Interview – Matt Lesniewski

L’artiste qu’on a adoré sur The Freak, Crimson Flower et Static porte un regard sur son travail et évoque sa passion pour la bande dessinée.

For English speakers, please find lower the interview in its original version.


Parcours artistique

Quel a été votre parcours artistique pour devenir dessinateur ?

C’est en fait toute ma vie qui m’a conduit à ce que je fais maintenant, mais je ne vais pas ennuyer les gens avec ça, parce que ce n’est pas très excitant. Je vais donc vous donner la version abrégée. Je dessine depuis l’âge de 3 ou 4 ans, et je lisais des bandes dessinées quand j’étais enfant. J’ai toujours su, dès mon plus jeune âge, qu’il y avait de fortes chances que je finisse par dessiner des bandes dessinées. Je ne me suis jamais inquiété de savoir ce que je ferais de ma vie. Je l’avais déjà compris à un très jeune âge et je le gardais dans un coin de ma tête. Avance rapide jusqu’à la fin du lycée, il était temps de prendre cet objectif au sérieux et de commencer à essayer de « percer » dans la bande dessinée. Mais au début, je voulais juste être un dessinateur et dessiner des BD Marvel/DC parce que, pour la plupart, c’est tout ce que je connaissais des BD jusqu’à ce moment-là. Après des années de boulots classiques et de soumissions d’échantillons d’art à des éditeurs pour tenter d’être embauché, je n’ai cessé d’essuyer des refus. Mais, à travers ce processus, j’ai réalisé que j’avais besoin d’essayer autre chose. J’ai donc essayé d’écrire mes propres bandes dessinées (et de les dessiner). J’ai commencé petit, et j’ai vraiment réussi. C’était comme un réveil créatif. Rien qu’en le faisant, je me suis prouvé que c’était possible. Pour une raison quelconque, pendant toutes ces années où j’ai essayé d’être un dessinateur, je me suis dit que je n’étais pas un  » vrai écrivain  » et que je devais me concentrer sur ce que je faisais le mieux (le dessin), mais cela ne me menait nulle part. J’ai commencé modestement avec mes propres travaux, mais j’ai continué à construire et à grandir, jusqu’à ce que j’en arrive à faire The Freak, et c’est là que je dirais que j’ai finalement « percé ».

The Freak

Dessin

Vous travaillez beaucoup sur les corps, qu’ils soient longs et fins comme dans The Freak ou plus musculeux comme Emmett dans Static ou vos personnages dans Crimson Flower. Qu’est-ce qui vous intéresse dans ces corps et qu’est-ce que cela apporte à votre dessin et à vos histoires ?

Je n’y pense pas vraiment de cette façon, honnêtement. La façon dont je dessine les corps n’est pas très différente de la façon dont je dessine le reste, dans la mesure où j’essaie simplement de m’amuser et d’être moi-même. Tant que l’exécution se prête à l’histoire, alors j’ai fait mon travail. En dehors de ça, je m’amuse, j’expérimente et j’essaie de suivre ma propre voix. Je l’ai dit dans une autre interview, mais les gens semblent graviter autour de la façon dont je dessine les veines saillantes de beaucoup de mes personnages, mais comme je l’ai dit, c’est juste quelque chose qui semble résonner plus que d’autres choses que je fais. C’est comme le hit de l’album. Je ne savais pas que ça résonnerait avec les gens comme ça, je faisais juste de l’art. Il se trouve que ça a attiré plus d’attention que ma façon de dessiner des meubles, des vêtements ou autre chose. Ne vous méprenez pas, la façon dont je dessine les corps est intentionnelle, et comme je l’ai dit, elle est liée aux personnages eux-mêmes et à l’histoire, mais je ne m’intéresse pas plus à eux qu’aux autres choses que je dessine. J’essaie de faire en sorte que ce soit amusant de travailler dessus, comme tout le reste.

Votre dessin n’est pas très réaliste et tend vers la caricature et l’excès dans les expressions. D’où vous vient ce trait original et qu’est-ce qu’il vous permet d’exprimer ?

Je pense que c’est simplement ce que j’aime faire. Je gravite beaucoup plus vers cela que vers autre chose. J’aime vraiment voir la passion dans toutes sortes de formes d’art et je pense que la possibilité d’exagérer les personnages comme je le fais me permet de mieux exprimer cette passion. C’est probablement une autre raison pour laquelle mon travail a évolué comme il l’a fait. Je ne suis pas vraiment intéressé par les représentations réalistes de quoi que ce soit. C’est déjà présent. Ça existe déjà. Je suis beaucoup plus intéressé par la tentative de quelqu’un d’interpréter quelque chose d’une manière unique. Une représentation précise et réaliste d’un objet peut être impressionnante, mais elle n’est généralement qu’une forme de reproduction. Je ne pourrais pas être moins intéressé par la reproduction de quoi que ce soit. Même les parodies de couverture (ou quel que soit le nom qu’on leur donne). Montrez-moi quelque chose de nouveau. Je préfère que vous essayiez quelque chose de nouveau/différent et que vous échouiez (quel que soit l’échec dans ce cas) plutôt que de répéter quelque chose qui a déjà été fait. Je respecte beaucoup plus cela. Reproduire ou faire quelque chose de similaire à la reproduction ne pourrait pas être plus ennuyeux.

Static

Dans Static, vous choisissez de découper vos pages avec de nombreuses petites cases. Pour quelle raison ? En particulier, que recherchez vous en termes de rythme narratif ?

Je l’ai fait consciemment. Mon prochain livre sera complètement différent. C’est juste l’espace créatif dans lequel je me trouvais à ce moment-là, et quelque chose que je voulais essayer. Cela a beaucoup à voir avec le rythme. Je voulais essayer de ralentir les choses. Capturer les petits moments importants que beaucoup de bandes dessinées ont tendance à couper. C’est une partie de ce qui est cool avec les BD. On peut choisir ce qu’on fait et ce qu’on montre ou ne montre pas. Le rythme de l’histoire. Les gens peuvent lire Static comme ils l’entendent, mais mon secret espoir était que les gens iraient lentement, ou relativement lentement, sans avoir d’attentes.

Dans Crimson Flower, scénarisé par Matt Kindt, vous jouez beaucoup avec les cheveux, les barbes mais aussi les vêtements des personnages. Comment avez-vous travaillé avec Matt Kindt ? Son scénario vous a-t-il donné beaucoup de liberté pour jouer avec Bill Crabtree sur les couleurs ?

Pour être honnête, nous n’avons pas vraiment communiqué, mais je ne dirais pas que c’est nécessairement une mauvaise chose. Peu importe la façon de collaborer. Il a fait sa part, j’ai fait la mienne, et Bill a fait la sienne. Mélangez ces ingrédients dans une soupe et vous obtenez Crimson Flower. La façon dont Kindt a écrit la bande dessinée, il y avait vraiment une tonne de place pour que je fasse mon truc et j’apprécie ça. Les cheveux et les vêtements, c’est mon idée. Ce sont des choses avec lesquelles je jouais à l’époque. Comme je l’ai dit, les scripts étaient très ouverts et principalement basés sur l’intrigue, ce qui m’a laissé beaucoup de place pour être créatif et interpréter ce qui était écrit à ma façon.

Crimson Flower #3

Dans toutes vos bandes dessinées, vos décors sont très riches et remplis de détails. Aimez-vous apporter beaucoup de soin à cet aspect ? Est-ce un point qui permet d’immerger le lecteur dans les scènes ?

J’apporte beaucoup de soin à tout ce que je fais. Je pense que c’est ce qui me caractérise le plus. Les détails ne sont que le résultat du fait que je me soucie énormément de ce que je fais. Je mets tout dans ce que je fais, à un niveau obsessionnel, presque malsain. Mais, j’aime ça. C’est pourquoi tout est comme ça. C’est une passion, comme je l’ai dit plus tôt. Je pense que cela aide à immerger le lecteur dans l’histoire (surtout avec les décors et les environnements). Il m’est difficile de dire comment les gens perçoivent mon travail, mais c’est le but. Je veux que les gens s’y retrouvent. Pendant quelques minutes, ou le temps qu’il leur faut pour lire la bande dessinée, j’espère qu’ils oublieront l’horrible journée qu’ils ont passée au travail. Je veux qu’ils oublient qu’ils sont en train de lire. C’est ce que j’espère.

The Freak et Static ne sont pas des BD très bavardes. Préférez-vous laisser le travail de narration graphique diriger vos histoires ?

Je savais que c’était le cas lorsque je faisais ces BD, surtout avec Static, mais je n’avais pas réalisé que c’était une chose aussi importante pour les lecteurs. On l’a beaucoup souligné. Donc, ce n’est pas forcément volontaire. Je conçois cela comme une partie de ces histoires particulières. Je ne suis pas quelqu’un de très bavard, alors peut-être que sans m’en rendre compte, je mets plus de moi-même dans ces BD que je ne le réalise. Elles sont personnelles, dans une certaine mesure. Peut-être plus que je ne l’imagine.

Static

Écriture

Vos deux créations, The Freak et Static, se déroulent dans des univers futuristes imaginaires dont les décors rappellent beaucoup le Far West américain. L’addition Western + Science-fiction serait-elle un résumé satisfaisant des genres que vous aimez et qui vous inspirent ?

Ce sont définitivement deux de mes sources d’inspiration. Mais je n’ai jamais précisé qu’il s’agissait d’univers futuristes. Je suppose qu’il est logique de supposer que Static, par exemple, se déroule dans une sorte de monde futur, rien qu’en regardant les véhicules volants. Mais, plus que tout, j’ai créé ces deux univers avec l’intention d’être intemporel. Les décors sont intentionnels. Je voulais qu’ils donnent l’impression d’être des histoires que l’on peut prendre à n’importe quel moment et à n’importe quel endroit et que l’on peut toujours apprécier. On ne sait pas exactement à quelle époque elles se déroulent ni où se trouvent ces mondes, mais cela n’a pas d’importance. Ce que j’aime dans la fiction, c’est la possibilité de s’interroger. Je ne veux pas que tout me soit expliqué. Laissez-moi deviner. Laissez-moi imaginer. Je ne veux pas que l’histoire se déroule à une époque ou dans un lieu qui m’est déjà familier. Qu’est-ce qu’il y a de drôle là-dedans ? Pour The Freak, en particulier, je me souviens d’avoir créé la couverture et d’y avoir pensé comme une couverture intemporelle qui ne criait pas « bande dessinée » (j’aime évidemment les bandes dessinées, mais c’était intentionnel). Vous pourriez vous trouver dans un entrepôt délabré dans trois cents ans et trouver un exemplaire de ce livre dans les décombres, le dépoussiérer et l’apprécier quand même. Il n’est pas lié à une période ou à quoi que ce soit d’autre. C’est (espérons-le) juste une bonne histoire.

Les univers que vous décrivez montrent une certaine violence qui imprègne les personnages. Mais aussi bien dans The Freak que dans Static, vos « héros » parviennent à avoir une influence sur leur vie et à trouver une forme de sérénité. C’est le regard que vous portez sur le monde qui vous entoure et que vous retranscrivez dans vos histoires : un monde dur mais dans lequel il faut garder espoir et se donner les moyens d’agir ?

Je n’aime pas expliquer le sens de mes histoires, car ce qu’elles signifient pour moi n’a pas d’importance. Elles peuvent avoir un sens complètement différent pour quelqu’un d’autre, et c’est tout à fait normal. Ce qui compte, c’est ce qu’elles signifient pour chaque lecteur. Il n’y a pas de « bon » ou de « mauvais » sens. Ceci étant dit, il est difficile de nier que les thèmes que vous avez mentionnés font partie de ce que j’essaie de dire. Ce sont des histoires simples, pour la plupart, et même pas très originales quand on y pense, mais c’est ce qui m’attire. C’est l’exécution et le point de vue qui comptent. J’aime quand les films ont un argumentaire simple, d’une ligne. La barrière d’entrée est faible, mais elle est suffisante pour vous intriguer et vous attirer pour voir comment l’idée est exécutée. Et il y a tellement de façons de le faire. C’est ce qui rend l’histoire spéciale. Votre voix. Votre style. Votre livraison. Et comment les gens la perçoivent. Je pourrais expliquer la signification réelle de chaque BD et ce que j’ai essayé de transmettre, mais où est la magie dans tout ça ? Comme je l’ai dit, j’aime laisser de la place pour s’interroger et réfléchir. En tant que fan et en tant que créateur. Mais, vous n’êtes pas loin.

Static

D’où vous est venue cette idée d’animaux chassés pour leurs parties de corps que ce fou de Clay exploite comme Frankenstein ? C’est cruel mais aussi graphiquement brillant.

Honnêtement, je n’en ai aucune idée. Vraiment, je ne sais pas. Il y a clairement un lien avec le concept de Frankenstein, mais c’est ma propre version, je suppose. Mais je ne sais pas d’où vient l’idée. J’avais déjà la scène d’ouverture avec Emmett avant de penser à l’élément monstre de Static. Mon idée sur le travail au sujet du monstre/créature vient plutôt du personnage de Clay. J’ai pensé à lui en premier. Ce n’est pas expliqué dans l’histoire, mais j’y fais allusion dans la dernière partie du livre. Je pense à lui comme à une version de Dexter de Dexter’s Lab, le dessin animé. Mais une version vieille et blasée qui a besoin de repousser les limites de ses expérimentations pour rester enthousiaste. Il a jeté la moralité par la fenêtre et son obsession pour son travail prend une place plus importante dans son esprit. Ce qu’il fait est clairement très mal. J’avais donc besoin que ce qu’il faisait soit pour le moins tordu et moralement discutable, et c’est la meilleure explication que je puisse donner de l’origine de l’idée.

 

Influences

En lisant Static, son univers et votre travail graphique, notamment sur les corps, m’ont beaucoup fait penser à Richard Corben, notamment à sa dernière œuvre Murky World. Est-ce un artiste qui vous inspire et vous influence ? Plus généralement, quels sont les artistes qui vous ont influencé dans votre travail ?

Corben est absolument une énorme influence, à plus d’un titre. J’essaie cependant d’être aussi original que possible et de dessiner comme « moi ». Cela dit, que je le veuille ou non, je suis influencé par de nombreux artistes. Trop d’artistes pour les nommer tous. Parmi eux, citons James Stokoe, James Harren, Kentaro Miura, Kelly Jones, Glenn Fabry, Simon Bisley, Todd McFarlane, Jim Lee, et bien d’autres encore. Ce ne sont que des exemples parmi tant d’autres.

 

Le monde de l’édition

Quel est votre point de vue sur le monde actuel des comics ? Il semble difficile pour des œuvres originales comme The Freak ou Static de se faire une place ?

Je ne sais pas. Je suis encore en train de l’apprendre, honnêtement. Et je n’ai pas l’impression d’en faire partie. Mais, c’est bien. Je n’ai jamais senti que j’avais besoin de m’intégrer de toute façon. Je m’occupe de mes affaires et je fais mes propres trucs. Si je peux continuer à le faire, alors je suis heureux. J’essaie juste de me concentrer sur le fait de faire la meilleure chose que je puisse faire et d’essayer de m’améliorer. C’est ce que je peux contrôler, pas le monde de la bande dessinée. Donc, je n’essaie pas d’y penser autant. Ce n’est probablement pas très intelligent, mais je n’ai jamais dit que j’étais intelligent. Je suis la mauvaise personne à qui demander ça, honnêtement. Je vais retourner dans mon coin.

The Freak

Autres questions

Sur quels projets travaillez-vous actuellement ou à l’avenir ?

Je prépare mon prochain livre ! C’est probablement ce que je vais faire à partir de maintenant. Je suis ouverte à l’idée de faire plus de couvertures, mais à part ça, il faudrait vraiment que ce soit quelque chose que je ne puisse pas refuser pour que je collabore avec quelqu’un d’autre à ce stade. Je préfère juste faire mes propres trucs. C’est probablement le chemin le plus difficile, mais peu importe. C’est déjà un chemin difficile. C’est tellement plus satisfaisant que tout le reste.

Quels sont les comics que vous lisez actuellement ? 

Pas beaucoup ! Je ne lis pas tant de bandes dessinées que ça. J’aimerais en lire plus, mais je suis occupé à créer les miennes. Je regarderais probablement tout ce que font les artistes que j’ai cités plus haut, mais rien de précis ne me vient à l’esprit. Désolé…

Entretien réalisé par échange de mails. Merci à Matt Lesniewski pour sa disponibilité et sa grande gentillesse !

Nos reviews des comics de Matt Lesniewski :


The artist we loved on The Freak, Crimson Flower and Static takes a look at his work and talks about his passion for comics.

 

Artistic Path

 What was your artistic path to become a cartoonist?

It’s actually my whole life that lead me to what I’m doing now, but I won’t bore people with that, because it’s not very exciting. So, I’ll give the shortened version. I was drawing since I was 3 or 4 years old, and read comics as a kid. I always knew from a young age, there was a good chance that drawing comics was what I’d end up doing. I was never worried about figuring out what I’d do with my life. I already figured it out at a very young age and kept it in the back of my head. Fast forward to just being out of high school, it was time to take that goal seriously and start trying to ‘break in’ to comics. But at first, I just wanted to be a penciler and draw Marvel/DC comics because for the most part, that’s all I knew comics to be up until that point. After years of working ‘regular jobs’ and submitting art samples to publishers trying to get hired, I just kept getting denied. But, through that process, I realized I need to try something else. So, I tried my hand at writing my own comics (as well as drawing them). I started small, and actually did it. It was like a creative awakening. Just by doing it, I proved to myself it was possible. For whatever reason, all those years trying to be a penciler, I told myself I wasn’t a ‘real writer’, and should just focus on what I was best at (drawing), but that wasn’t getting me anywhere. I started small with my own stuff, but kept building and growing, until I got to the point of doing The Freak, and that’s where I’d say I finally ‘broke in’.

Drawing

You work a lot with bodies, whether they are long and thin like in The Freak or more muscular like Emmett in Static or your characters in Crimson Flower. What interests you in these bodies and what does it bring to your drawing and your stories?

I don’t really think of it in that way, honestly. The way I draw bodies isn’t really much different from how I draw anything else, in that I’m just trying to have fun and be myself. As long as the execution lends itself to the story, then I did my job. Outside of that, I’m just having fun, experimenting and trying to follow my own voice. I said this in another interview, but people seem to gravitate to the way I draw bulging veins in a lot of my characters, but as I said, that’s just something that seems to resonate more than other things I do. It’s like the hit song on the album. I didn’t know that would resonate with people the way it did, I was just making art. It just happened to get more attention than the way I draw furniture, or clothing, or anything else. Don’t get me wrong, the way I draw the bodies is intentional, and as I said, it’s relating to the characters themselves and the story, but I’m not more interested in them than anything else I’m drawing. I try to make it fun to work on just like anything else.

Your drawing is not very realistic and tends towards caricature and excess in expressions. Where do you get this original line and what does it allow you to express?

I think that’s just what I enjoy doing. I gravitate much more to that than anything else. I really like to see passion in all sorts of art forms and I think the ability to exaggerate characters the way I do allows me to better express that passion. So, that’s probably another reason why my work has evolved the way it has. I’m not that interested in realistic depictions of anything. It’s already out there. It already exists. I’m much more interested in someone’s attempt at interpreting something in a unique way. An accurate depiction of something in a realistic way can be impressive, but it’s usually just a form of replication. I couldn’t be less interested in replicating anything. Even cover parodies (or whatever people call them). Show me something new. I’d prefer you try something new/different and fail (whatever failing would be in that case) than repeat something that’s been done. I respect it so much more. Replicating or doing something similar to replicating couldn’t be more boring.

In Static, you choose to cut your pages with many small panels. For what reason? In particular, what are you looking for in terms of narrative rhythm ?

I did that on purpose. My next book will be completely different. It’s just the creative space I was in at the time, and something I wanted to try. A lot of it has to do with pacing. I wanted to try and slow things down. Capture small, yet important moments that a lot of comics tend to cut out. That’s a part of what’s cool about comics. You get to choose what you do and what you show/don’t show. What pace the story goes. People can read Static however they like, but it was my hope that people would go slowly with it, or relatively slow and go in without any expectations.

On Crimson Flower, scripted by Matt Kindt, you play a lot with the hair, the beards but also the clothes of the characters. How did you work with Matt Kindt? Did his script give you a lot of freedom to play around with Bill Crabtree on colors ?

To be honest, we didn’t really communicate that much, but I wouldn’t say that’s necessarily a bad thing. I didn’t mind the style of collaboration. He did his part, I did mine, and Bill did his. Mix those ingredients into one soup and you get Crimson Flower. The way Kindt scripted the comic, there was definitely a ton of room for me to do my thing and I appreciate that. The hair and clothes is all me. That’s all stuff I was playing with at the time. Like I said, the scripts were very open and mostly plot based, giving me a lot of room to be creative and interpret what was written in my own way.

In all your comics, your settings are very rich and full of details. Do you like to bring a lot of care to this aspect? Is it a point that allows to immerse the reader in the scenes ?

I bring a ton of care into everything I do. I think that’s what I have the more than anything. The details are only a result of me caring a tremendous amount about what I’m doing. I put everything into what I do, to an obsessive, almost unhealthy level. But, I love it. That’s why everything is the way it is. It’s a passion, as I said earlier. I would guess it does help immerse the reader in the story (especially with the backgrounds and environments). It’s hard for me to say how people perceive my work, but that’s the goal. I want to put people there. For a matter of minutes, or however long it takes them to read the comics, hopefully they forget the horrible day they had at work. I want them to forget they’re reading. That’s the hope.

The Freak and Static are not very talkative comics. Do you prefer to let the graphic storytelling work to tell your stories ?

I knew this was the case when making the comics, especially with Static, but I didn’t realize it was as big of a deal as people have seemed to make it. It’s been pointed out a lot. So, it’s not necessarily on purpose. I just think of it as part of these particular stories. I’m not a very talkative person, so maybe without realizing it, I put more of myself into these comics than I realize. They are personal, to an extent. Maybe more than I’m aware.

 

Writing

Your two creations, The Freak and Static, are set in imaginary futuristic universes whose settings are very reminiscent of the American Wild West. Would the addition of Western + Science-fiction be a satisfactory summary of the genres that you like and that inspire you?

They’re definitely both inspirations. But, I never actually clarified that they’re futuristic universes. I suppose it makes sense to assume that Static, for example, is set in some type of future world, by looking at the hover vehicles alone. But, more than anything I made both of them with the intention of being timeless. The settings are intentional. I wanted them to feel like stories you could pick up at any time or place and still be able to enjoy them. You’re not sure what time they’re set in or where exactly these worlds are, but that doesn’t matter. Part of what I like about fiction is the ability to wonder. I don’t want everything spelled out for me. Let me guess. Let me imagine. I don’t want to be set in a time or place I’m already familiar with. What’s the fun in that? With the Freak, especially, I remember creating the cover and thinking of it as a timeless cover that didn’t scream ‘comic book’ (I obviously love comics, but this was intentional). You could be in a dilapidated warehouse three hundred years from now and find a copy of that book in the rubble, dust it off, and still enjoy it. It’s not connected to a time period or anything else. It’s (hopefully) just a good story.

The worlds you describe show a certain violence that permeates the characters. But both in The Freak and in Static, your « heroes » manage to have an influence on their lives and find a form of serenity. This is the way you look at the world around you and that you transcribe in your stories: a hard world but one in which you have to keep hope and give yourself the means to act?

I don’t like explaining the meanings behind my stories, because what they mean to me, doesn’t matter. They can have a completely different meaning to someone else, and that’s perfectly okay. What they mean to each individual reader is what matters. There’s no ‘right’ or ‘wrong’. That being said, it’s hard to deny the themes you mentioned, being a part of what I’m trying to say. They’re simple stories, for the most part and not even that original when you think about it, but that’s what I’m drawn to. It’s the execution and viewpoint that matters. I love when movies have a simple, one-line elevator pitch. Low barrier of entry, with enough to intrigue you and draw you in to see how they execute the idea. And there are so many ways it can be done. That’s what makes the story special. Your voice. Your style. Your delivery. And how people perceive it. So, I could break down what each of the comics really mean and what I was trying to convey, but what’s the magic in that? Like I said, I like to leave room to wonder and think. As a fan and a creator. But, you’re not far off.

Where did you get this idea of animals hunted for their body parts that this crazy Clay exploits like Frankenstein? It’s cruel but also graphically brilliant.

Honestly, I have no idea. Really, I don’t. There’s clearly a connection to the whole Frankenstein concept, but my own spin, I guess. But, I don’t know where the idea came from. I already had the opening scene with Emmett before I thought of the monster element of Static. My idea for the monster/creature job is more of something that comes from the Clay character. I thought of him first. This isn’t explained in the story, but I touch on it in the back matter of the book. I think of him as a version of Dexter from Dexter’s Lab, the cartoon. But, an old, jaded version who needs to push the limits of his experimentations in order to stay excited about what he’s doing. He’s thrown morality out the window and his obsession with his work takes a higher place in his mind. What he’s doing is clearly very wrong. So, I needed what he was doing to be very twisted and morally questionable at the least, and that’s the best explanation I can give for where the idea came from.

 

Influences

While reading Static, its universe and your graphic work, especially on the bodies, made me think a lot of Richard Corben, especially his last work Murky World. Is it an artist who inspires and influences you? More generally, which artists have influenced you in your work ?

Corben is absolutely a huge influence in more ways than one. I try and be as original as possible, though, and draw like ‘me’. That being said, wether I like it or not, I’m influenced by so many artists. Too many artists to name them all. Some of them include James Stokoe, James Harren, Kentaro Miura, Kelly Jones, Glenn Fabry, Simon Bisley, Todd McFarlane, Jim Lee, and so so many more. These are just off the top of my head.

 

Comic book publishing

What is your view on the current comic book world? It seems difficult for original works like The Freak or Static to make a place for themselves?

I don’t know. I’m still learning it, honestly. And I don’t feel like I’m a part of it. But, that’s fine. I never felt like I needed to fit in anyway. I mind my own business and do my own thing. If I can keep doing this, then I’m happy. I try to just focus on making the best thing I can make and trying to get better. That’s what I can control, not the comic book world. So, I don’t try to think about it that much. That’s probably not very smart, but I never said I was smart. I’m the wrong person to ask about this, honestly. I’ll go back to my corner.

 

Other questions

What projects are you working on now or in the future?

Doing my next book of my own! I’m probably just going to be doing that from now on. I’m open to doing more cover work, but other than that, it would really have to be something I can’t say ‘no’ to, to get me to collaborate with someone else at this point. I just prefer to do my own stuff. It’s probably the harder road, but whatever. It’s already been a hard road. It’s so much more fulfilling than anything else.

What comics are you currently reading? 

Not much! I don’t read that many comics. I’d like to read more, I’m just busy making my own. I’d probably check out anything by the artists I listed earlier, but nothing specific comes to mind. Sorry…

Interview made by email exchange. Thanks to KMatt Lesniewski for his availability and his great kindness !

Our reviews of Matt Lesniewski‘s comics: