CoMix Stories VF – Décembre 2019 (1)

Avengers #010 – Par Kidroy

Scénario : J. Aaron, D. Slott, J. Zub, T. Coates
Dessins : D. Marquez, M. Del Mundo, V. Schitti, P. Riviera, A. Kubert

Avengers #16 : Rien de neuf sous le soleil et l’ail. Les crocs claquent, les lames tranches, les poings frappent, les flammes brûlent, les blagues harassent et David Marquez festoie. Robbie et son mal ardent avancent sur l’asphalte infernal en compagnie du nouveau Roi des Enfers. Aaron s’autorise même insinuation graveleuse, une succion, une pompe et Blade qui fronce les sourcils. Crétin.  

Thor #10 : L’amorce des pions peine à se terminer. Pourtant l’échiquier est complet. Pourtant les deux camps se toisent. Pourtant, les épées ne jaillissent pas encore des fourreaux. Aaron étend sa poésie légère aux rivalités entre Odin dépossédé de sa paternité et Thor dépossédé de son perforateur. Le conflit familial a du poids et de l’ampleur. Cependant, ce sont des numéros amusants mais insouciants. Vivement les colères guerrières ! 

Tony Stark : Iron Man #9-10 : Je me trompais. Dan Slott participe aux mise en garde sur les fantaisies fantasmées des friandises frauduleuses d’un magnat de l’informatique. Escape se détraque, père et mère n’y changeront rien. Le Contrôleur s’égosille à rappeler qu’il est le plus grand et le plus fort mais ne frappe jamais pour tuer. Jamais. Seule l’escarmouche imaginaire captera notre intérêt, entre les repères, les astuces et jeux de l’auteur. Ludique et conforme. 

Captain America  #8 : Coates est décidément confortable dans sa cellule. L’auteur récupère habilement la cargaison de Spencer, convoque le maire de New York et le confronte à la détermination invincible de Sharon dans un échange de politesses calmes et pesantes, et prépare déjà la grande évasion. Lucide et très compétent, Coates ajoute encore une étoile à son palmarès. 

Avengers #010 s’affirme comme le seul choix recommandable chez Panini Comics en novembre 2019. Le point culminant n’est pas encore atteint, les torches luisent au loin, ça tempête. 

Avengers #011 – Par Kidroy

Scénario : J. Aaron, D. Slott, J. Zub, T. Coates
Dessins : D. Marquez, L. Garbett, V. Schitti, A. Kubert

Avengers #17 : Les vampires en terminent, fin de la mascarade. Comme tous ces scripts désespérés, tout ce règle. Il suffisait de trancher, découper, mordre, frapper et exploser. Hulk tonne en champignon verdâtre. Il doit falloir y voir un indice sur le dernier sarcophage de Dracula. La Strige avait tout prévu. Il troque transi, sa vilenie contre une autre tombe. L’idée n’est pas mauvaise, comme l’envie de bousculer Robbie. Nous en resterons là. Expédié, expéditif, hâtif, à tort, Avengers s’oublie.    

Thor #10 : Le père y est passé, donc la mère maintenant. La mère de Tout, sa place dans le panthéon nordique, son rôle, son fils, ses peurs, ses combats … à peine touchant. Nous voulons le cataclysme noir, l’invasion des Elfes, que la magie se déchaîne, que les épées se heurtent, que les marteaux grondent, que les boucliers percutent … encore, il faudra attendre, encore. Thor (2018) souffre du vide impossible à combler en attendant la Guerre des Royaumes (Épargnons les deux numéros primordiaux, explosions sidérales de plaisir, du King Thor)

Tony Stark : Iron Man #11 : La réalité virtuelle se déconnecte puisque le Contrôleur est débranché avec un coup survolté. Un coup de jus. Un coup de jus pour surcharger le virtuel. La perspective n’est pas idiote, dans la réalisation lue, ça rue, ça se presse et se compresse. Slott s’attache à son discours de reconnaissance des machines pensantes, grossier mais précieux. Pour la conclusion, nous garderons uniquement grossier, les derniers mots d’un Tony éteint, sorti de l’OASIS, sont donc, “Je sais que je serai toujours un alcoolique, je le sais. Mais j’ai été si sage, si longtemps … C’est pas juste”. Crétin, à nouveau.  

Captain America  #9-10 :  Dénonciation de la rudesse du milieu carcéral, du renversement du symbole, du revirement des mauvais symboles, du journalisme affamé, de l’égarement des structures de justice, Coates a des choses à dire et nous à lire. 

C’est terminé, Avengers à 7.50€ est terminé. Une année nuancée par des Vengeurs constamment décevants exceptés ceux du silex ; une Eda des lieux traînarde, retardant les haches de guerre en une épopée engourdie par Jason Aaron, galvanisé néanmoins par le tumulte du futur et cette nécro-épée qui passe à travers le temps ; les dérives numériques de Slott, lâche dans le ton, mais estimable dans le fond ; Captain America dénonciateur, dénoncé par son auteur, Ta-Nehisi Coates, sagace et génial. Le mensuel Avengers aura été la meilleure lecture successive, même si Venom fauche toutes les récompenses. Pas de numéro #012, un prochain numéro #001, à 8.90€. Notez le rancart, j’aurai peut être du retard, ou alors je serai résolument absent.