CoMix Stories VF – Décembre 2018

Avengers Legacy #6 – 04/10

Scénario: M. Waid, A. Ewing, J. Zub – Dessins: P. Medina, J. Vlasco, J. Bennett, R. Jose, H. Ramos, A. Maleev, S. C

  • Avengers #684-687 : Les astres et les affres s’amalgament, s’amoncellent en un amas avachi où l’amusement s’atténue au fur et à mesure. La partie s’éternise, le coup de maître n’arrive jamais. Challenger prend les devants et Voyager perd son rôle de lien omniscient des Vengeurs pour une filiation parentale anecdotique. Les coups ne portent toujours pas, les enjeux se fondent lentement. L’unique effort à soulever serait bien ce Hulk démoniaque, conscient, perçant, transperçant. Le Géant est différent. La partie graphique souffre encore de l’absence de Larraz ou de Jacinto. Les noms présents remplissent les cases, ne les subliment pas. En l’état, Avengers n’est pas recommandable. 
  • Champions #17 : Le partage d’une Viv en deux prend déjà fin. L’idée n’a pas eu le temps de germer, d’arriver à maturité que déjà, tout rentre dans l’ordre. Une question se pose donc : pourquoi ce dédoublement ? Inutile, Inutilisé, comme souvent chez l’éditeur. Champions ne parvient pas à susurrer les murmures d’une relève à venir. Agréable, à peine, Champions #18 est déjà oublié.  

Encore moins bon que le mois dernier, Avengers n’est plus digne. Attendons Jason et sa reprise des Argonautes. Cet “Avengers Legacy” n’est pas une période conseillée.


Spider-Man #6 – 08/10

Scénario: D. Slott, C. Gage, B. M. Bendis – Dessins: S. Immonen, O. Bazaldua

  • Amazing Spider-Man #796-799 : Slott se reposait. Quelle erreur de douter de lui le mois dernier ! 4 numéros pour se réconcilier, pour s’envoler vers des idées, une tension, des enjeux imposants, mais aussi l’histoire, la petite histoire de Peter. Le Red Goblin est là, sanglant, l’arlequin bourreau qu’il fallait à cette fin immense du travail de l’auteur. Slott sait encore y faire, et la conclusion risque de marquer. Mais Slott sait faire dans l’intimité qui réchauffe et remémore. Quel plaisir de retrouver LE couple ! La douce embrassade ravive le meilleur. Les deux personnages se retrouvent, mais pas encore, et nous verrons si la suite assumera, à nouveau, et pour de vrai, cette relation unique. 
  • Spider-Man #238 : Discuter, palabrer, parloter, pérorer, épiloguer, Bendis le fait très bien, encore, toujours. Oncle Davis est revenu, a un plan et le présente. Les vilains, ses associés hésitent sur des pages et des pages, de la réplique facile cadencée habituelle. Forcément, Morales ne reste pas sans rien faire, agit. Routinier et conventionnel, Bendis ne se renouvelle pas. La fin de la série sera peut être le théâtre d’une envolée conclusive. Peut être.  

Mon euphorie des mois récidive, encore. Mon hésitation du mois dernier n’était qu’une pause de passage incomprise, vers un final explosif. Slott nous réchauffe aussi avec des retrouvailles. Amazing Spider-Man est immanquable, et n’oublions pas Immonen, ravissant avec ses crayons. Brian. M. Bendis se laisse oublier, comme à chaque fois. 


Batman Rebirth #19 – 07/10

Scénario: T. King, J. Tynion IV, B. Hitch, D. Jurgens, R. Williams – Dessins: C. Mann, T. Moore, J. Merino, P. Briones, F. Pasarin, V. Bogdanovic, W. Conrad

  • Batman #37-38 : Le numéro #37, peut lui aussi rejoindre instantanément la liste des meilleurs numéros de King. Drôle, parfaitement cerné, bienveillant mais pas nigaud, l’escapade au parc prend des airs de sortie entre amis. Et c’est ce qu’est ce numéro. Là où DC divinise ses personnages, King leur donne congé. Pour le tout meilleur. Alors qu’immédiatement, le #38, se renverse dans le bassin de la simplicité balisée : du polar, une enquête et la folie. Traditionnel mais talentueux, King manie tous les genres. Encore une bonne suite aux as par King sur Batman.

  • Detective Comics #973-974 : Réellement, la seule défaillance de cette série est son visuel, trop mainstream, trop commun, encore plus ce mois-ci. Merino et Briones sont péniblement au niveau. Alors qu’à l’écriture, Tynion ne faiblit certainement pas. Incroyablement solide, dense, planifiée ou prévue, Detective Comics est l’une des meilleures séries d’équipe du marché.

  • Justice League #30-31 : Numéros non lus.

  • Action Comics #991-992 : La similitude avec le mauvais côté d’Avengers est trop redondante. Des numéros démineurs désarment toutes les révélations, intrigantes ou grotesques, elles méritent d’aller au bout. Impossible, encore, la frilosité de cette industrie fige toute tentative de changement. Jor-El, si c’est bien lui, n’est déjà plus là, emmené dans le Grand Bleu, ou par le Grand Bleu. L’irrévérence incroyable de la distraction paternelle est déjà remplacée par l’Or et le Temps puisque Booster est dans la place. 

Batman Rebirth s’abîme sur les falaises de la variété. Comprenez, que l’homogénéité de l’ancienne formule était tout simplement cohérente. Ici, Batman et Detective Comics sont de bonnes séries, Justice League ne l’est pas et Action Comics n’est quasiment pas dans le même univers, ni la même chronologie, bien plus proche de l’Azur de DC Rebirth #1. Encore que, les réponses ne semblent pas vouloir se délier, deux ans après l’introduction. 


Avengers Extra #2 – 05/10 par Boris

Scénario: J. Aaron, G. Pak, M. Waid – Dessins: C. Barberi, R. Dauterman, G. Land, C. Samnee

  • Mighty Thor #703-704 : Mangog massacre du Dieu Asgardien et ça tabasse ! L’affrontement sous les pinceaux puissants et beaux de Russel Dauterman est dantesque ! Dans le même temps, Jane Foster  livre un ultime combat contre le cancer alors qu’elle imagine sa place davantage auprès des Dieux en difficulté. Les scènes imaginées par Aaron sont justes et touchantes. L’alternance des deux situations offre une tension très forte. Mighty Thor est dans une excellente période !

  • Incredible Hulk #713-714 : Pas lus

  • Captain America #698-699 : Waid et Samnee proposent un récit post-apocalyptique sans imagination, sans rythme et sans surprises. Je me suis profondément ennuyé à la lecture de ces deux épisodes, comme depuis le début du run des deux auteurs, d’ailleurs. L’écriture est plan-plan, le propos déjà-vu et sans souffle. Seuls les dessins de Samnee valent le détour mais ne justifient aucunement la lecture. Décevant.

Avengers Extra ne vaut que pour l’excellente Mighty Thor, une des meilleures séries Marvel de ces dernières années. Captain America déçoit…encore.