau classicisme. Le lien avec la première partie commence à se faire. Un premier combat tout en finesse puis Hal Jordan rejoint les Guardians of The Universe pour une explication de texte sur les événements survenus, avant un petit cliffhanger alléchant.

Ce premier épisode est une excellente introduction. Suffisamment intrigante sans être nébuleuse, elle permet au lecteur de s’immerger dans l’univers proposé, où l’on sent déjà le caractère Space Cop dont a parlé Morrison dans ses annonces, et de ressortir avec l’envie d’aller voir la suite. Référencé sur l’histoire du personnage sans être abscons, le comics présente un Hal Jordan différent des récents runs où il paraissait souvent en proie aux doutes.

Aux dessins, Liam Sharp réalise un excellent travail. La narration est riche et claire, là où dans le Wonder Woman de Rucka elle était appauvrie par un nombre de cases limité. Riches en détails, ses planches pâtissent toutefois d’un encrage un peu chargé, mais rien de rédhibitoire. Cela reste un plaisir pour les yeux de voir l’univers Green Lantern sous ses pinceaux !

La “bande annonce” des futurs épisodes sous forme d’une double page, en fin de comics, présente quelques pastilles bien alléchantes pour les mois à venir.

The Green Lantern satisfait pleinement les espoirs du lecteur ! Intrigante sans être obscure, l’histoire mise en place est riche, référencée et remarquablement dessinée ! Un vrai plaisir de lecture et beaucoup d’attentes pour la suite !
9.5
Excellent
On aime
L'histoire tortueuse, référencée et riche
La partie graphique de Liam Sharp, fourmillant de détails
On aime moins
Un encrage un peu chargé