[Review VO] Marvel Knights 20th #1

Marvel Knights 20th #1
Release Date
7 novembre 2018
Scénario
Donny Cates
Dessins
Travel Foreman
Editeur
Marvel
Prix
4,99 $
Our Score
5

Attendu en raison du motif de sa sortie – fêter les 20 ans du label Marvel Knights – et de la présence de Donny Cates au scénario, ce premier épisode me faisait saliver grandement. Ce label marqua les grandes heures de Marvel côté “Adultes” avec des séries désormais légendaires comme Daredevil par le duo Bendis-Maleev, Inhumans par Jenkins-Lee ou Black Panther par Priest, portées par une ambiance sombre et une partie graphique le plus souvent de haute qualité. Un passé annonciateur de belles promesses pour cette mini-série en 6 parties de 2018.

Accompagné aux dessins de Travel Foreman, Cates propose une intrigue concentrée autour de Daredevil que l’on découvre dans un cimetière, agenouillé face à la tombe de Karen Page. Amnésique, hagard, traversé seulement d’émotions contradictoires, il est interpellé verbalement par un flic du nom de Castle qui souhaite qu’il le suive. Matt Murdock, sentant l’entourloupe, s’enfuit après une bonne empoignade. On le retrouve plus tard à son bureau d’avocat où il vient se réfugier et où personne ne semble le connaitre. L’on découvre petit à petit un monde de complots où Murdock ne sait plus qui il est et où les héros Marvel n’ont pas leurs rôles habituels.

Donny Cates livre d’abord un début  d’histoire emballant. Voir Murdock égaré, blessé dans son cœur, agenouillé devant la tombe de Karen Page fait son petit effet. Puis voir débarquer ce Castle en flic bien mystérieux accompagné d’un autre personnage Marvel, surveillés par un troisième larron bien connu, lui aussi amnésique, annonce le meilleur. C’est d’ailleurs la meilleure partie de ce comics. Bien écrite, mystérieuse à souhaits, cette première moitié est bonne. Le dessin de Foreman est efficace, la scène de baston bien dynamique et plutôt bien mise en page. Les fonds vides qui vont apparaitre de façon criante dans la seconde partie sont masqués ici par les hachures symbolisant la pluie.

Puis Murdock se réfugie à son bureau d’avocat. La narration devient alors bancale, les situations mal amenées. Graphiquement, Foreman propose des silhouettes irrégulières, des attitudes de personnages mal maitrisées, notamment lorsque Murdock fait ses “cabrioles” et des fonds totalement vides sur de nombreuses cases. Toute cette scène au bureau m’a paru très mal écrite et très mal dessinée ! Une sorte de douche froide après un bon début. La scène suivante où Murdock se retrouve en haut d’un silo manque également de finesse d’écriture. La dernière partie relance la machine à mystères mais, une nouvelle fois, on ne retrouve pas la force et la puissance de l’écriture habituelle de Cates. Les planches de Foreman bénéficient d’un trait plus maitrisé mais sont toujours d’une grande faiblesse en détails. Ce qui fait la patte de Cates n’est pas présent : twists venus de nulle part et bien introduits, finesse des dialogues et de l’écriture.

Au final, après une bonne première moitié, Marvel Knights 20th vacille et tombe dans une écriture maladroite plombée par des dessins de Foreman qui ne sont pas dignes d’une telle série. Le deuxième épisode sera écrit par Matthew Rosenberg qui, s’il a pu convaincre en indé avec We can never go home, a déçu chez Marvel pour le moment.

Marvel Knights n’est pas à la hauteur de l’héritage que lui ont légué les séries des années 2000. Une déception.

5
Dispensable
On aime
Un début d'épisode efficace
On aime moins
Une partie graphique faible dans sa deuxième partie
Une écriture plus que bancale