ComiX Stories #8

Une palanquée de Gardiens saura-telle faire renaitre Superman au sein du couple Selina-Bruce ? Ça résume bien cette série de kiosques, non ?


Batman Rebirth #12- 7/10 par Kidroy et Boris

Scénario: T. King, J. Williamson, J. Tynion IV, S. Snyder, T. Seeley. R. Albuquerque, R. Scavone, S. Fiumara – Dessins: M. Gerards, D. Finch, C. Mann, R.Albuquerque, A. MArtinez, M. Mendoza, M. Jung

  • Batman #23 : Épisode qui voit Batman enquêter avec  Swamp Thing sur le meurtrier du père de celui-ci. Comme souvent avec Tom King, il ne se passe pas grand chose, tout est dans les échanges entre les personnages. Ce n’est pas désagréable sans être extrêmement passionnant.  Les dessins de Mitch Gerads sont comme souvent très bons. Les gaufriers fonctionnent à merveille. Rehaussés de couleurs subtiles, c’est un régal. Un épisode de transition sympa.
  • Batman #24 : Cet épisode s’intéresse à Batman et sa propension à être heureux en tant que Batman. Les échanges avec Gotham Girl fonctionnent en parallèle avec les scènes avec Catwoman de façon efficace. Que King s’intéresse à cette facette Batman est intéressant et le cliffhanger, si on n’avait pas l’habitude que, dans les comics, ce genre événements se termine souvent en eau de boudin, pourrait s’avérer marquant. Toujours le même problème avec le scénariste, c’est très décompressé. Côté dessins, David Finch et Clay Mann se partagent le gâteau et c’est nous qui nous régalons ! C’est très beau.
  • Detective Comics #958-959 : James Tynion IV s’intéresse à Azrael et à l’ordre de Saint-Dumas. Comme toujours avec le scénariste, l’écriture est dense, riche et rythmée. Les personnages sont bien écrits et il en profite pour mettre en scène Zatanna, pour notre bonheur. Aux dessins, la série nous propose des artistes de très bon niveau, c’est encore le cas avec Alvaro Martinez.
  • All-Star Batman #10 : Snyder écrit son numéro le plus confidentiel depuis longtemps. Pas d’envie d’altération majeure, pas de démolition urbaine globale et encore moins de topo scientifique pointu. Juste une introduction qui sillonne autour du globe, et explore un passé londonien. Snyder se calme et n’est pas moins pertinent. Le grand corsaire DC fend en eaux claires, rafraîchissantes et dépaysantes. Du tout bon. 
  • Nightwing #22-23 :  Début de nouvel arc pour Nightwing avec le retour d’un vilain connu des lecteurs. C’est hyper classique, un peu vieillot dans l’écriture et guère passionnant. Seule la relation du héros avec Shawn Tsang apporte un peu de fraicheur. Comme souvent avec cette série, ça reste sympathique mais loin d’être enivrant…

Dans des styles radicalement opposés, Batman et Detecive Comics présentent un réel intérêt. Nightwing ne nous fait pas réveiller la nuit…Snyder hisse un drapeau noir que l’on suivra de tous les bords. 


Justrice League #12 – 7/10 par Boris

Scénario: P. Tomasi, J. Williamson, R. Venditti – Dessins: D. Mahnke, P. Gleason, I. Churchill, C. Barberi, C. Di Giandomenico, P. Mahn, R. Sandoval.

  • Justice League #21
  • Superman #19 : Avant dernière étape du crossover Reborn. La famille Kent se débat au milieu du piège fomenté par Monsieur Mxyzptlk. Le scénario est succinct mais c’est surtout Patrick Gleason et son coloriste John Kaliz qui se font plaisir avec des planches sur le thème du jeu aux couleurs hyper flashy. Comme souvent avec la série Superman Rebitrth, la famille est l’essentiel et c’est ce qui les sauve. La caractérisation de Monsieur Mxyzptlk m’a paru quant à elle trop enfantine, celui-ci accusant sans cesse de “tricheurs”. Épisode sympa mais un peu en dessous des attentes et des enjeux.
  • Action Comics #976  : Fin du crossover avec cet épisode qui n’est pas toujours très clair et fini sur une morale cul cul la praline: l’amour peut triompher de tout ! On était en droit d’attendre un peu plus élaboré. Bon, on n’a pas tout compris mais  les deux réalités n’en font plus qu’une, c’était le but de ce crossover. Tournons la page. Aux dessins, Doug Mahnke réalise comme souvent un très bon travail. Au final, Reborn aura connu un bon début, ainsi que l’épisode Back-up scénarisé par Paul Dini mais une fin franchement très moyenne.
  • Action Comics #977-978 : Après avoir fait le ménage, il faut faire un petit résumé de l’histoire de Superman pour que tout le monde y comprenne quelque chose et puisse repartir du bon pied. C’est ce fait Dan Jurgens dans ce duo d’épisodes un peu longuets. Cela lui permet néanmoins de réintroduire une menace. On attend que la série redémarre réellement dans les prochains épisodes. Aux dessins, le plaisir de voir Ian Churchill aux commandes est intact. Son trait est toujours précis. Carlos Barberi, au trait plus banal conclue ce diptyque.
  • Flash #23-24 : Après un “Button” agité, retour aux affaires pour un Flash marqué par les évènements. Heureusement, Williamson fait intervenir son vieil ami Hal Jordan pour une séquence assez touchante entre les deux compères. Pendant ce temps, le monde ne s’arrête pas de tourner et Thawne fait des siennes. Du classique pour le Flash de Williamson  : Sympa, rythmé et bien dessiné par Di Giandomenico.
  • Hal Jordan and the Green Lantern Corps #20 : Suite de l’arc avec la disparition des Green Lanterns dans le futur. Venditti propose toujours une série divertissante avec son lot d’action et de tension. Rien de mémorable ni de très neuf mais c’est vraiment agréable à lire. Aux dessins, un Rafa Sandoval toujours impeccable !

Une fin de crossover Reborn pas à la hauteur. Action Comics redémarre très doucement. Flash et Hal Jordan sont toujours agréables. Un kiosque toujours appréciable.


Marvel Universe #005 – 8/10 par Kidroy

Scénario: G. Duggan, J. Lemire, C. Hastings – Dessins: A. Kuder, G. Smallwood, M. To, M. Hawthorne

  • Guardians of the Galaxy #6-9 : Duggan est un jeune auteur à suivre chez Marvel. Ses Gardiens de la galaxie renouent avec la branche cosmique d’antan. La gravité d’une saga d’Abnett & Lanning n’y est pas, mais l’auteur à d’autres choses à proposer. Le ton rappelle par nécessité la cécité visuelle de son voisin au cinéma, mais ça s’arrête là. Les personnages vivent ensemble, mais ont aussi leurs propres lignes à suivre. D’ailleurs, les fiches des personnages, page blanches à chaque nouveau run, étaient enrichies de lignes obscures. Drax avait adopté un pacifisme déconcertant, les causes nous serons dévoilées ici. La bouture de Groot trouve, elle aussi une explication sensée. Tous les membres sont concernés par des histoires personnelles au sein d’un tout narratif général, où se mêlent géologie sidérale, rapaces renégats et doyens omnipotents. La série est riche, planifiée et réfléchie. L’auteur jongle parfaitement avec des contraintes imposées, pour en tirer le meilleur. Définitivement à lire. 
  • Thanos #12 : Jeff Lemire tire sa révérence sur ce qui a été l’une des plus mauvaises expériences lues chez l’éditeur. Thanos amasse en tas disgracieux de trop nombreux défauts, grossière, faussement explicative, très épaisse, parfois totalement incompréhensible et toujours pénible à regarder. La conclusion ne déroge pas à cette liste. Le processus de déconstruction initié par Lemire s’est perdu, voire n’a jamais œuvré à une quelconque réussite. Un oubliable total qui se termine maintenant. La suite par Donny Cates, prochaine vedette Marvel, promet déjà toutes les infinités. 

Pour les 4 numéros des Gardiens, le kiosque est à acheter (avantageux, quoi qu’on dise). La série, que l’on pourrait penser laminée par un Pistolet (Gunn …) à pellicule, s’en extraie avec décontraction. Duggan écrit, comme en son temps Uncanny Avengers, le meilleur de Marvel à ce jour. Le reste du sommaire n’est même pas à conseiller. Panini édite un numéro partiellement chapitré, et dont la couverture de grand N’Guyen est sensationnelle. 


[alert variation=”alert-info”]

Pour découvrir et commander ces titres, c’est par ici:

[/alert]