Teenage Muntant Ninja Turtles – Tomes 8 & 9 – Vengeance (VF-HiComics)

TMNT - tomes 8 et 9
Release Date
18 septembre 2019
Scénario
Tom Waltz
Dessins
Mateus Santolouco, Cory Smith
Couleurs
Ronda Pattison
Editeur
HiComics
Our Score
10

Depuis maintenant plus de 40 épisodes, Tom Waltz a réalisé un sans faute en construisant petit à petit son run et en posant ses pièces méticuleusement. Après La chute de New-York, où le drame et la tension se sont invitées avec force, vint le temps de la reconstruction et du pansage de plaies. Mais les menaces que constituent Krang et Shredder n’ont pas disparu, bien au contraire. Le tome précédent – L’attaque sur le Technodrome – a vu les forces se renverser et les ennemis des Tortues vaincus. Mais Donatello est loin de sa plus grande forme et Shredder complote avec Stockman afin de préparer sa vengeance.

Cet arc, intitulé Vengeance, atteint un niveau supérieur dans la multiplication des sous-intrigues et dans le développement des personnages. La famille, thème cher à l’univers des Tortues Ninja, et le poids de son héritage sont ici abordés à travers la relation de Casey avec son père. La “vraie” famille n’est sans doute pas celle que l’on a par la naissance mais celle que l’on se construit. Hun veut retrouver l’emprise qu’il a eu sur son fils quand celui-ci veut à tout prix s’en émanciper. Les alliés des Tortues sont le symbole de cette famille que l’on se bâtit  : Alopex fraîchement ralliée, April la première venue ou Angel qui a trouvé sa place auprès d’Harold avec qui elle entretient une forme de relation filiale avec ses tensions et ses attentions. Au travers de Casey, ce sont sans doute les thèmes les plus durs que la série évoque : la violence et l’alcoolisme. Son père est victime des deux maux et ne peut s’en sortir. A la fois sombres et douloureux, ces passages rappellent que TMNT est une série bien plus adulte qu’on ne l’imagine de prime abord. 

La solidarité, valeur fondamentale en général et de la série, resurgit à chaque coin de page. Même si des divisions apparaissent régulièrement, les Tortues et leurs alliés font toujours preuve d’une grande union qui leur permet de triompher. C’est encore le cas dans ce tome lors de l’affrontement avec Shredder et ses sbires. C’est l’alliance de leurs talents qui leur permet de vaincre.

Plus que jamais, la tradition Ninja prend une place primordiale dans cet arc. Si Splinter y fait régulièrement référence, elle devient centrale dans la conclusion de Vengeance avec un duel mémorable qui traverse les épisodes 49 et 50. Tom Waltz y référence la sagesse comme moyen d’arriver à contrôler sa colère et son impatience. Si le concept pouvait paraître artificiel dans l’idée initiale des Tortues, il prend ici – avec des racines profondes dans L’histoire secrète du clan Foot –  une dimension que le lecteur prend au sérieux et qui donne une épaisseur supplémentaire à l’univers. Cette tradition s’incarne également à travers Karai, la petite fille de Shredder qui se fait garante du code d’honneur que l’aveuglement de Shredder dans sa volonté de vengeance lui fait oublier.

Le Pr Stockman gagne également ses galons de personnage secondaire important en endossant un rôle de meneur plus malin qu’on l’imaginait alors que jusqu’à présent, il subissait davantage, n’étant qu’un pion de Krang. Enfin, Donatello est, à son tour, mis en avant. Alors qu’il subit le pire drame à la fin de l’Attaque du Technodrome, ses connaissances scientifiques vont jouer un rôle central dans la réussite du plan des Tortues.

Le tome 8 inclut l’épisode FCBD 2015 qui, en VO permettait sans doute à de nouveaux lecteurs d’entrer dans la série pour cet arc mais pour le lecteur VF qui suit la série en volume collecté, cela fait redite et arrive un peu comme un cheveu sur la soupe. 

L’arc se clôt sur un épisode #50 double mémorable qui met en scène tout ce qui fait les qualités de la série depuis le début : Action, humour, Ninja, drame, fureur, développement de personnages. La dernière double page fait écho à celle de L’histoire du clan Foot, comme un symbole de renversement. Plus rien de sera jamais pareil. Une nouvelle ère s’ouvre pour les Tortues et pour Tom Waltz qui s’engage dans la deuxième moitié de son run jusqu’à l’épisode #100.

L’arc est dessiné de façon splendide par Mateus Santolouco et Cory Smith. Si l’on a déjà évoqué maintes fois le premier pour son trait fin, précis et dynamique dans des compositions toujours plus inventives, le second n’est pas en reste. Si son dessin est plus classique, il n’en est pas moins hyper régulier, efficace et dynamique. On n’oublie pas Ronda Pattison aux couleurs qui est à la barre depuis le numéro #1 et dont le travail remarquable permet de conserver une homogénéité malgré une succession d’artistes.

Vengeance marque le deuxième point d’orgue de la série où tous les ingrédients qui font les qualités de la série et le plaisir immense des lecteurs sont au rendez-vous. L’arc se clôt sur un épisode #50 mémorable qui fait basculer, à tout point de vue, la série dans une autre dimension ! Vite la suite !
10
Points forts
Une tension dramatique inédite sur la série
Un numéro #50 mémorable
Les dessins en général et notamment ceux de Mateus Santolouco
Un nouveau statu quo totalement alléchant
De nombreux thèmes abordés
L'évolution des personnages
points faibles
L'épisode FCBD qui fait redite et tombe un peu comme un cheveu sur la soupe