The 7 Deadly Sins (VO-TKO Studios)

The 7 Deadly Sins
Release Date
18 janvier 2019
Scénario
Tze Chun
Dessins
Artyom Trakhanov
Colorisation
Giulia Brusco
Editeur
TKO Studios
Prix
18 €
Our Score
8.5

Troisième série de chez TKO Studios qui débarque dans ma boite aux lettres, The 7 Deadly Sins, se distingue des deux précédentes par le fait que les auteurs n’ont pas l’aura de Garth Ennis ou Joshua Dysart et que le genre abordé est le Western, plutôt rare en comics.

L’histoire se situe au Texas à la fin du XIXème siècle dans un contexte post guerre de sécession, d’esclavage et de conflits entre Blancs et Indiens. Un prêtre qui vit seul avec sa petite fille profite de l’arrestation de 6 malfrats aux profils variés pour organiser une expédition en territoire indien. Aidé de ses six compagnons qu’il fait évader et à qui il a promis une coquette somme, il espère se soulager d’un lourd secret qui pourrait mettre fin au conflit entre Indiens et Blancs.

Le scénariste, Tze Chun, co-créateur du label TKO Studios, propose une histoire qui rappellera des classiques du Western. Que cela soit par son contexte ou les ressorts de l’intrigue, le familier du genre ne sera guère surpris. C’est davantage dans sa galerie de personnages que The 7 deadly Sins trouve son charme.

 

Ses 6 aventuriers sont des individus cabossés, peu gâtés par le destin, aux méfaits assez sordides pour certains ou victimes du racisme pour d’autres. Chacun fait ce qu’il peut pour survivre dans cette époque pleine de dangers, quitte à cacher ses réels motivations pour cette expédition commune. Courageux ou couards, souvent violents, les personnages ont chacun un background bien construit qui tourne autour des thèmes de l’esclavage ou du conflit avec les Indiens. Tze Chun sait merveilleusement les rendre attachants. L’ambiance est sombre mais les dialogues, pleins d’ironie, viennent instaurer un contre-poids efficace. Le récit est bien rythmé, alternant flashbacks sur l’histoire des personnages et scènes dans le présent. L’action est omniprésente et les twists sont légions et surprenants. Le scénariste sait amener ses cliffhangers, relançant la machine à chaque fin d’épisode. Pas un seul instant l’ennui ne s’installe.

Les dessins constituent un point fort du comics. Le trait de Artyom Trakhanov est certes caricatural, notamment au niveau des visages, mais sa puissance emporte le lecteur. La brutalité des personnages se traduit à merveille dans ses illustrations. La mise en page, imaginative dans ses cadrages, les scènes du passé, davantage oniriques et les couleurs subtiles de Giulia Brusco, déjà à l’œuvre sur Goodnight Paradise, offrent une variété graphique intéressante et marquante. Lorsque le sang coule et les scalps se découpent, Trakhanov en impose ! Ces dessins ne plairont sans doute pas à tout le monde mais, pour ma part, j’ai été séduit.

The Seven Deadly Sins est un Western classique dans son déroulé mais aux personnages originaux et à la partie graphique pleine de feu ! Sans attente initiale, je me suis retrouvé à dévorer ce comics !
8.5
Une très bonne surprise !
On aime
Un scénario solide...
Des personnages bien travaillés
Un ambiance sombre
Une ironie qui fonctionne bien
Une partie graphique originale...
On aime moins
...au déroulé un peu classique
...qui ne pourrait pas plaire à tout le monde