CoMix Stories #12

Douzième CoMix stories avec deux “kiosques” : Justice League et Spider-man Legacy. Le nouveau format Panini, qui fait débat, a rencontré un avis plutôt favorable de la part d’Anthony dans le dernier podcast. Serai-je aussi  tolérant avec cette nouvelle mouture d’un éditeur à la ligne éditoriale bien sinueuse depuis des années…Mystère…immédiatement résolu dans le paragraphe ci-dessous…

Le nouveau format Panini – Softcover

Panini a lancé début juillet une nouvelle gamme hybride entre un kiosque qui n’en est plus un et un tome librairie qui n’est en est pas un non plus. Le premier argument pour ce changement consistant à prendre le Marvel Legacy comme point d’entrée vers les séries pour un nouveau départ ne tient pas plus de quelques pages. Nous sont proposées les suites directes des séries précédentes. Certains scénaristes, comme Peter David sur Ben Reilly, n’ayant pas dû avoir l’info, continuent leur petit train-train comme si de rien n’était. Difficile pour un néophyte d’entamer l’aventure Marvel par ces numéros #1. Le second et principal argument portait sur des problèmes avec le distributeur des kiosques, ce qui s’entend. Mais la stratégie “imaginée” par Panini ne tient pas la route. Le lecteur régulier de kiosque cherche un maximum de séries pour un prix minimum. Or Panini diminue le nombre de séries, certaines tombant dans les limbes pour un temps indéterminé, et augmente ses prix – après une première augmentation, il y a quelques mois. L’amélioration de la qualité du papier et de la jaquette ne sont pas éléments qu’attendent majoritairement les lecteurs de kiosques. Par contre, un chapitrage correct des épisodes et un édito de qualité supérieure à un copier-coller d’un paragraphe trouvable n’importe où sur le net aurait été une riche idée que n’a pas eu Panini. Enfin, et l’éditeur n’y peut rien cette fois-ci, la qualité des séries proposées pose question. Acheter ce nouveau format quand une seule voire deux séries au maximum sont dignes d’intérêt fait réfléchir à deux fois avant d’aligner un petit billet. Au final, je pense que Panini s’est trompé dans sa stratégie et va perdre davantage de lecteur qu’il ne va en gagner. Nous verrons cela sans doute dès la fin du Marvel Legacy dans une demi-douzaine de mois pour un nouveau renouveau du nouvel univers Marvel qui sera sans doutes plein de nouvelles nouveautés. A commencer par un nouveau numéro #1.


Spider-Man Legacy #1 – 4/10

Scénario:  D. Slot, C.Gage, C.Zdarsky, B.M.Bendis, P.David – Dessins: S. Immonen, A.Kubert, R.Frigeri, O.Bazaldua, W. Sliney,

  • Amazing Spider-Man #789-790 : Dan Slott commence à ranger sa chambre, remettant soigneusement les objets à leur place initiale pour que Papy Stan Lee ne soit pas perdu lorsqu’il viendra lui rendre visite. Ce rétro pédalage peut agacer mais le scénariste qui tient la boutique depuis dix ans sait s’y prendre. Sa maitrise de la continuité, des personnages et de leurs relations permet d’accepter ce coup de balai qui nous emmène vers la fin de son run. La situation avec Johnny Storm et la Baxter Building est bien amenée, la relation de Peter avec Mockingbird et le retour de Clash passent bien et la déchéance progressive de Spider-Man est crédible. Le tout est magnifié par Stuart Immonen qui réalise un superbe travail, comme souvent depuis qu’il est arrivé sur la série.
  • Peter Parker Spectacular Spider-Man #297 : Cet épisode m’est tombé des mains. Je m’y suis ennuyé à mourir. Il ne se passe rien ou presque. Peter Parker échappe à la police en traversant son immeuble dans tous les sens du terme et voilà. Ah si un petit cliffhanger qui ….m’a laissé froid. Point d’humour médiocre cette fois-ci mais rien de consistant à se mettre sous la dent.
  • Spider-Man #234 : Cette série ne m’a jamais vraiment emballée mais là l’échange interminable sur le mode “tu l’aimes? Non, je croyais qu’elle t’aimait ! Mais c’est toi qu’elle aime ! Ah bon, mais moi, je l’aime pas ! “…ron, ron,ron…Non, merci. Là également, je n’en puis plus…
  • Scarlet Spider #10 : Qui comprend encore quelque chose à cette série ? L’arrivée de multiples protagonistes et une narration confuse m’ont totalement perdu. Clap de fin en ce qui me concerne.

Un “softcover” qui ne vaut que pour les deux épisodes de la série mère, toujours agréable. Le reste est à oublier !


Justice League Rebirth #14 – 8/10

Scénario: D. Jurgens, J. Williamson, R. Venditti – Dessins: J. Luis, J. Herbert, V. Bogdanovic, H.Porter, P.Pelletier,E. Van Sciver.

  • Action Comics #982-983 : Suite de l’arc où Superman doit faire face à une réunion de gros méchants ! Ces deux épisodes sont très orientés baston mais le talent de Dan Jurgens permet une lecture agréable. La caractérisation des personnages et leurs interactions sont justes et le scénariste sait faire monter la pression, notamment lors de l’épisode #983 qui se conclut par un cliffhanger alléchant. Les dessins sont bons. Classiques pour ceux de Herbert et Luis et au style anguleux pour Bogdanovic, dont on a déjà pu apprécier les qualités dans le récit complet Justice League #7.
  • Flash #26-27 : On avait laissé Flash sur une révélation tonitruante. Williamson l’exploite bien en nous livrant deux épisodes à haute tension et riches en action. Les relations entre Iris et Barry ainsi que celles entre ce dernier et Thawne sont efficaces et bien écrites. Le cliffhanger nous laisse penser que l’histoire vient de basculer. Aux dessins, Howard Porter, dont l’encrage donne un aspect crayonné original, réalise une très bonne prestation – aidé sur quelques pages par le très bon Paul Pelletier.
  • Hal Jordan and the Green Lantern Corps #23-24 : Il y a de l’eau dans le gaz entre les jaunes et les verts. Robert Venditti s’appuie habillement sur deux trames pour fracturer l’union des deux camps. L’histoire entre Soranik et Kyle, ainsi que le soupçon de meurtre d’un Yellow Lantern par un Green Lantern. C’est franchement agréable à lire, le scénariste installe une tension dramatique palpable mais réserve également quelques séquences plus légère. Un arc vraiment sympa.

Une valeur sûre que ce Justice League Rebirth – dont le titre éponyme est tombé aux oubliettes depuis des lustres. Les trois séries critiquées assurent un très bon niveau de divertissement !